Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

JARDINIERS de SAGY : attention, attaque massive de pyrales sur les buis !

JARDINIERS de SAGY : attention, attaque massive de pyrales sur les buis !

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

JARDINIERS de SAGY : attention, attaque massive de pyrales sur les buis !

 

Depuis deux semaines une attaque de la pyrale du buis est apparue sur notre commune. Déjà existante l’année passée, les effets sont ce printemps dévastateurs : les buis se couvrent de chenilles qui dévorent les pousses et feuilles, ne laissant que les rameaux. La chenille, non urticante est reconnaissable à sa tête noire luisante et à son corps strié de bandes longitudinales vert clair et vert foncé.

La pyrale du buis est un insecte originaire d’Asie (Chine, Japon, Corée, Inde et Extrême-Orient russe). C’est un papillon nocturne,  attiré par la lumière qu’on peut voir tournoyer autour de lampadaires, dont l’envergure se situe entre  36 mm et  44 mm.

La chenille de ce papillon ne semble consommer que des feuilles de buis. Il s’agit d’une espèce envahissante, apparue à la frontière Est, en Alsace, et désormais en Île-de-France, qui figure sur la liste d’alerte de l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes. On estime qu’elle progresse annuellement de sept à dix kilomètres par an. Son introduction accidentelle en France a été repérée en 2008, mais le nombre d’individus laisse penser qu’elle date de 2005.

 

Cycle : En Europe occidentale, l’espèce produit deux à trois générations par an.

 

 

 

1  Courant  février, les dernières larves de chenilles (nymphe) de la saison précédente sortent d’hivernage et commencent à s’alimenter. Elles ont passées l’hiver dans la face intérieure d’une feuille dans une sorte de cocon fait de feuille et de soie blanche

2  Fin Mars ou début Avril, la chenille débute sa nymphose (transformation en papillon).

3  Début de la période de vol et de reproduction. Cette première génération de papillon prend son vol fin mai, début juin. Les papillons sont exclusivement nocturnes. Une femelle pond environ 900 œufs par an.

4  En France, on constate deux à trois générations par an. Durant toute cette période, les différentes phases de la pyrale du buis vont cohabiter (Nymphes, chenilles, papillons).

5  La dernière génération passe l’hiver en l’état de jeunes chenilles logées dans des cocons. Dés mars, elles quittent leur cocon et recommencent à s’alimenter sur les feuilles.

 

Aspect d’un buis infesté :

Prédateurs et régulateurs naturels :

Le moineau domestique et la mésange, pendant le nourrissage des jeunes oisillons  peuvent consommer cette chenille, de manière répétée, si le buis a été peigné ce qui casse les filaments de soie et facilite la prédation.

Autres moyens de lutte :

  • La première chose à faire lorsque vous constatez la présence de chenilles vertes dans vos buis, est d’en détruire un maximum manuellement. La chenille est non urticante.
  • Cette action n’est toutefois pas suffisante et il faut aussi traiter de manière biologique. Les bactéries bacillus thuringiensis sont des agents pathogènes efficaces lorsqu’elles sont ingérées par les chenilles.

Vivant naturellement dans le sol on utilise les bacillus thuringiensis depuis une trentaine d’années, comme agent de lutte biologique pour réprimer les populations de divers insectes ravageurs forestiers et agricoles. Cette bactérie produit des spores et des cristaux de protéines qui entraînent la libération d’une substance toxique dans l’intestin des chenilles. Il faut pulvériser sur l’ensemble des buis, idéalement sur et sous les feuilles car les pontes ont lieu sous les feuilles et renouveler l’opération tous les mois jusqu’à l’hiver. Après le 1er traitement, on peut constater une amélioration et la repousse des feuilles, mais qui ne résoudra pas définitivement le problème. Le cycle de vie de la pyrale du buis conduit à plusieurs pontes dans l’année. Si on ne renouvelle pas le traitement, les œufs ou les larves non traitées donneront lieu à de nouvelles invasions de chenilles vertes.

 

  • Le trichogramme est une guêpe minuscule, spécifique de la pyrale capable de repérer les œufs du papillon même dans les endroits de la plante les moins accessibles. La femelle dépose ses œufs dans les œufs  du ravageur empêchant les chenilles de naître, contrairement à l’insecticide biologique qui doit être ingéré par ces dernières pour les mettre hors d’état de nuire.

Cette méthode biologique est également utilisée efficacement contre la pyrale du maïs par les agriculteurs http://www.semencesdefrance.com/dossier/mais-pyrale/.

  • Les pièges à hormones : le piège fonctionne grâce à des hormones sexuelles femelles, les phéromones, qui attirent et emprisonnent les papillons mâles dès les premiers vols, les empêchant ainsi de se reproduire et limitant l’infestation. Ce piège doit être déposé dans les jardins dès le mois d’avril, puis utilisé pendant toute la durée des vols, jusqu’à fin octobre, début de la phase de repos du papillon.

Lors de la taille des buis, toutes les pousses infectées par les pyrales doivent être incinérées. Ne pas jeter les rameaux contaminés au compost où en déchets verts.

Sources de cet article : http://www.jardiner-malin.fr/fiche/buis-chenille-pyrale.html; https://www.droguerie-naturelle.fr/se-debarrasser-pyrale-du-buis-sans-s-intoxiquer.html; https://pyrale-du-buis.com/traitement-lutte-methode.htm; http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/pyrale-buis-traitement,1402.html; https://fr.jardins-animes.com/trichogrammes-trichotop-buxus-contre-pyrale-buis-diffuseurs-p-2562.html

Dès le IXe siècle, le Dimanche des Rameaux, l’Église accomplit dans son rituel, la bénédiction des rameaux verdoyants, signes de vitalité, qui sont déposés sur les tombes au cimetière ou accrochés aux crucifix dans les maisons. En France, on utilise généralement du buis, en Provence de l’olivier.

Cultiv’acteurs à Sagy, protégeons le buis et l’olivier.

 

 

Commentaires fermés.

Archives