Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Eau du robinet : « où en sommes nous ? »

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

Un point sur l’eau du robinet

Sagy Sieva eau5

Suite aux prélèvements du 28 septembre 2016, les dernières analyses de l’eau distribuée sur Sagy concluent à «une eau d’alimentation  conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés ». L’ensemble de ces résultats devraient être affichées en mairie et sur son site internet. Des années durant, le site : http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable, précisait : « Qualité de l’eau conforme aux exigences réglementaires pour les paramètres microbiologiques analysés. La recherche des pesticides triazines a mis en évidence de la déséthylatrazine à une teneur supérieure à la limite de qualité. La population desservie par cette eau doit être informée du dépassement de ce seuil réglementaire »

Depuis un an, les taux de pesticides, régulièrement en excès au cours des années passées,  ne dépassent pas les normes européennes pour l’atrazine déséthyl,  sachant que la limite de qualité est fixée à 0,1µg/l. Interdite depuis 2003, l’atrazine laisse encore des traces  dans les nappes phréatiques, notamment  sous la forme d’atrazine déséthyl, issue de sa dégradation. (articles de regard sur Sagy)

Cela montre la réalité de la pénétration profonde des produits épandus en surface,  la durabilité de leur présence dans le sol et la possible évolution de leurs propriétés chimiques, avec le plus souvent des conséquences néfastes pour la santé.

Les effets nocifs des produits phytosanitaires présents dans notre consommation alimentaire quotidienne, dont l’eau, font à l’heure actuelle l’objet de nombreux articles dans les médias. Malgré le déni, orchestré par les lobbies auprès des politiques, ces risques commencent à être connus du grand public.  En effet, même à dose infime, certains produits, par interactions les uns avec les autres, peuvent entraîner des maladies graves comme le cancer ou des perturbations endocriniennes.

Ci-dessous, les taux de l’atrazine et de son métabolite, atrazine déséthyl,  pesticides  les plus surveillés du fait des dépassements récurrents des  taux enregistrés sur de nombreuses années jusqu’en 2014 inclus. Les bilans communiqués par  l’ARS aux consommateurs des 13 communes du SIEVA en 2014 font état d’une eau classée NC1 (**) en raison des taux d’atrazine déséthyl trop élevés.

Les prélèvements sont alternés en différents points  du réseau de  distribution.

 

Réservoir de Gadancourt « Clos des galets » : eau distribuée à Saillancourt et Grand Mesnil.

Pesticides Nov. 2015 Fév. 2016 Juil. 2016 Sept.2016
Atrazine 0,012µg/l 0,013µg/l 0,012µg/l 0,009µg/l
Atrazine déséthyl 0,061µg/l 0,076µg/l 0,073µg/l 0,086µg/l

Réservoir de Vigny « bourg » : eau distribuée à Sagy

Pesticides Janv. 2016 Avril 2016 Mai 2016 Juin 2016 Août 2016 Sept 2016
Atrazine 0,010 µg/l 0,007 µg/l 0,014 µg/l 0,014 µg/l 0,011 µg/l 0,006µg/l
Atr.déséthyl 0,063 µg/l 0,075 µg/l 0,10 µg/l 0,086 µg/l 0,07 µg/l 0,076 µg/l

 

On constate, en effet, que les taux d’atrazine déséthyl demeurent proches ou égaux à 0,10µg/l,  seuil de qualité selon la norme européenne.

Des analyses plus détaillées  mettent en évidence des anomalies stables en nature et en quantité sur les prélèvements d’eau effectués les 6 novembre 2015 et 21 juillet 2016, à Gadancourt, et le 29 janvier 2016 à Vigny. Il s’agit d’éléments à la toxicité reconnue par l’OMS  et  organismes de santé français et européens,  comme le  penta-chlorophénol et  le chlorothalonil (fongicide) présents dans l’eau potable au taux limite de conformité 0,10µg/l ou approchant de cette limite comme l’anthraquinone ou la cyperméthrine (insecticide).

En France, le penta chloro phénol est un fongicide exclusivement réservé à l’industrie du bois. La raison de sa présence dans l’eau potable de notre commune et des communes limitrophes,  ne saute pas aux yeux.

Dans ces analyses,  on relève également une quantité limite (norme à 0,5µg/l) de chlorure de vinyl monomère,  provenant de canalisations en PVC posées jusqu’en 1980. Ce produit a fait l’objet d’une note spécifique de la direction générale de la santé  aux agences régionales de santé  (ARS) chargées de prendre les mesures utiles pour réduire  les risques sanitaires et environnementaux : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/11/cir_36013.pdf

L’anthraquinone, a été retirée de la liste des produits entrant dans la composition des produits phytopharmaceutiques par la directive 91 /414 /CEE du 15 décembre 2008. L’anthraquinone, présente dans l’eau du robinet de Sagy au taux de 0,08µg/l, peut être le résultat de réactions chimiques entre le chlore et certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)  provenant également de canalisations anciennes et de raccords revêtus de produits hydrocarbonés.

A noter que l’eau du robinet est issue de la source de la Douée, située à Avernes, qui alimente en eau potable l’ensemble de la commune de Sagy et douze autres communes proches (*) via Vigny ou Gadancourt dont la gestion est confiée au SIEVA, syndicat intercommunal des eaux de la Vallée de l’Aubette.

Des informations et des données à suivre…

 

(*) Ableiges, Avernes, Commeny, Condécourt, Gadancourt, Gouangrez, Le Perchay, Longuesse, Sagy, Tessancourt s/ Aubette, Théméricourt, , Us, Vigny.

(**) NC1 : « eau non conforme aux normes de qualité ne nécessitant pas de recommandations sanitaires particulières ».

 

 

Commentaires fermés.

Archives