Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

« Faut-il privilégier les petits commerces ? »

"Faut-il privilégier les petits commerces ?"

France5 Dossier du Jour

« Faut-il privilégier les petits commerces ? », titre de l’émission du 22/09/2014 présentée par Maya Lanqué et Thomas Isle.

Sur le plateau étaient présents :

– Pascal Madry (Directeur de l’Institut pour la Ville et le Commerce) : « Il y avait 2 millions de boutiques dans les années 1930, trois fois moins aujourd’hui, alors que la population est passée de 40 à 60 millions d’habitants ».

– Grégoire Bregeon (représentant les commerçants – Épicier de son métier) : « Il y a une baisse de fréquentation. Aujourd’hui la majorité de la clientèle est constituée par des personnes âgées qui n’ont pas de moyen de locomotion ».

Diffusion du reportage : « SAGY, un village qui a réussi à relancer le petit commerce ».

– Le journaliste : « … Car il y a eu quelques mauvaises langues au début de l’aventure. Certains considèrent alors que ce n’est pas le rôle d’une mairie d’intervenir ainsi, que ça coûte trop cher. Si le village a reçu des aides finançant 70% des projets, la commune a quand même déboursé 230 000 € pour les 3 commerces ».

– Mr le Maire : « Cet argent, donc, qui a été emprunté bien évidemment, hé bien, est pratiquement remboursé annuellement par les loyers versés par les commerçants. C’est un investissement à long terme mais en fait qui est rentabilisé. On ne cherche pas la rentabilité, on ne cherche pas le profit, mais si on peut équilibrer les comptes on est content. C’est ce qui se passe aujourd’hui ».

Qu’en dirait ARTE dans son émission d’information « 28 minutes » ?

LA QUOTIDIENNE - FRANCE5

Il est vrai que dans un petit village, avoir des commerces est un atout certain. Il est par ailleurs indispensable de mettre en place une politique de sauvegarde de nos emplois sur la commune pour qu’elle ne devienne pas cité-dortoir.

Vider de ses forces vives un territoire amène à terme la fermeture de ses commerces. Pascal Madry conclut l’émission sur cette vision pessimiste: « Je pense malheureusement que l’on va perdre encore des commerces. C’est structurel, ce n’est pas un effet de la crise. Ils vont se redistribuer en fonction de notre façon d’habiter ou de se déplacer, en fonction de notre mode de vie qui est de plus en plus périurbain ».

Mais à Sagy les comptes sont-ils équilibrés ?

Recettes annuelles – dépenses annuelles = – 5138 €, à charge du contribuable, auxquels il faut ajouter les travaux d’entretien annuels (3665 € en 2013, 5957 € en 2014), ainsi que les taxes foncières et les primes d’assurances.

Ce n’est donc pas une « opération blanche ». Les loyers perçus par la mairie ne compensent pas le remboursement des prêts, les réparations et le remplacement des installations qui vont se multiplier au fur et à mesure de leur vieillissement.

Le reportage, pour être complet, aurait du préciser le coût réel de ce service dans les finances publiques locales. Le débat sur le plateau de La Quotidienne n’en aurait été que plus objectif : dans un petit village, la politique municipale ne consiste t’elle pas à assumer le choix des dépenses et des investissements ?

Un Désintox (*) était donc nécessaire.

(*) Désintox est une rubrique française de « fact checking » (littéralement : vérification des faits).

La Quotidienne

Images provenant du reportage « SAGY, un village qui a réussi à relancer le petit commerce » diffusé sur France5 le 22/09/2014 dans l’émission LA QUOTIDIENNE présentée par Maya Lanqué et Thomas Isle.

Commentaires fermés.

Archives