Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Covid-19 : ce que l’on sait des « clusters » recensés par Santé publique France

Où attrape-t-on le coronavirus, et comment ?

Pour Santé Publique France (SPF) les « clusters » (« définis par au moins trois cas, sur sept jours, appartenant à une même communauté ou ayant participé à un même rassemblement« ) sont « investigués depuis le début du confinement ». Il s’agit d’un dispositif d’alerte pour prioriser les actions vers les publics les plus vulnérables.

Dans son dernier bulletin épidémiologique, Santé publique France publie le tableau ci-dessous. La première colonne recense l’ensemble des « clusters » (actifs ou terminés) depuis le 9 mai 2020. La seconde, ceux qui sont toujours « en cours d’investigation » (donc actifs). Les différentes collectivités y sont classées par ordre de « criticité » (plus cet indicateur est élevé, plus il est inquiétant « en termes de risque de transmission au sein de la collectivité considérée »).

Le plus alarmant est la situation dans les Ehpad, ces établissements accueillant des personnes âgées, et dont la « criticité est jugée élevée » : 304 « clusters » y sont « en cours d’investigation », donc actifs. Certes, en valeur absolue, le chiffre est supérieur pour le milieu scolaire et universitaire, avec 376 établissements concernés, ainsi que pour les entreprises privées et publiques (348), mais les risques liés à la transmission y sont jugés moins élevés.

Depuis le 9 mai, « les six collectivités pour lesquelles la proportion de ‘clusters’ à criticité élevée est la plus importante sont les Ehpad (73%), les communautés vulnérables (58%), les établissements médico-sociaux de personnes handicapées (51%), les établissements de santé (46%), les établissements pénitentiaires (39%) et les établissements sociaux d’hébergement et d’insertion (39%) », précise encore Santé publique France.

Se contamine-t-on particulièrement dans les cafés et les restaurants, qui subissent de plein fouet les récentes restrictions décidées par le gouvernement ? Les données sur les « clusters » ne le disent pas.

Mais, dans son bulletin épidémiologique du 24 septembre, Santé publique France fait apparaître en troisième place la restauration dans les secteurs d’entreprises « présentant plus de 10 ‘clusters' » classés par ordre de « criticité ». Encore faut-il préciser que la population diagnostiquée est bien celle des salariés, et non celle des clients.

Selon cette étude, estime encore Santé publique France, « les cinq secteurs des entreprises les plus à risque sont l’industrie alimentaire (57%), les transports terrestres et transport par conduites (27%), la restauration (20%), les activités sportives, récréatives et de loisirs (17%), et l’administration publique et défense (19%). Concernant l’industrie alimentaire, il s’agit plus particulièrement des activités de transformation et conservation de la viande (…). Pour la restauration, cela concerne pour l’essentiel des restaurants et des services de restauration mobile. »

———————————————————————————————–

(*) Attention aux « fake news » : contrairement à ce que l’on voit apparaître en ce moment sur le web, Georges Orwell n’a pas du tout écrit cela dans son roman « 1984 »

Toutefois les plages ont été effectivement interdites ce printemps.

A cause des clusters ?

Commentaires fermés.

Archives