Par Franck Olivier – Conseiller Municipal à Sagy 95 Val d'Oise
Jeudi 24 mai 2018 à 19h00 Réunion publique PLU à la salle des fêtes de SAGY

Journal d’un élu de campagne 2016

Samedi 31 décembre 2016 : En  débroussaillant collectivement une partie du « chemin du Tacot« , ce mercredi 28 décembre 2016, nous nous sommes remémorés le passage du chemin de fer sur notre commune et son arrêt, à la demande des voyageurs, à la « halte de Saillancourt » entre 1912, date d’inauguration de la ligne et sa fermeture en 1949.

Tout juste libérés des lianes de clématite, cèdres bleus de l’Atlas et sapin, plantés en 2003 dans le ballast le long de l’ancienne voie ferrée, ont été décorés de photos rappelant le matériel de traction utilisé sur la ligne Pontoise / Meulan / Magny-en-Vexin.

La majorité des locomotives PINGUELY destinée aux réseaux de chemins de fer secondaires était composée de modèles à trois essieux moteur et un tender (T) : la PINGUELY 030 T opérait sur la ligne du CGB : Compagnie des chemins de fer de grande banlieue.

(030 signifiant 0 essieu à l’arrière, 3 essieux moteur et 0 essieu à l’avant. Ainsi la locomotive « Pacific 231«  avait 2 essieux à l’arrière, 3 essieux moteur et 1 essieu directeur avant. Et lorsque l’on dit « la 241« , où « la 242« , combien d’essieux ?)

Toutefois, les machines PINGUELY 030 T montrèrent très vite une forte instabilité dès qu’elles dépassaient 25 km /h, entraînant la détérioration de la suspension, provoquant des écartements de la voie dans les courbes et des ruptures de rails, parfois même des déraillements. Dès 1906 la Compagnie étudia la transformation de ces locomotives 030 T en type 130 T en leur adjoignant un essieu directeur à l’avant.

En cette fin d’année 2016, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2017. Recevez mes vœux sincères de bonheur, santé et prospérité. Que la paix et la joie soient avec vous, tous les jours de l’Année nouvelle.

 Franck Olivier « toujours et résolument autrement » en 2017

—————————-

Pour approfondir l’histoire de cette ligne Pontoise / Meulan / Magny-en-Vexin se reporter à l’article publié en 2011 « Quand le train de la ligne CGB s’arrêtait à la halte de Saillancourt »: http://laboutonnieredesaillancourt.over-blog.com/article-quand-le-train-de-la-ligne-cgb-s-arretait-a-la-halte-de-saillancourt-83199483.html

—————————-

À l’entrée du « chemin du tacot« , pour la cinquième année consécutive, une exposition est affichée depuis octobre 2016. Elle aborde l’archéologie locale : « en cheminant depuis le hameau de Saillancourt, pour rejoindre la vallée de la Viosne, au-delà du plateau, il y a 5000 ans se trouvait le campement néolithique dit de « la sente de Saillancourt » ». Cette exposition se trouve également à l’adresse :   http://laboutonnieredesaillancourt.over-blog.com/2016/10/le-site-archeologique-dit-de-la-sente-de-saillancourt.html et interview pour « Regard sur Sagy » : http://www.regard-sur-sagy.fr/interview/

 

Mercredi 28 décembre 2016 : Une dizaine de citoyens courageux par ce froid, ainsi que des enfants, se sont retrouvés ce matin à 10h00 sur le chemin du tacot pour redonner un peu d’air aux arbres et arbustes envahis par la viorne (clématite). Le secteur de l’ancienne voie ferrée demanderait un entretien plus régulier pour être à nouveau valorisé comme chemin de promenade. Malheureusement de nombreux secteurs de notre commune sont laissés à l’abandon, mais peut-être que des actions plus ciblées pourront un jour donner un autre visage, plus maitrisé, des abords de notre beau village. Le thé, le café et les petits gâteaux ont réconforté les participants lors de cette fraîche matinée d’hiver.

Un grand merci à tous les participants !

Mercredi 28 décembre 2016 : Rien de tel qu’une sortie hivernale dans la bonne humeur pour finir cette année 2016. Mercredi 28 décembre donnons-nous rendez-vous à Saillancourt pour éliminer lianes et ronces en bordure du « chemin du tacot ». Si cela vous convient, venez nombreux avec vos sécateurs, protégez vos mains avec des gants et redonnons leur liberté aux arbres et arbustes pour le nouvel an. Un moment dédié à la nature : mercredi 28 décembre de 10 heures à 13 heures, chemin du tacot, rue de la Goupillère à Saillancourt. Café chaud, et petits gâteaux réconforteront  les défricheurs.

 

NB : Les lianes peuvent effectivement rapidement envahir un milieu. La quasi-totalité des graines disséminées au printemps sont viables jusqu’à l’année suivante. Toutefois les graines qui n’ont pas germé meurent sans laisser de stock durable dans le sol, ce qui rend leur maîtrise plus aisée qu’il n’y paraît. Alors courage ….

 

Mardi 6 décembre 2016 : 20h45 France 5 Documentaire de Nicolas Vescovacci (2016) Inédit

                            … Et pour quelques hectares de plus

«Chaque année , 60 000 hectares de surfaces agricoles disparaissent sous du béton. Nicolas Vescovacci aligne documents, chiffres et interviews pugnaces. Sa démonstration, soignée et pédagogique, conclut bel et bien à un « sacrifice » : les terres agricoles n’ont pas de valeur aux yeux des élus … sauf à être source de business.»

Comment les politiques s’arrangent entre amis pour modifier les Plans Locaux d’Urbanisme, les lois, pour détourner l’intérêt général… sans aucun scrupule… pour les intérêts privés… confiscation de la démocratie, véritable terrorisme économique, toujours au profit du B.T.P., de la finance, des promoteurs et de la grande distribution.

Comme le dit le cabinet LDL lors de la réunion publique de présentation du PADD du 18 novembre 2016 (cf. article « 3ème partie : Questions citoyennes » : http://www.regard-sur-sagy.fr/questions-citoyennes/ : « On saura trouver les outils qui répondront à votre projet. Il n’y a plus de COS mais on saura trouver les outils qui correspondront à la constructibilité que vous souhaitez demain. »

Pour mieux comprendre ce qu’implique le passage du POS au PLU, voir le documentaire de N. Vescovacci sur internet :

 

 

Vendredi 18 novembre 2016 : 19h00 salle des fêtes de SAGY, première réunion publique sur l’élaboration du PLU (Plan Local d’Urbanisme) en présence du bureau d’étude L.D.L.

Voir les articles :

http://www.regard-sur-sagy.fr/premiere-reunion-publique-p-l-u-vendredi-18-novembre-2016/

http://www.regard-sur-sagy.fr/presentation-de-mr-le-maire-evolution-de-la-population-de-sagy-depuis-50-ans-1966-2016/

http://www.regard-sur-sagy.fr/presentation-du-cabinet-le-dez-legendre-sur-le-padd/

http://www.regard-sur-sagy.fr/questions-citoyennes/

 

Jeudi 10 novembre 2016 :

plu-un-projet-pour-notre-territoireplu-loupe

 

Samedi 5 novembre 2016 : La matinée environnement s’est déroulée sous un soleil radieux. Au programme : nettoyage des chemins et routes communales, ainsi que divers plantations visant à embellir les entrées de hameau. Nous avons pu constater que les décharges sauvages se multiplient gravement. Il est nécessaire de trouver des moyens de lutter contre ces incivilités qui nuisent à notre environnement. A suivre…

matinee-environnement-5-nov-2016ca-vous-tente-une-rando

Dimanche 30 octobre 2016 : La réunion du samedi 22 octobre 2016 à 11 heures organisée entre « les plus proches riverains » (terme retenu dans l’invitation distribuée le 20/10/2016) par Mr le Maire et le premier adjoint, pour présenter les propositions d’aménagement de la place du lavoir de Saillancourt est révélatrice des modes de communication développés par les élus au moment d’imposer leur choix aux citoyens.

Comme je l’ai expliqué dans l’article (http://www.regard-sur-sagy.fr/proposition-damenagement-de-la-place-de-saillancourt/), je ne suis pas convaincu par ce projet de 2/3 places de parking supplémentaire qui ne peut pas apporter de progrès significatif au problème de stationnement dans Saillancourt. « La voiture, plus on lui en donne, plus elle en veut ». Et je continue donc de militer pour un espace de vie et de partage au cœur du hameau.

Laisser les citoyens croire que la municipalité va ainsi solutionner leurs difficultés quotidiennes est un leurre. Au moment où s’élabore le Plan Local d’Urbanisme c’est-à-dire un projet pour équilibrer l’urbanisme, la circulation, définir la qualité de vie, …. et lorsque notre édile évoque haut et fort à maintes reprises « l’intérêt général » en réunion du conseil municipal, il n’est pas acceptable de le voir organiser en même temps des réunions traitant du vivre ensemble limitées à la plus petite communauté « des plus proches riverains ».

Il y a quelques années le même problème de parking s’est posé près de l’église de Sagy. La majorité des citoyens admettra que le patrimoine est désormais mis en valeur parce que la voiture a reculé.

plus-on-lui-en-donne-plus-elle-en-veutpartage-la-place

Vendredi 14 octobre 2016 : Je me rends à la mairie pour la troisième fois depuis dix jours pour consulter le courrier, mais les locaux sont fermés et les secrétaires absentes. Sur le pas de la porte Monsieur Papillon (premier adjoint au maire) m’explique que les deux secrétaires sont malades, mais ne me fait pas entrer. Avant de pouvoir en prendre connaissance, il me demande de téléphoner « afin de le préparer » alors que normalement le courrier devrait être mis sans réserve à la disposition de l’ensemble des conseillers.

Samedi 24 septembre 2016 : Ayant informé la mairie que je suis engagé professionnellement chaque semaine tous les mardis, les réunions des Comité environnement et Comité bâtiments et patrimoine sont fixées respectivement les  mardi 27 septembre et mardi 4 octobre à 18h30.  Je ne pourrai donc pas cette année encore prendre part aux débats relatifs aux affaires communales. Cela fait deux ans qu’il en est ainsi et pour honorer le slogan de campagne « Continuons ensemble »: rien ne change. Dans un mode de gestion normal et pour la mémoire communale, des comptes-rendus de ces réunions devraient être établis mais il n’y en a quasiment jamais. Un fonctionnement démocratique dans le discours, mais surtout pas dans les faits. Pourtant, les projets discutés dans ces comités, ont souvent une influence directe sur la vie quotidienne des citoyens, sans que ces derniers soient consultés pour autant. On se rappellera par exemple la décision de faire abattre les tilleuls sur la place de Sagy. Et quand la décision est prise …! Cette fois ci, les membres des comités devront statuer sur des  réaménagements urbains à Saillancourt. A noter qu’à l’ordre du jour des Comités figurent des « questions diverses », alors qu’elles me sont systématiquement refusées lors des Conseils Municipaux.

Jeudi 01 septembre 2016 : La lettre d’informations municipales (Sagy Infos) du 27 août 2016 relate l’arrivée des « gens du voyage » sur la commune. Le sujet est traité avec précision et renseigne avec détails leur intrusion, la législation, le coût pour la commune et les solutions recherchées pour éviter leur retour. Monsieur le maire et ses conseillers de « Continuons Ensemble » font preuve de transparence dans ce dossier et montrent leur capacité à informer la population très précisément, mais force est de constater que les sujets sont rares et sélectifs. Pourrait-il en être désormais « Autrement » à propos de tout ce qui concerne le quotidien des  citoyens : le PLU, la qualité de l’eau du robinet, la sécurité routière dans le village, les risques d’inondations, etc…

Pour mémoire, lors du Conseil Municipal du 19 juin 2015, la majorité municipale a contracté un prêt pour l’achat de terrains privés (30 000 euros d’argent public) afin (sic) « d’empêcher les gens du voyage de s’installer à Sagy ». L’argumentation étant vouée à l’échec, en sur-endettant à nouveau les citoyens, j’avais été seul à voter contre.

La loi qui fixe les conditions d’accueil des gens du voyage est la loi Besson du 5 juillet 2000, du nom de Louis Besson, secrétaire d’Etat au logement de Lionel Jospin. Pour mettre fin aux « campements sauvages », elle impose aux seules communes de plus de 5.000 habitants de créer des aires d’accueil pour les populations itinérantes. Chaque département a pour obligation d’établir un schéma d’accueil, fixant pour chaque commune les travaux à réaliser.

La circulaire d’application de cette loi distingue deux grandes catégories de zones d’accueil : les aires d’accueil, généralement de 15 à 40 places, qui sont « destinées aux gens du voyage itinérants dont les durées de séjour dans un même lieu sont variables et peuvent aller parfois jusqu’à plusieurs mois », et les aires de grand passage, pour l’accueil de groupes jusqu’à 200 caravanes « convergeant vers les lieux de grands rassemblements traditionnels ou occasionnels » pour une courte durée.

En 2015, seules 65 % des aires d’accueil et 41 % des aires de grands passages avaient été réalisées : la loi Besson demeure donc toujours en grande partie lettre morte. La question municipale est donc de connaître le Schéma d’accueil des Gens du Voyage dans le département du Val d’Oise, qui définit le nombre, la capacité, le type et le positionnement géographique des Aires d’accueil des Gens du Voyage.

En tant qu’élu, je demande que les petites communes rurales de la CCVC, exigent du département l’application de la loi avec la réalisation d’aires d’accueil et d’aires de grands passages. http://www.maire-info.com/organisation-gestion-communale/gens-du-voyage-rubrique-8

_________________________

« SagyLeaks » et la parrêsia (ou le dire-vrai)

Le Courage de la vérité est la seconde partie d’un cours prononcé en 1982-1983 au Collège de France dont le titre général est Le Gouvernement de soi et des autres,  où Michel Foucault avait étudié la notion de parrêsia (du grec pan (tout) et rein (dire) qu’on peut traduire par « dire-vrai »)  dans ses implications d’ordre politique. Le dire vrai, rend effectif et authentique le jeu démocratique, c’est ce « courage de la vérité » qui suppose toujours une prise de risque et une mise en jeu de l’existence même du citoyen prenant la parole dans l’assemblée et acceptant le débat contradictoire.

Foucault_gouvernement_de_soi_et_des_autres-2958a

Ce dimanche 19 juin 2016, l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) et Ars Industrialis – deux associations fondées par le philosophe Bernard Stiegler organisent une soirée de soutien et de débat à l’occasion du 4e anniversaire de l’enfermement de Julian Assange.

Avec Assange et les wikis, la question des régimes de vérité et des formes de parler vrai que posait Michel Foucault se présente dans des termes tout à fait nouveaux. Alertes et révélations réactivent les paradoxes et les enjeux de la transparence et du secret, du pouvoir et du savoir, de l’asymétrie d’information et de la constitution de la chose publique, de l’honnêteté du débat et de la confiance, c’est-à-dire des conditions d’une possible vie politique.

C’est pourquoi la parrêsia de WikiLeaks est salutaire. En cassant le secret, WikiLeaks montre  qu’il nous faut renverser les technologies de communication du pouvoir et  rendre possible un exercice du pouvoir politique fondé sur des procédures de savoir partagées, à partir du « parler vrai ».

Au sein du centre Pompidou, à partir de 20h30, diverses personnalités françaises ont souhaité prendre position face à l’injustice de la situation de Julian Assange. Cette initiative sera retransmise en direct dimanche 19 juin sur libération.fr avec DailyMotion.

A la fin du conseil municipal de vendredi 17 juin 2016, Mr le maire a décrit l’organisation de la prochaine réunion du CM qui aura lieu le jeudi 30 juin et sera entièrement consacrée au PLAN LOCAL D’URBANISME (PLU). Il a rappelé que le public présent ne pourrait pas s’exprimer puisqu’il s’agirait d’un conseil municipal, seuls les élus auront la parole. La réunion commencera à 20h30, mais le cabinet Ledez-Legendre ne sera présent qu’à partir de 21h15 afin de présenter en une dizaine de minutes le projet. Ensuite, lui même évoquera à partir d’une projection, le PLAN D’AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE (PADD) qui est la clef de voûte du PLU, heureux celles et ceux qui pourront lire. Mr le maire a même ajouté à l’adresse des élus : « je ne sais pas si je vais vous transmettre les  documents  préalablement à cette séance, je n’ai pas encore décidé… ». Il se méfie des adeptes du parler-vrai, la parrêsia selon Michel Foucault ?

C’est ainsi que va notre démocratie à Sagy, venez nombreux, la salle est petite.

Mardi 07 juin 2016 : ENS Départemental des carrières de Saillancourt

A écouter sur le site de Reporterre Le quotidien de l’écologie l’interview d’Elise Auberger « L’urbanisation menace-t-elle le patrimoine géologique d’Ile-de-France ? » :https://reporterre.net/L-urbanisation-menace-t-elle-le-patrimoine-geologique-d-Ile-de-France

CRPG 3 février 2015

Présence de la Commission Régionale du Patrimoine Géologique (CRPG) d’Ile de France sur le site de la carrière de Saillancourt – 3 février 2015.

Elise Auberger prépare une thèse à Paris au Muséum national d’histoire naturelle. École doctorale Sciences de la nature et de l’Homme depuis le 4 décembre 2014 : « Le patrimoine géologique francilien : méthodologie de protection, de valorisation et comparaison avec d’autres métropoles européennes ».

 

Lundi 30 mai et mardi 31 mai 2016 : Les précipitations continues de ces derniers jours ont chargé tous les réseaux hydrographiques d’Ile de France. Localement, le ru de Saillancourt, en raison de son busage, a atteint à nouveau les limites de sa capacité en terme de débit comme le montre l’article dans « Le Petit Journal de Saillancourt» : http://laboutonnieredesaillancourt.over-blog.com/2016/05/il-pleut-il-pleut-a-saillancourt-30-31-mai-2016.html

Incapable d’absorber plus que sa charge hydraulique ne le permet, un ruissellement plus important aurait probablement à nouveau provoqué le débordement de l’eau dans la rue de la Vallée, inondant alors les habitations comme cela s’est produit à plusieurs reprises dans le  passé.

Cet événement météorologique récent nous rappelle qu’il faut prendre en compte la réalité du terrain dans le cadre de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme sur lequel  travaillent actuellement les élus en collaboration avec le cabinet Le Dez-Legendre.

Sagy - risque d'inondation

 

Jeudi 26 mai 2016 : 18h30 réunion « balade pour l’inventaire détaillé du patrimoine bâti de Sagy ». Les membres de tous les comités étaient conviés à accompagner les élus. Des groupes ont été constitués pour visiter les différents hameaux ainsi que le village. De nombreux participants extérieurs ont posé la question : « En quoi consiste cette « balade » ? Comment faire un « inventaire détaillé du bâti communal » en seulement deux heures ? ». Ils n’ont en effet bénéficié d’aucun document et d’aucune explication leur permettant de comprendre la démarche et d’effectuer l’inventaire du patrimoine.

Les membres de la commission PLU, désignés par le conseil municipal : Mr G. Paris, Mr R. Ricordeau et Mme A. Crécy (+ Mr D. Papillon qui a obtenu ultérieurement le droit de participer aux réunions avec le bureau d’étude) élaborent seuls, depuis des mois, le Plan Local d’Urbanisme (PLU), document qui déterminera l’évolution future de notre commune en terme d’habitat/population, d’équipements collectifs, développement économique/transports…. Ni les élus, autres que ceux de la commission PLU,  ni les citoyens ne connaissent les données qui ont été transmises au bureau d’étude Le Dez-Legendre en charge de centraliser, d’analyser et d’étudier les spécificités de notre village.

L’avenir de notre commune et les conditions de vie de ses habitants sont en train de se décider sans concertation avec la population ce qui est tout à fait contraire à l’esprit de la loi et à ce que nous annonçait le bulletin municipal d’octobre 2015 : « Pour préparer ce projet, les élus ont souhaité associer les habitants tout au long du processus d’élaboration du PLU. La concertation permet à chacun de s’exprimer et offre aux élus, un gage supplémentaire de qualité dans la réflexion ».

 

27-29 mai 2016 :Commémoration du centenaire de la bataille de Verdun – Un champ de bataille à la démesure de l’Homme.

C’est une des plus longues (302 jours du 21 février au 19 décembre 1916) et des plus dévastatrices batailles de la Première Guerre mondiale (362 000 soldats français morts et 337 000 allemands), ce qui a donné lieu au mythe de Verdun, la « mère des batailles » qui apparaît comme le lieu d’une des batailles les plus inhumaines auxquelles l’humain se soit livré : l’artillerie y cause 80% des pertes. Le discours mémoriel typique dresse le portrait de soldats dont le rôle y consiste surtout à survivre – et mourir – dans les pires conditions sur un terrain transformé en enfer, tout cela pour un résultat militaire nul, ce qui en fait le symbole de futilité de toute guerre industrielle.

Lorsque le général Erich von Falkenhayn lance le 21 février 1916 la grande offensive sur Verdun, ses objectifs proclamés sont clairs. Le nom de code de l’opération est Gericht, qui littéralement se traduit par « tribunal », mais dont on peut saisir le sens figuré à travers une expression comme jüngste Gericht, « Jugement dernier ». L’assaut projeté sur le bastion de l’Est sera brutal, soutenu, et chargé d’une dimension symbolique. C’est que le site de Verdun (Virodunum Castrum), tombé aux mains d’Attila en 450, a subi pas moins de dix sièges au cours des siècles suivants. En 1916, il a déjà un passé, une place dans la conscience nationale française. Les intentions de Falkenhayn ne vont guère trouver leur traduction sur le terrain, puisque, après diverses phases de flux et de reflux, les deux armées se trouvent fin 1916 toujours face à face, dans des positions presque inchangées. Des centaines de milliers de morts, victimes des obus, des mitrailleuses, de la boue ou des gaz, sont enterrés sur place ou à proximité, spectateurs fantômes d’une guerre n’ayant pas encore fini, contrairement aux plans allemands, de déployer l’étendue de ses ravages.

(En 1940, soumise au feu motorisé des Panzers, Verdun tombe en 24 heures. La théorie du Blitzkrieg (guerre éclair) triomphe sur la guerre de positions surestimée par les théoriciens français).

Bien que cette bataille ait montré les fautes stratégiques et tactiques de l’État-Major des belligérants, l’histoire officielle française a suscité un ensemble de mythologies nationales et sacralisé cette bataille de défense du territoire national. Elle en a fait le lieu de mémoire par excellence de la Première Guerre mondiale. Malgré ces enjeux mémoriels qui participent à la fabrication du « roman national » avec ses batailles et ses héros, s’est opéré un changement de « régime de mémoire » depuis les années 1970 qui se traduit dans la réconciliation franco-allemande et l’image symbolique de la poignée de main de François Mitterrand et Helmut Kohl à Douaumont en 1984.

Kohl - Mitterrand

 

Jeudi 12 mai 2016 20h30 :PLU (Plan Local d’Urbanisme) : réunion de communication sur le travail réalisé par la mairie en collaboration avec le cabinet Le Dez Legendre.

Prendre connaissance de plusieurs mois d’étude en 2 heures relève d’une « mission impossible ». Quatre élus participent à l’élaboration du PLU pour notre commune (Mr Guy Paris, Mr Dominique Papillon, Mr Régis Ricordeau et Mme Annick Crécy).

Le diaporama projeté est illisible, avec la promesse de nous le transmettre pour l’étudier.

Le travail avec les spécialistes du cabinet Le Dez Legendre est très avancé. Les options ont été choisies par quatre élus sans concertation des autres membres du conseil municipal. Par souci d’apparence démocratique, l’exécutif organise le jeudi 26 mai à 18h30, une « balade pour inventaire détaillé du patrimoine bâti de Sagy » par groupe sur le territoire avec les membres du conseil (15 personnes) et les participants aux comités (soit 28 habitants dont bon nombre des conjoints de conseillers municipaux).

Au sujet de la participation des citoyens aux réunions publiques, on nous apprend que c’est « sous réserve », certains conseillers montrent même de l’hostilité à faire participer les habitants aux débats, « il y aura les contents et les mécontents ».

Pourtant les rédacteurs de Sagy-infos, d’octobre 2015, précisaient que : « Pour préparer ce projet, les élus ont souhaité associer les habitants tout au long du processus d’élaboration du PLU. La concertation permet à chacun de s’exprimer et offre aux élus, un gage supplémentaire de qualité dans la réflexion ».

Le « Porter à connaissance de l’étatart. L121-2 et R121-1 du code de l’urbanisme » est un document public qui doit être tenu à la disposition des habitants pendant toute la durée de la procédure.

La réglementation prévoit que les habitants ont le droit à l’information et à la parole.

Voir article : http://www.regard-sur-sagy.fr/plan-local-durbanisme-ou-plu/

 

Mercredi 11 mai 2016 : Suite à la mise en place du zéro-phyto dans notre commune, sur les espaces communaux enherbés, les cantonniers font maintenant de la « gestion différenciée ». Initiative mise en place par le PNR. Les conditions de travail de nos adjoints techniques s’en trouvent considérablement modifiées : plus de pesticides implique des traitements manuels, binette, rotofil, etc…  Je souhaite leur rendre hommage pour la qualité remarquable de leur travail sur la commune.

Anniv Nath 5 mai 2016-3011 2
Dimanche 08 mai 2016 : Commémoration de la ratification de la capitulation de l’Allemagne Nazie.

La Seconde Guerre mondiale s’est terminée officiellement en Europe le 8 mai 1945, au lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie, signée le 7 mai à Reims.

7 mai 1945 : signature de la capitulation à Reims. Bedell-Smith, chef d’état-major du général Eisenhower, commandant suprême des Alliés, et le général soviétique Ivan Sousloparov signent l’acte de capitulation au nom des vainqueurs. Le général français François Sevez, chef d’état-major du général de Gaulle, est invité à le contresigner à la fin de la cérémonie en qualité de simple témoin.

8 mai 1945 : ratification de la capitulation à Berlin. Pour Staline, il ne suffit pas que la capitulation ait été signée à Reims, dans la zone occupée par les Anglo-Saxons. Il faut aussi qu’elle soit ratifiée à Berlin, au cœur du IIIème  Reich. Bien que la France se fût officiellement retirée de la guerre avec l’armistice du 22 juin 1940, le gouvernement du général de Gaulle obtient de Staline de se faire représenter par le chef de la 1ère armée française, le général Jean de Lattre de Tassigny.

La capitulation n’est pas la paix : malgré la capitulation de l’Allemagne nazie, son allié le Japon poursuit un combat désespéré contre les Américains dans l’océan Pacifique. Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler le 2 septembre 1945, près de quatre mois après l’Allemagne.

La Seconde Guerre mondiale fut le conflit le plus meurtrier de l’Histoire avec plus de 60 millions de morts soit 2,5 % de la population mondiale.

Morts militaires / Morts civils

Allemagne  : 5 563 000  /   1 100 000 à 3 150 000

États-Unis : 416 800 / 1 700

France : 217 000 colonies incluses / 350 000

Japon : 2 120 000 / 500 000 à 1 000 000

Royaume-Uni : 383 800 colonies incluses / 67 100

Union soviétique : 8 800 000 à 11 700 000 / 13 500 000 à 15 760 000

Total mondial : 22 426 600 à 25 487 500 / 37 585 300 à 54 594 000

8mai1945
Jeudi 05 mai 2016 : Mail envoyé à tous les membres du comité urbanisme au sujet de la mise en place du PLU.
Bonjour à tous

A propos de la « balade » du jeudi 26 mai à 18h30 concernant « l’inventaire du patrimoine communal (murs, maisons, cônes de vue, paysage, etc.) », il est mentionné que « des groupes seront constitués pour chacun des hameaux ».

Il semble qu’on ne peut aboutir à une liste exhaustive d’entités considérées comme un patrimoine en sélectionnant des élus ou membres de la commission urbanisme pour participer à ces groupes.

Quinze élus ne peuvent en effet prétendre être les détenteurs de ce qui constitue le patrimoine communal afin d’en faciliter l’évaluation ou la gestion.

  • Un élu de Chardronville (par exemple) à qui l’on demanderait d’inventorier le patrimoine du Petit Mesnil (par exemple) ne pourrait répondre de façon exhaustive car « il ne cultive pas le lieu »  lui-même au quotidien.
  • De la même façon, l’élu du Petit Mesnil qui réaliserait l’inventaire du patrimoine de son propre hameau serait forcément « juge et partie », ou du moins pourrait être critiqué de l’être (quel mur ? quelle maison ? quel cône de vue, quel paysage ?… Celui qui m’est proche ?).

Dans l’argumentation ci-dessus on peut bien sûr remplacer le mot « élu » par « membre du comité urbanisme » et le résultat en sera le même.

Par définition le patrimoine rural constitue un bien qui appartient à l’ensemble de la collectivité car il est le résultat des actions passées conduites par l’ensemble de la société rurale : les paysans et les habitants.

L’inventaire du patrimoine « communal » ne peut donc être apprécié par des « petits groupes composés arbitrairement».

La seule manière de réaliser un inventaire représentatif est de faire participer les habitants car ils sauront d’ailleurs ajouter au patrimoine bien d’autres connaissances et pratiques utiles à la gestion et à l’exploitation de l’espace rural : les chemins, les sources, et toutes autres particularités …

Cette façon de procéder est d’autant plus justifiée que notre commune est composée de cinq lieux très distants les uns des autres.

Le PLU doit permettre d’associer toute la population à l’élaboration d’un projet commun.

Je souhaite que l’on ne se prive pas de favoriser cet élan participatif pour réaliser un véritable inventaire (exhaustif)  du patrimoine communal.

Cordialement
Franck Olivier

Mardi 26 avril 2016 : Nouveau signe du printemps et du réchauffement climatique local, les plaques de toitures amiantées poussent comme des champignons aux quatre coins de la commune.
Plaques amiantées 1Plaques amiantées 2

Les personnes qui seront chargées d’enlever ces plaques amiantées et de les transporter devront néanmoins prendre toutes les précautions en les emballant sous film plastique pour éviter la dispersion des poussières. Leur décharge ne pourra en outre se faire qu’en centre de tri spécialisé.

Exemple d’organisation de collecte de l’amiante par une communauté de communes (CCVO) : http://www.decheterie-ccvo.fr/collecte-damiante/

Jeudi 07 avril 2016 : 18h30 commission environnement. De nombreux conseillers municipaux assistent à l’intervention de Mme Magali Laffond, paysagiste au PNR, dans le cadre du programme « Objectif zéro phyto » lancé le 3 avril par le PNR qui s’adresse aux collectivités par l’intermédiaire des élus, de leurs cantonniers et des secrétaires de mairie. Plus de la moitié des communes du Vexin sont engagées dans ce processus puisque les élus ont voté l’éco-conditionnalité des aides du Parc.
Zéro-phyto : les points important de la démarche
Protéger la santé de tous.
Préserver l’eau, l’air, le sol.
Favoriser la biodiversité dans les villages et les jardins.
Avoir un autre regard sur la nature ordinaire dans notre cadre de vie (notre rapport à la nature).
Mettre en place un plan d’action concerté qui valorise le travail des agents communaux.
Un travail d’information, de communication et pédagogique devra être mis en œuvre par les communes auprès des citoyens. Le sujet est délicat et complexe puisque l’effort est demandé aux collectivités et aux habitants. Qu’en est-il des agriculteurs dont la corporation est touchée par de nombreuses maladies liées aux produits phytosanitaires ?
Un grand merci au PNR et à Magali Laffond pour leur engagement dans cette démarche.
A suivre…
Samedi 26 mars 2016 : 9h00 Commission finances (entre élus), cette réunion est qualifiée de « confidentielle » par Mr le maire. Cette précision est à mon intention. Pourquoi les affaires de la commune sont elles « confidentielles » ? Ne sommes nous pas les représentants des citoyens ? A ce titre, ne leur devons nous pas un droit à l’information et la transparence ? Nous ne sommes pas près de sortir de la méfiance que nous inspirent les personnages politiques. Chez nous, dans une petite commune, tout est « confidentiel ».

Vendredi 25 mars 2016 : Classement de la carrière de Saillancourt en ENS départemental. Lors de sa séance du 25 mars 2016, l’assemblée plénière du conseil départemental a adopté à l’unanimité le classement  en Espace Naturel Sensible départemental de la carrière de Saillancourt.Cette décision fait suite aux avis favorables des commissions régionales et départementales, qui  ont reconnu la carrière de Saillancourt comme  site remarquable pour son patrimoine géologique et  son intérêt écologique et historique. Le délégué à l’environnement et au développement durable, précise qu’actuellement, ce classement n’implique pas d’investissement de la part du conseil départemental. Il s’agit d’une mesure conservatoire dont l’objet immédiat se limite à un droit de préemption du département sur les l’ensemble des terrains du site.

Mercredi 23 mars 2016 : Les comités et commissions sont convoquées les lundis et mardis à 18h30, jours de la semaine qui ne me permettent pas d’assister à ces réunions pour des raisons professionnelles. Notre édile s’est engagé (oralement) a rédiger les comptes rendus pour que chaque élu puisse être au courant des affaires de la commune. A ma connaissance aucun compte rendu n’a était rédigé lors du comité voirie et réseaux du lundi 14 mars 2016 à 18h30. J’attends toujours ce compte rendu. A suivre…
Mardi 22 mars 2016 : Attentat à Bruxelles. Selon un dernier bilan provisoire du ministère belge des Affaires sociales, les attentats de Bruxelles, à l’aéroport de Zaventem et dans la station de métro de Schaerbeek, ont fait 31 morts et environ 250 blessés.  
le-dessin-de-plantu-fait-le-tour-des-reseaux-sociaux-dessin-plantu-1458654678
Samedi 19 mars 2016 : Flashback. Le lundi 2 février 2015, lors d’un exposé sur la réglementation publicitaire, un élu nous expliquait avec véhémence «  qu’il était strictement interdit d’afficher des panneaux sur le mobilier urbain. Les entreprises ou particuliers s’exposant désormais à des poursuites (amendes ) ».
Affichage communal

Ma position d’élu n’est pas d’argumenter sur le principe d’accepter ou de refuser l’affichage sur le mobilier urbain. Administrativement cela semble interdit, peut être la cause n’est-elle d’ailleurs que fiscale. Je ne rentrerai pas dans un tel débat.

Un commerce se crée à Sagy et j’encourage sa publicité.

Mais, parce nous sommes « toujours » en démocratie – dans un état de droit –  il semble qu’à Sagy, autoriser ou interdire relève d’un pouvoir local discrétionnaire agissant selon son « bon plaisir ».

Vendredi 19 février 2016 : Extrait du conseil municipal de Vigny le 24 novembre 2015. Il est acté qu’en 2020 les compétences eau potable et assainissement seront confiés aux communautés de communes. Souhaitons que ces changements amènent à nos robinets une eau de meilleur qualité.
C.C.V.C. : CONSEQUENCES DE LA LOI NOTRe
La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) : loi du 7 août 2015 prévoit :
– un nouveau schéma de coopération intercommunale
– des nouvelles fusions de communautés (15000 Habitants minimum)
– la réduction du nombre de syndicats de communes et syndicats mixtes
– la mutualisation : renforcement des services communs, sécurisation des pratiques
– l’amélioration du dispositif de fusion. Il est donné connaissance du document transmis par la C.C.V.C. intitulé l’intercommunalité et la loi NOTRe du 7 août 2015 nous donnant les grandes lignes de cette nouvelle organisation.
A compter du 1er janvier 2020, l’assainissement et l’eau devront être de la compétence des communautés de communes.
Le SMIRTOM qui est sur 3 intercommunalités ne serait pas concerné par cette mesure.
Les slides seront adressés au conseil municipal

Vendredi 12 février 2016 : Il est de plus en plus difficile d’accéder aux services communaux.

20160212_152923

Vendredi 5 février 2016 : En me rendant en mairie, j’ai la confirmation que des directives sont prises par Mr le maire afin de m’empêcher d’assister aux commissions et comités municipaux. Une nouvelle étape est franchie dans l’omerta communale. Plus de convocations, des réunions organisées les mardis soir. Comment puis je déranger autant ? La confidentialité est le maître mot ! Le travail municipal est par essence public, puisqu’il est au service du public, mais je pense que ces notions se sont perdues au profit des ambitions personnelles. L’opprobre jeté sur la politique, prend racine au niveau local, quel dommage, c’est ici, dans notre commune, que nous pourrions redonner confiance aux citoyens.

Mercredi 3 février 2016 : Les résultats de l’ARS sur l’eau potable sont affichés en mairie. Aucun taux de pesticides n’est mentionné sur cette étude, pourtant nous savons que dans notre région, ce sont les molécules les plus présentes dans les sous-sols et notamment les nappes phréatiques. Pour comprendre le problème, vous pouvez consulter le documentaire de Elise Lucet diffusé sur France2 le mardi 2 février 2016 :

<iframe width= »640″ height= »360″ src= »https://www.youtube-nocookie.com/embed/bOSVKfmFusg?rel=0&amp;controls=0&amp;showinfo=0 » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

ARS

Par précaution, les enfants et les femmes enceintes ne doivent pas consommer d’eau du robinet contenant des pesticides, même à faible dose.

Samedi 23 janvier 2016 : Invitation par Mr le maire au vœux du personnel de la commune.

«Moment convivial avec le personnel communal mardi 26 janvier à 18h45 à la mairie de Sagy autour d’une coupe de champagne et d’une part de galette »

Mon emploi du temps ne me permet pas, à mon grand regret,  d’assister aux manifestations ou réunions municipales organisées régulièrement le mardi soir. Sachez que j’aurais sincèrement  aimé partager ce moment avec vous et vous adresser, de vive voix, mes meilleurs vœux de bonheur, santé, pour vous et vos proches. J’espère, qu’en 2016,  votre vie professionnelle, à la mairie, à l’école, à la voirie se déroulera selon vos souhaits. Bonne année à tous.

A transformer en mairie de Sagy copie

Samedi 9 janvier 2016 11h30 : vœux de Mr le maire à la salle des fêtes de Sagy. Je suis invité par Mr le maire à rejoindre les conseillers municipaux sur scène. Je décline et je m’explique « n’étant pas considéré comme un conseiller municipal ». Cette année 2015 fût en effet riche en émotion :

  • Courrier recommandé (16 avril) m’interdisant l’accès au bureau du maire et aux documents municipaux, alors que tout élu a légalement le droit de les consulter.
  • Convocation le 2 mai à la gendarmerie suite à une plainte déposée par deux membres du conseil délégués au SIEVA, ainsi que le Président du SIEVA, à propos de mes articles concernant la mauvaise qualité de l’eau à Sagy (voir http://www.regard-sur-sagy.fr/schema-directeur-damenagement-et-de-gestion-des-eaux-sdage-du-bassin-de-la-seine-la-source-de-la-douee-et-le-puits-de-chardronville/).
  • Courrier du 23 juin distribué par la mairie dans toutes les boites aux lettres (voir article http://www.regard-sur-sagy.fr/mon-blog-derange/).
  • Courrier recommandé (24 septembre) m’accusant de divulguer sur mon blog des documents soit disant confidentiels à propos de l’école, rien n’indique qu’ils le sont, je ne fais qu’informer les habitants (voir article http://www.regard-sur-sagy.fr/les-ecoles-de-sagy/).
  • Tout au long de l’année 2015, la majorité des réunions a été fixée le mardi alors qu’il est connu de tous que je suis justement indisponible ce jour de la semaine pour raisons professionnelles.
  • Difficulté récurrente à s’exprimer si l’on ne va pas dans le sens du « Continuons Ensemble ». Exemple : impossibilité d’avoir un avis différent sur le choix de la politique d’investissement publique : commerce et achat de terrains versus école …, sans déclencher des huées.

Ayant été tenu de façon délibérée à l’écart des affaires municipales, par Mr le Maire, durant l’année 2015, il était impensable que j’accepte de jouer un pseudo rôle de figurant sur l’estrade ce samedi 9 janvier 2016. La vie est un théâtre, certes, mais nous sommes aussi parfois libres – et responsables – des costumes que l’on veut nous faire porter. L’ostracisme communal pratiqué à mon égard ayant été un fait l’année passée, nous verrons ce qu’il en sera au cours de cette nouvelle année 2016.

Voeux 2016Voeux 2016

Mardi 6 janvier 2016 : Désagréable surprise pour les habitués du « Comptoir des Petites Auges ». Rideau baissé « jusqu’à nouvel ordre ».

Café Sagy mardi 6 janvier 201620160108_100437

Affaire à suivre…

Archives