Par Franck Olivier – Conseiller Municipal à Sagy 95 Val d'Oise
Elu de proposition

Journal d’un élu de campagne 2019

Les mardis 26 novembre et 3 décembre 2019 : réunion de travail de la commission urbanisme.

Le 26 novembre, Mr le Maire expose aux élus la motivation des nouvelles délibérations sur l’urbanisme à Sagy, déjà encadrées par le PLU (approuvé le 21 février 2019) : « lutter contre l’habitat insalubre ».

Bien que chaque vente immobilière soit déclarée par le notaire à la mairie au titre du droit de préemption communale, les délibérations qui seront soumises au conseil municipal du jeudi 12 décembre 2019 concerneront l’institution :

  1. d’une obligation à déclaration préalable pour les divisions volontaires
  2. d’une autorisation préalable aux travaux conduisant à la création de plusieurs locaux à usage d’habitation dans un logement existant.
  3. d’une déclaration de mise en location.

Mardi 19 novembre 2019 : Comité bâtiments et patrimoine

Ordre du jour : Projet columbarium.

Membres Présents : élus : Guy PARIS, Alain BEZARD, Isabelle CRUBLE, Régis RICORDEAU, Annick CRECY, Franck OLIVIER, Dominique PAPILLON, Aline BOUDIN, Paul MORATEL. Membres extérieurs : Sophie DE SMEDT, Sylvie DUFLOT.

Rappel :

            Lors de réunions précédentes deux projets de columbarium avaient été présentés par Mr BEZARD. Les constructions proposées étant en granit, des élus avaient demandé de se rapprocher d’une esthétique plus proche du Vexin. De nouveaux projets en pierre calcaire devaient être soumis.

Des informations et photos de  différents columbariums existants dans les cimetières  de divers villages du Vexin avaient été présentés lors des comités précédents : LONGUESSE, CORMEILLE EN VEXIN, VIGNY, COURDIMANCHE, puis ultérieurement : THEMERICOURT, LE PERCHAY, VILLERS EN ARTHIES,  NUCOURT,  US, … etc

Lors de cette réunion du 19/11, Messieurs BEZARD et RICORDEAU ont présenté un croquis effectué par un tailleur de pierre de FRESNE-LÉGUILLON dans l’Oise. L’entreprise « JMB Taille de Pierre » propose deux projets de 12 cases en pierre de St Maximin pour des montants respectifs 11 200 € HT et 12 200 € HT. La réalisation sera vraisemblablement une troisième version mixant les deux projets. Le comité envisage un columbarium conçu en 2 fois 6 cases.

Par mail du 22 octobre 2019, j’avais posé plusieurs questions :

1 – Nombre de concessions attribuées dans le cimetière de Sagy ? Réponse : « environ » le même nombre que de concessions restantes.

2 – Nombre de concessions restantes ? Réponse : 262 (Ainsi il faut déduire que la réponse à la question 1 serait + ou – 262).

3 – Nombre de concessions concédées ces 5 dernières années (2015, 2016, 2017, 2018 et 2019) ? Réponse : 4 ou 5 par an.

4 – La municipalité a-t-elle réalisé un recensement des concessions à l’abandon ? Pas de réponse.

En fin de réunion, Mr BEZARD précise qu’il n’y aura pas d’autre réunion, que ce projet « traîne depuis trop longtemps », qu’il rencontrera, avec Mr RICORDEAU, le tailleur de pierre afin de finaliser le projet qui nous sera envoyé par mail.

Aucun compte rendu de cette réunion ne sera rédigé.

Mardi 12 Novembre 2019 : La réunion du comité bâtiments et patrimoine qui devait se tenir à 18h30 est annulée et repoussée au 19 novembre 2019.

Pour rappel :

Lors de la réunion « point sur l’actualité » du 5 septembre 2019, une subvention de 40% avait été actée pour la réalisation d’un columbarium. Une personne extérieure et un élu se proposant de visiter plusieurs sites.

Un devis est demandé aux sociétés Granimond et Meunier pour des structures de 18 ou 24 cases. Quatre cimetières  sont visités : Longuesse, Cormeilles en Vexin, Vigny et Courdimanche.

Compte rendu de la réunion bâtiments et patrimoine précédente du 9 septembre 2019. Membres présents : élus : Guy Paris, Alain Bézard, Daniel Devauchelle, Regis Ricordeau, Etienne Guerrero, Franck Olivier – membres extérieurs : Vincent Paris, Sophie De Smedt, Michel Jean-Pierre.

A la volonté unanime des élus de créer un columbarium dans le cimetière de Sagy, s’ajoute celle des membres du comité bâtiments et patrimoine.

  • après réflexion, compte tenu de la taille de notre village, les participants diminuent le nombre d’emplacements à réaliser à 9 ou 12.
  • trois participants souhaitent se rapprocher d’un style plus conforme à notre territoire, privilégiant la pierre du Vexin au marbre et au granit. Mr le Maire encourage ces derniers, 2 élus et 1 personne extérieure, à faire des propositions avant le 30 octobre 2019.

Aucun compte rendu n’ayant été rédigé par le président du comité, les élus absents à cette réunion du 9 septembre 2019, n’auront pas connaissance du suivi du dossier « columbarium », avant la réunion suivante fixée au 12 novembre (reportée depuis au 19 novembre 2019), au cours de laquelle ils seront pourtant amenés à effectuer un choix.

——————————————————————————————————————–

Lundi 11 novembre 2019 : Après l’armistice signé le 11 novembre 1918, les combats se prolongent et le traité de Paix n’est conclu que le 28 juin 1919, mettant fin à l’état de guerre.

La dernière page, signée, de la convention de l’armistice du 11 novembre 1918 :
« la durée de l’armistice est fixée à 36 jours avec faculté de prolongation »

Pour commémorer cet armistice et la fin des combats sur le sol français, face au monument aux morts de Sagy, à 10h00, a eu lieu un dépôt de gerbes. Ce ‘jour du souvenir‘ nous permet de nous rappeler que plus de 1,3 million de Français sont morts et 4,2 millions ont été blessés pour la liberté de notre pays. La plupart étaient de jeunes gens projetés dans l’enfer d’un conflit « qui ne devait durer que quelques jours ». Ce fut pour eux quatre ans de souffrances sous la mitraille, les gaz asphyxiants, dans le froid, la boue, la faim et la vermine des tranchées.

11 novembre 2019 : cérémonie de mémoire avec la participation des enfants de l’école de Sagy et les JSP (Jeunes Sapeurs Pompiers)
http://www.udsp95.com/res/site11881/res652887_Etre-JSP-dans-le-val-d-oise.pdf

« Avec la signature de l’armistice, la Première Guerre mondiale s’achève au terme de quatre années de souffrance. Pas une seule famille qui n’ait été touchée par la perte d’un proche. La société se réorganise autour de l’ancien combattant, à qui on commence à dresser des monuments et des sculptures » : à voir le documentaire de France 3 : « Après la guerre, l’impossible oubli » ce lundi 11 novembre 2019 à 21h05.

Un amputé de la jambe conduit une faucheuse

Quelle météo il y a un siècle à Paris, mi-novembre 1919, un an presque jour pour jour après l’armistice ?

Tramway dans plus de 20 cm de neige
La traversée de la place de la Concorde
Jardin du Luxembourg – 14 novembre 1919
Tracteur Renault de type HI servant de chasse neige fabriqué à partir d’un char de combat

Retrouvez également l’exposition de JP Herbin affichée rue de la Goupillère sur le thème : « 1919 – 1939, l’entre deux guerres, une auberge à Saillancourt, l’Oasis de Paix » http://laboutonnieredesaillancourt.over-blog.com/2019/11/1919-1939-l-entre-deux-guerres-une-auberge-a-saillancourt-l-oasis-de-paix.html

—————————————————————————————————-

Jeudi 7 novembre 2019 : Avec la facture de consommation semestrielle d’eau du SIEVA, les habitants reçoivent le bulletin de l’ARS (Agence Régionale de Santé – Ile de France) bilan de l’année 2018. L’indicateur global de Qualité est C.

Vendredi 1er novembre 2019 : une attaque importante de frelons asiatiques sur une colonie d’abeilles domestiques est observée à Saillancourt.

En moins d’une heure plus d’une dizaine de frelons asiatiques sont piégés et détruits.

Les vols semblent venir de la côte de la Goupillère, mais le nid n’est pas localisé.

À partir de la mi-novembre, les fondatrices, les futures reines, quittent le nid pour passer l’hiver dans un endroit à l’abri du froid (trou, fissures…). Le reste de la colonie va mourir dès les premiers jours de froid. La campagne de régulation de cette espèce invasive reprendra au printemps, lorsque les fondatrices sortent de leur cachette pour construire un nouveau nid. Il est possible de réaliser le piégeage en évitant de détruire d’autres insectes pollinisateurs. Il est recommandé de ne piéger qu’au printemps (mars, avril, mai) et en automne (septembre, octobre). Les pièges seront composés d’une bouteille en plastique coupée en haut et retournée vers l’intérieur, comme pour un piège classique. La réussite réside dans la recette : un mélange de la même quantité de bière brune, de vin blanc et de sirop de fruit rouge. La bière et le sirop attirent les frelons et le vin blanc repousse les abeilles.

Vendredi 18 octobre 2019 18h00 réunion de travail en mairie.

Présents : Mr Guy PARIS, Mr Dominique Papillon, Mme Aline BOUDIN, Mme Sandrine BILLARD, Mr Alain BEZARD, Mr Daniel DEVAUCHELLE, Mr Régis RICORDEAU, Mr Paul LINZA, Mr Etienne GUERRERO, Mme Annick CRECY, Mr Paul MORATEL, Mr Franck OLIVIER.

Objet : Avant-projet voie verte (phase 2) entre l’impasse de la vallée et la rue de la Goupillère.

Le lundi 7 octobre 2019, lors d’une réunion qui s’est tenue en mairie, Mr Vogrin et Mr Lefevre, au nom du conseil départemental, avaient présenté l’avant-projet de voie verte et les propositions d’acquisitions foncières des parcelles concernées par le passage de la voie en présence des riverains de la voie ainsi que Mr le Maire et son premier adjoint.

Mr le Maire avait alors informé les riverains que le Conseil Départemental prenait bien en compte les souhaits qu’ils avaient exprimés en juillet 2019, à savoir :

  • Limiter l’abattage des arbres.
  • Créer des places de stationnement.
  • Protéger leur espace personnel (espaces enherbés fleuris)

Selon Mr le Maire les 9 riverains concernés semblent favorables à la proposition d’acquisition foncière  proposée par le Département. En cas de désaccord, le projet serait retardé en attente d’une Déclaration d’Utilité Publique.

Le plan général de l’aménagement présenté par Mr le Maire mentionne:

  • 9 places de stationnement (4, 3 et 2) normalisées (5m par 2m) seraient créées devant les habitations, avec un effet « d’écluse » (rétrécissement), la largeur de la rue étant réduite de 5,5 m actuellement à 4,5 m.
  • 4 arbres seraient supprimés, les autres élagués côté voie douce.
  • des charmilles devraient être plantées.
  •  Le classement de la zone de circulation de la rue de la Vallée à 30 km/h, serait envisagé par la commune, après les travaux et si nécessaire.
  • L’îlot central en pavé qui sert de chicane pour ralentir la circulation serait supprimé.
  • Les trottoirs côté voie douce, vers le lavoir seraient élargis à 1m.

Les échanges entre élus ont donné lieu à plusieurs réflexions qui doivent être transmises au Département par Mr le Maire et son adjoint :

  • Contrôler la vitesse des véhicules sur ce tronçon.
  • Définir la priorité en sortie de propriété : voiture / vélo ?
  • Rendre prioritaire la sortie de la rue du Charné en positionnant des panneaux de « Stop » sur la rue de la Vallée.
  • Modifier la circulation des bus qui n’ont pas pour objet de s’arrêter à Saillancourt.

Début des travaux fin de l’année 2019 sous réserve des acquisitions foncières.

En fin de réunion Monsieur le Maire demande aux élus s’ils ont des remarques complémentaires. Pour ma part ce projet de phase 2 (correspondant à la Séquence 1 présentée lors de la concertation publique de 2012) répond tout à fait au cahier des charges du projet initial tel qu’il a été présenté le 13 mars 2012 Salles des Fêtes de Sagy par le Conseil général du Val d’Oise.

Ce projet est aussi l’aboutissement de la réunion avec le Conseil Départemental du 8 décembre 2017 ( lire :  http://www.regard-sur-sagy.fr/reunion-departemental-travaux-rd28-projet-de-sagy-voie-verte/ ) et de la marche citoyenne organisée le samedi 15 septembre 2018  (lire : http://www.regard-sur-sagy.fr/la-marche-citoyenne-vue-par-les-medias-leparisien-fr-et-la-gazette-du-val-doise/,  http://www.regard-sur-sagy.fr/marche-citoyenne-motion-deposee-le-samedi-15-septembre-2018-a-la-mairie-de-sagy/ , http://www.regard-sur-sagy.fr/marche-citoyenne-samedi-15-septembre-2018-a-10h00/).

Reste à réaliser la séquence 3 avec le passage de la voie douce sous la RD28.

Vendredi 27 septembre 2019 : « La lettre des élus – Parc naturel régional du Vexin français – Marc Giroud Président du Parc et Ghislaine Senée Présidente de la commission Aménagement durable et environnement »

Quelle agriculture pour le Vexin ?

Le Vexin français est et doit demeurer une terre agricole. C’est l’histoire de ce territoire et c’est sa vocation. Rien ne doit être imaginé qui puisse remettre en question la vitalité de cette activité, essentielle à plus d’un titre. Lire : –>

Vendredi 27 septembre 2019 : Le dernier article sur la qualité de l’eau « Les nouvelles de l’eau – 2019 » ( http://www.regard-sur-sagy.fr/les-nouvelles-de-leau/ ) informe que les résultats d’analyse du mois d’août afférant au réseau alimentant Sagy-bourg font apparaître un taux d’Atrazine Déséthyl Déisopropyl de 0,137 µg/L tandis que la limite de qualité est ≤ 0.1 µg/L. Ces résultats n’ont jamais été affichés en mairie et la population n’en a pas été informé.

Le 27/09/2019 encore, on peut remarquer, parmi les permis de construire, l’affichage de la conclusion sanitaire de l’ARS des analyses effectuées sur un prélèvement effectué le 8 août 2019 « Eau brute souterraine conforme aux limites de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés  » .

Or cet affichage appelle deux observations :

  • Le bulletin affiché concerne le forage de Chardronville (captage) destiné à la communauté d’agglomération de CERGY-PONTOISE et non le réseau alimentant Sagy-bourg à partir de la source de la Douée.
  • Les paramètres analysés restent d’ailleurs inconnus des lecteurs .

Il serait préférable d’afficher l’information sur la qualité de l’eau distribuée à Sagy concernant directement la santé des sagyiens et les sagyiennes.

Samedi 14 septembre 2019 : L’aménagement d’un passage inférieur cyclable sous la RD28  fait partie des lauréats de l’appel à projets « Fonds mobilités actives – Continuités cyclables 2019 »

Mme Elisabeth BORNE , ministre de la transition écologique, a annoncé ce samedi 14 septembre 2019 un financement de l’Etat pour construire et prolonger des pistes cyclables, dans le cadre d’un appel à projet destiné à encourager la circulation à vélo. Quelque 152 projets ont été retenus pour ce premier appel lancé fin 2018, avec à la clé 43,7 millions d’euros de subventions. Parmi les projets retenus, figurent la création de passerelles, la réhabilitation de ponts ou de tunnels, ou encore la sécurisation des franchissements de carrefours complexes. Le gouvernement affiche comme objectif de tripler d’ici 2024 la part modale du vélo dans les déplacements quotidiens, pour le faire passer de 3% à 9%.

Lancé le 13 décembre 2018 dans le cadre du Plan « Vélo et mobilités actives », l’Appel à projets « Fonds mobilités actives – Continuités cyclables » vise à accompagner les territoires dans leur transition vers une mobilité quotidienne plus active. L’objectif de l’appel à projets de résorption de discontinuités des itinéraires cyclables est de permettre d’offrir des infrastructures sécurisées et confortables à des usagers quotidiens de plus en plus nombreux.

voir le site -> https://www.francemobilites.fr/cartographie-laureats#velo-cc : « Conseil Départemental du Val d’Oise : Aménagement d’un passage inférieur cyclable sous la RD28 ».

Jeudi 5 septembre 2019 : Réunion municipale de rentrée : point sur l’actualité.

Présents : Mr Guy Paris, Mr Dominique Papillon, Mme Aline Boudin, Mme Sandrine Billard Mr Alain Bezard, , Mme Isabelle Cruble, Mr Daniel Devauchelle, Mr Etienne Guerrero, Mme Anne Sophie Guilliez, Mr Franck Olivier.

Rond-point : Reprise par le Département de la voie piéton /vélo autour du rond-point.

Voie verte : les travaux d’un tronçon de la voie verte ont débuté le 11 juin 2019 pour réaliser 900 mètres linéaires. La suite est à l’étude. Les riverains ont été entendus par le Département qui envisage de supprimer certains arbres, de créer des places de stationnement et de respecter une distance par rapport aux clôtures. Certaines parcelles étant la propriété des habitants, une négociation sera engagée par le Département.

Passage inférieur : Le Département devrait inscrire cet aménagement au budget 2020 et lancer les appels d’offre. Le calendrier des travaux devrait suivre.

Dépôts sauvages : La commune a reçu Mr le Préfet du Val d’Oise, le mardi 27 août et a d’ores et déjà reçu 12 800 euros de subventions pour la pose de 10 barrières sur les chemins communaux. Les emplacements « seraient » décidés (N.D.L.R. Par qui ?) . Mr le maire précise que tous les dépôts seront évacués.

Ecrans numériques : quatre classes ont été équipées. Les professeurs des écoles sont en attente d’une formation.

Alimentation : Nicolas Galand, maraîcher bio propose ses légumes. Se rapprocher de la mairie.

Finance communale : emprunt de 30 000 € afin d’équilibrer le budget.


Dimanche 8 septembre 2019 : Fête de la Moisson et de la ruralité organisée par l’association « Les Moissonneurs ».

La promenade solidaire des « Petits Princes » a réuni une quarantaine de participants emmenant les marcheurs jusqu’à Vigny. Attractions foraines, animaux, tracteurs, produits locaux du Vexin, petits et grands ont bénéficié d’une journée particulièrement clémente.

Le thème étant « L’agriculture d’hier à aujourd’hui. Pour transmettre aux générations actuelles les traditions du monde rural et le savoir-faire de nos aînés« , je proposerais pour la prochaine fête la réalisation de tables rondes / conférences-débats donnant la parole aux « hommes de l’art » (les agriculteurs ?), et la possibilité pour les visiteurs de dialoguer avec les professionnels, ce qui est aussi une façon de transmettre.

Ce dimanche une surprise attendait un membre actif des moissonneurs et fidèle participant des fêtes de la Moisson de Sagy avec la remise en milieu de journée d’une médaille à Mr Henri Pétraszko par Mme Marie-Christine Cavecchi, présidente du Conseil Départemental du Val d’Oise (lire à ce propos l’article de JPH : La « bleue » de Saillancourt dormait depuis 1986). ( http://www.regard-sur-sagy.fr/la-bleue-de-saillancourt-dormait-depuis-1986/ )

Dimanche 1er septembre 2019 : Sortie Patrimoine organisée par Le Comité d’Animation de Sagy sur le thème « Géologie et archéologie ». Cette promenade qui allait de Sagy Village au Petit-Mesnil puis sur le plateau était commentée par Mr Jean-Marie LARDY, hydrogéologue, ingénieur au service d’urbanisme et d’aménagement de la DDE du Val-d’Oise. En expliquant le contexte géologique global de l’anticlinal dit de Vigny, la superposition et la déformation des couches, la présence d’une formation argileuse imperméable (les argiles plastiques du Sparnacien), Mr LARDY a montré que l’habitat s’était naturellement implanté suivant une ligne de sources (Petit-Mesnil, Grand-Mesnil, Saillancourt) alors qu’au néolithique les sites se trouvaient sur le plateau.  Cette migration du plateau vers « les zones humides » s’explique par un besoin de plus en plus important en eau pour les troupeaux et les animaux d’attelage, parce que « l’eau c’est la vie ». Dans la commune le plus bel exemple est sans doute le hameau de Saillancourt qui se situe directement sur la nappe phréatique avec plusieurs sources de débordement. Au niveau du lavoir du Petit-Mesnil (à sec), lors de la discussion du contexte hydrogéologique et de la diminution de la ressource en eau de la nappe Yprésienne, un habitant a fait remarqué que le niveau piézométrique de la nappe avait baissé cette année de 40 cm à Saillancourt ce qui pour Mr LARDY est tout à fait exceptionnel. Un autre habitant de Saillancourt a fait part de mouvement de retrait des argiles dans la rue du Charné (on pourra à ce titre se reporter à l’article : http://www.regard-sur-sagy.fr/alea-retrait-gonflement-des-sols-argileux-rapport-brgm-juillet-2004/ ). S’il fallait conclure cette matinée par une réflexion sur l’aménagement du territoire communal, l’urbanisation à proximité de ces zones humides a permis le développement de communautés et d’une économie rurale basée sur la culture céréalière sur le plateau. Selon Mr LARDY l’augmentation croissante des consommations d’eau atteint ses limites et fragilise fortement l’équilibre de la ressource de la nappe qui ne peut se renouveler. Dans un autre domaine, le réseau routier, bâti sur les quelques sentes et chemins où circulaient charrettes et voitures tirées par des chevaux pour aller du fond de la vallée au plateau ne convient plus aux besoins et conditions de déplacements actuels. D’où les problèmes, les plus perceptibles au quotidien, de sécurité, charges et vibrations, vitesses et nuisances sonores et visuelle, qui existent de façon récurrente dans les hameaux.

Mr Jean-Marie LARDY exposant la situation de la ressource en eau (lavoir du Petit-Mesnil)
Sur le plateau se trouvaient les sites néolithiques
Circulation « moderne » des habitants : gare aux chevaux moteurs

Lundi 15 juillet 2019 : Réunion / présentation du projet de voie verte organisée rue de la Vallée.

Deux « réunions pour les riverains concernés » habitants rue de la Vallée ont été organisées par le Conseil Départemental, les mardi 9 et lundi 15 juillet 2019 pour évoquer la continuité de la voie verte dans le hameau de Saillancourt. En tant qu’élu, n’ayant pas été invité à participer, je regrette que la représentation municipale se soit limitée à Mr le Maire, un adjoint (Mr Bézard) et un conseiller (Mr Ricordeau). Il n’y a eu au sein du conseil municipal comme au sein des commissions aucun moment de partage d’information et de proposition collective pour étudier la faisabilité d’un aménagement départemental sur le territoire communal. L’absence préalable d’écoute des citoyens, d’explications, de propositions, d’argumentations n’est plus acceptable. Le mode de gouvernance directif et vertical reposant sur une seule personne doit se transformer en 2020 au profit d’une équipe d’hommes et de femmes rassemblant des compétences diverses et représentatives de toutes les sensibilités, afin de développer sur notre territoire des projets concertés.

Mardi 2 juillet 2019 :

Dans la dernière lettre d’information de « Regard sur Sagy », distribuée le 15 juin 2019 dans les boîtes aux lettres (voir également l’éditorial de juin 2019), j’écrivais : « A la marche citoyenne organisée en faveur de la sécurité des cyclistes et piétons, sur le trajet Saillancourt–Sagy aucun élu de la majorité n’a participé.  Face à un besoin aussi fondamental que la sécurité,  l’équipe municipale n’a pas accordé son soutien aux citoyens demandant la réalisation de l’itinéraire de mobilité douce promis et indispensable à la cohésion sociale au sein du territoire communal.  La route est encore longue avant qu’enfants et adultes puissent circuler sans danger entre le hameau et le village, vers l’école publique, les commerces et traverser la Rd28 par un passage souterrain ».

C’est sans doute le hasard qui veut que dans l’article de la Gazette du Val d’Oise du 1er juillet 2019 rédigé par M. LAFFIAC, Mr le Maire annonce : « Val-d’Oise. La voie verte et le passage souterrain prévus à Sagy pour 2020 », puis un peu plus loin : « Le projet sera inscrit au budget départemental de 2020 ».

Lors de la réunion le Conseil Départemental il y a 18 mois, concernant le passage inférieur, Monsieur BOEDEC (Conseiller Départemental délégué aux routes) n’avait pas de calendrier prévu (http://www.regard-sur-sagy.fr/reunion-departemental-travaux-rd28-projet-de-sagy-voie-verte/ ): « Aujourd’hui, la certitude vous l’avez, par contre, je ne peux pas vous donner de date ».

Les élections approchant, soyons vigilants sur les calendriers proposés surtout lorsqu’il y a confusion entre date de réalisation et date de budgétisation. Sans parler de l’obtention du budget complémentaire du Conseil Régional.

Samedi 15 juin 2019 :

Jeux inter hameaux Sagy 95 / Sagy 71

Lundi 10 juin 2019 :

La réalisation d’un premier tronçon de la voie douce est une bonne nouvelle et il faut se réjouir de la poursuite des travaux engagés par le conseil départemental  en novembre dernier par le défrichage des bords du ru le long de la Rd81.

Cyclistes et piétons ne seront plus tenus de côtoyer la circulation automobile sur le parcours très dangereux de la Rd81 entre la sortie de Saillancourt et  la Ferme La Couture.

Pour autant, nous sommes encore loin d’un trajet sécurisé menant du hameau de Saillancourt à Sagy village qui concentre, à lui seul, l’ensemble des services collectifs comme l’école, la marie, les commerces ou les équipements sportifs et culturels et nous heurterons immanquablement à la traversée de la Rd28.

Le clivage entre les habitants du bourg et ceux du hameau n’échappe pourtant pas aux élus citant, lors de la réunion publique du PLU « une fracture sociale importante entre Saillancourt et les autres entités du village ». C’est pourquoi le projet, proposé conjointement par le conseil général et la municipalité en 2012 ne doit surtout pas être abandonné. Le projet d’aménagement du carrefour Rd28/Rd81 global, visant en priorité la sécurité de tous les usagers, avec un passage inférieur pour piétons et cyclistes sous la Rd28 reste d’actualité.  

En 2017, quand le démantèlement du projet a été annoncé, les sagyens ont découvert que, faute de financement suffisant seul le giratoire se ferait.

Il a fallu beaucoup d’énergie, une pétition et le soutien des citoyens pour obtenir quelque espoir de voir se réaliser une voie douce dans une phase 2  et dans « une phase ultérieure »  un passage souterrain (cf. Compte rendu de la Réunion travaux Rd28 – Projet de Sagy – Voie verte du vendredi 8 décembre 2017  http://www.regard-sur-sagy.fr/reunion-departemental-travaux-rd28-projet-de-sagy-voie-verte/ ). 

Le projet 2012 était précis dans la description des aménagements et les diverses étapes de réalisation du chantier. Il n’en va pas de même en 2019 où privés de représentation concrète, les habitants attendent de connaître la nature des travaux, le calendrier de l’ensemble du parcours Saillancourt-Sagy sécurisé à pied ou à vélo, aucun écho des rencontres avec le conseil départemental.

La réalisation du projet présenté à la salle des fêtes il y a maintenant plus de 7 ans, dépend de l’attachement des sagyens et sagyennes à le défendre et les arguments en sa faveur ne manquent pas. Les avantages de la mobilité active sont aux premières pages de l’actualité. Pour Sagy, c’est retrouver une qualité de vie et une cohésion  sociale au sein du village.

La sécurité de circulation des piétons et cyclistes entre Saillancourt et le village sera effective après la mise en œuvre globale du projet initial, voie douce  et passage inférieur sous  la Rd28,  que je m’engage à  soutenir à vos côtés et promouvoir auprès des élus du canton, du département et de la région qui nous représentent.

Marche citoyenne du 15 septembre 2018
LES OBJECTIFS DU PROJET : Sécuriser la traversée de la Rd28 pour tous les usagers
Projet présenté le 13 mars 2012 Salles des Fêtes à Sagy

Dimanche 26 juin 2019 : Élections européennes

Vendredi 17 mai 2019 : Promenade au bord du bief de l’Aubette à Sagy dans la zone de l’ENS Départemental, dite « trame verte et bleue ». Comment peut on raser et détruire en plein mois de mai les écosystèmes et la biodiversité ?

Les hôtes de l’Aubette ne s’attendaient sans doute pas à une coupe aussi sévère et brutale de leur environnement, juste après la balade du dimanche 5 mai dans le marais de Sagy, au cours de laquelle Mme Laure Hache, guide du Vexin, faisait découvrir aux participants les propriétés thérapeutiques ou culinaires des plantes des zones humides. Il va sans dire la désertification du site a probablement mis en déroute toute la faune des bords de l’eau.

Un traitement qui ne semble pas aller dans le sens du développement et de la préservation de la biodiversité.

Où en sont les actions conjuguées de la commune, du SIBVAM, du PNR et du conseil départemental prévues sur l’ENS  du marais et les berges de l’Aubette de Meulan, territoires  partagés  entre de Sagy, Longuesse et Condécourt, actions qui ont pour objectif, la réhabilitation des zones humides par une gestion appropriée et concertée ?

http://www.pnr-vexin-francais.fr/fr/environnement/biodiversite/

Bief de l’Aubette de Meulan à Sagy envasé et biodiversité dévastée, ici plus rien ne peut vivre. Même les berges ont été rabotées.
Tout est propre, au sens « stérile ».

Ce qu’il faut faire :

——————————————————————————————————————–

Sagy Info du 11 mai 2019 : « Les espaces situés près du terrain ont été réaménagés, dont le terrain de pétanque (30m x 15m) qui vient d’être remis en état ».
à condition de jouer avec des boules carrées

6 mai 2019 : Merci à F. de partager cette information : « Connaissez-vous Pl@ntNet ? »

C’est une application qui, une fois téléchargée sur votre téléphone portable, vous permet d’identifier les plantes sauvages que vous pouvez croiser au gré de vos marches, randonnées, balades… Cette application a été conçue par une association montpelliéraine, Tela Botanica.

Plantnet est une application gratuite, sans publicité disponible pour IOS & Android. Vous pouvez également faire l’identification via une interface web.

L’application dispose d’une option qui vous permet d’identifier vos recherches en prenant directement une ou plusieurs photos ou en les important depuis votre bibliothèque. Afin de faciliter l’identification, vous pouvez prendre plusieurs photos de votre sujet. Pour un arbre par exemple, vous pouvez prendre les feuilles et l’écorce… Quand vous aurez pris vos photos, Plantnet vous demandera de choisir un TAG (fleur, fruit, feuille ou écorce). Lancez alors la recherche. Plantnet va vous afficher la liste des résultats avec un indicateur de fiabilité sous la forme d’étoiles. En sélectionnant le résultat, vous aurez accès à d’autres photos qui vous permettront de bien valider votre identification. Depuis cet endroit, en haut à droite une option vous permettra d’avoir plus d’informations sur l’espèce avec Wikipédia et Tela Bonatica.

Vu que le système de reconnaissance de Plantnet est basé sur la reconnaissance d’images, il faut que vos photos soient les meilleures possible.  Zoomez sur une feuille, une fleur, une tige, un fruit…. Pour Plantnet une bonne photo c’est  une photo nette et  une photo centrée sur un organe (feuille, fleur…) qui prend presque toute l’image.

5 mai 2019Entre village et milieux humides – sortie animée par Laure Hache, guide du Vexin français, à Sagy et au sein de l’Espace Naturel du Marais de l’Aubette, dans le cadre de la « Balade du dimanche » , organisée par le Parc naturel régional du Vexin français.

« Parcourir Sagy, c’est découvrir l’importance de l’eau dans ce village au fil de son histoire. C’est aussi connaître les outils de préservation des milieux naturels aux qualités écologiques reconnues (flore et faune) et les possibilités de mise en œuvre de leur protection à l’échelle locale. A la limite sud du Parc naturel régional du Vexin français, rien de tel qu’une petite promenade vers le ruisseau de Sirefontaine pour se rendre compte de l’importance de l’eau dans ce village bordant l’Aubette de Meulan : moulin, lavoir, puits et autres témoignages existent dans les rues. L’existence des étangs et la proximité du cours d’eau génère des habitats particuliers : découvrons les riches milieux de cette zone classée « espace naturel sensible » : ruisseau, roselière, marais et la flore qui y est liée. ( http://www.pnr-vexin-francais.fr/fr/agenda/agenda-detaille/bdd/agenda_id/683 )

Cette promenade, principalement orientée vers la connaissance de la végétation des milieux humides, a réuni une trentaine de personnes et permis de découvrir nombre de plantes et d’anecdotes.

La reine des prés : a été utilisée comme aromatisant pour les crèmes et les desserts, mais aussi les dentifrices et les boissons. Ses inflorescences restent un excellent condiment, à condition de les avoir fait sécher au moins un an avant utilisation, la maturation permettant aux arômes de se développer. Tisane : fleurs et feuilles donnent une infusion agréable. Elles peuvent aussi être mises à macérer dans du vin ou de la bière pour les parfumer. Un de ses principaux constituants est l’acide salicylique (aspirine).

Reine des Prés

Alliaire officinale ou Herbe à ail : ses graines peuvent servir de substitut à la moutarde noire dans l’élaboration du condiment du même nom (moutarde). Les jeunes feuilles mélangées dans une salade apportent un léger goût d’ail. Des graines de cette plante ont été identifiées dans des dépôts de nourriture sur des poteries préhistoriques. C’est la première preuve directe de l’utilisation d’une épice dans la cuisine Européenne entre 6 100 et 5 750 ans avant aujourd’hui.

Alliaire

Épiaire des bois : la plante dégage au froissement une odeur désagréable. Les feuilles et jeunes pousses consommées crues en salade confèrent ainsi une note musquée que tout le monde n’apprécie pas ; en revanche, celle-ci disparaît sous l’action de la chaleur, remplacée par un surprenant parfum de cèpe. Les feuilles et pousses de ce « cèpe végétal » finement hachées puis plongées dans l’eau en vue d’une cuisson prolongée font ainsi un excellent potage, des poêlées, ou assaisonner des omelettes. Mais on peut aussi l’utiliser blanchie, en légume d’accompagnement avec du poisson.

Epiaire des bois

Benoîte commune également appelée herbe de Saint Benoît, herbe du bon soldat : autrefois, on employait la racine desséchée pour remplacer le clou de girofle. On l’utilisait également pour parfumer la bière, ou le vin par macération avec des zestes d’agrumes.

Benoite commune

et beaucoup d’autres histoires ….

Dimanche 5 mai, les résidus de combustion ont été enlevés

Mardi 23 avril 2019 : « Le « jus » de la décharge et la détérioration des équipements sportifs sont bien visibles des promeneurs. Tout le village fait le chemin de Longuesse , personnes âgées, jeunes mères, enfants, sportifs, … . » Confidence désenchantée d’un habitant de Sagy village. Effectivement avec les pluies, le « jus » s’écoulera dans l’Aubette.

23 avril 2019 : le dépôt sauvage fume encore, depuis son brûlage le 8 avril.
De nombreuses matières nocives ont été brûlées.

Lundi 22 avril 2019 : Journée de la Terre.

Jean-Paul Herbin, habitant de Saillancourt, a partagé avec une dizaine de randonneurs l’histoire géologique du hameau : – les paysages depuis 60 millions d’années, – les dépôts, – les érosions, – les sources, et – la venue d’Antoine Laurent de Lavoisier, chimiste, philosophe, économiste et géologue, alors âgé de 23 ans lorsqu’il visita la carrière. Par sa qualité exceptionnelle la pierre de Saillancourt a été utilisée durant la seconde moitié du XVIIIème  pour la construction de ponts d’un modèle architectural révolutionnaire pour l’époque, dont le pont de la Concorde de 1786 à 1791,  sous la direction de Jean-Rodolphe Perronet.

2 heures 30 de voyage dans le temps en profitant d’une matinée ensoleillée.

Lundi 22 avril 2019 : Journée nationale de la géologie

Pour évoquer l’histoire des paysages qui se sont succédés au cours des temps géologiques sur le site de Saillancourt et dans le Vexin, ainsi que la particularité géologique de la carrière de Saillancourt : rendez-vous sur la place de Saillancourt lundi 22 avril à 10 heures

Parcours pédestre de 3 km, accessible aux enfants ayant l’habitude de marcher, chaussures de sport ou de marche conseillées. Gratuit. Durée 2 heures 30.

22 avril : Journée internationale de la Terre

Lundi 8 avril 2019 : Brûlage du dépôt « sauvage » par la commune

Destruction par le feu, complète ou non, d’éléments combustibles. Selon la loi, il est formellement interdit d’effectuer un brûlage sauvage de déchets à l’air libre, quels qu’ils soient.
Droit au but !

Vendredi 5 avril 2019 : UNE HONTE !

UNE HONTE !

UNE HONTE !

Des dépôts sauvages sur le terrain de football qui fût, avant d’être un stade, une décharge.

S’efforce t’on de perpétuer les traditions dans notre commune ?

Les citoyens de Sagy peuvent découvrir ce tas de gravats en se promenant sur le chemin de l’Aubette. Malgré, les murs des potagers, restaurés avec soin par la commune,  les « milliers » de cyclistes empruntant la voie Paris-Londres, ne pourront détourner le regard de la zone sinistrée du terrain « de sport » de Sagy. Les photos et commentaires ne manqueront sans doute pas dans le récit des internautes. Peut être un article dans « Le Parisien » ?

Sur le site, du bois, du papier, mais aussi des matières plastiques, alors que l’Aubette est toute proche.

Qui autorise ces actes inadmissibles ?

Pourquoi a-t-on autorisé le dépôt à cet endroit ?

Pour y mettre le feu alors que cela est interdit ?

Outre la pollution de l’environnement (air et eau), il s’agit d’un espace fermé dédié aux enfants qui entre autre désagrément se voient privés de leur terrain de jeux et sans doute pour longtemps avant qu’il ne soit dépollué..

Vendredi 29 mars 2019 18h00 : Commission finances

SAGY : un budget primitif 2019 improvisé.

L’unique tableau des comptes communaux distribué par Mr le Maire lors de la réunion est erroné, les totaux sont faux.

Les élus auraient dû avoir les documents suivants :

– le Compte de Gestion2018,

– le Compte Administratif 2018

– le Budget Primitif 2019.

Il est par conséquent impossible d’avoir un budget primitif 2019 précis.

Une autre réunion finances est prévue avant le CM du 12 avril 2019.

En cinq ans, c’est la première fois que le budget est présenté avec autant de négligence. Le budget primitif 2019 présenté par Mr le Maire ne tient pas compte de la situation désastreuse de nos finances communales. En effet, pour la 3ème année consécutive la commune emprunte 100 000 € afin de pouvoir boucler son budget. Mr le Maire : « Je l’ai toujours dit, il n’y a pas de mystères, l’argent, quand on ne l’a pas pour investir, ou on augmente les impôts (NDLR : pas à l’ordre du jour en période électorale, après ce sera inéluctable), ou on a des subventions, ou on emprunte ». Mr le Maire se plaint de la baisse des recettes et de l’arrêt des subventions parlementaires, mais ne remet pas en cause son mode de gestion.

Le virement de la section de fonctionnement au budget d’investissement estimé à 165 000 € «ne sera pas possible» au dire de Mr le 1er adjoint. Mr le Maire : «on ne peut pas prendre 165 000 €, et même avec ça il manque 30 000 € donc ce n’est pas possible».

En fin de réunion, Mr le Maire demande si nous suggérons le report de certaines dépenses d’investissement, la clôture du stade (2400 €), la réfection du toit de la mairie (34 255,51 €), le columbarium (21 000 €) etc.

Tout est déjà décidé par notre édile qui mène depuis 5 ans, lentement mais sûrement notre commune « dans le mur »… de la ruelle St Sulpice à ceux des jardins communaux.

Suite à cette réunion, j’ai fait plusieurs demandes de précisions par courriel à Mr le maire le 30 mars 2019. A ce jour aucune réponse.


Samedi 23 mars 2019, Carnaval de Sagy.
Samedi 16 mars 2019 matinée environnement à SAGY

Vacances scolaires : mercredi 6 mars : « Réalisation d’un abri pour abeilles solitaires » à la maison du Parc de Théméricourt

Voir le site du PNR :   http://www.pnr-vexin-francais.fr/fr/agenda/agenda-detaille/bdd/agenda_id/493  

Mercredi 20 février 2019 : Compte rendu du Comité environnement et voirie et réseaux lundi 18 février 2019 18h30.

Environnement

Dépôts sauvages.

10 sites sensibles ont été répertoriés sur la commune.

La commune de Courdimanche a pris la décision de fermer ses chemins avec 6 ou 7 barrières qui vont être placées sur les accès stratégiques, proches de SAGY.

Si nous ne réagissons pas les dépôts sur notre commune risquent de ce fait de s’amplifier considérablement.

Mr Paris et Mr Papillon ont rencontré le sous préfet ainsi que le commandant de gendarmerie du secteur de Vigny. Ces derniers encouragent la commune de Sagy à poser des barrières afin de limiter les dépôts sauvages. Un dossier devrait être adressé au FIPD (Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance) pour subventionner les barrières à hauteur de 50% et un autre auprès de la Région afin d’obtenir 30% supplémentaires.

Dans un deuxième temps la pose de caméras de chasse (environ 500 euros pièce) est évoquée.

Frelons asiatiques.

 « L’expansion du frelon invasif Vespa Velutina Nigrithorax n’a pas cessé depuis son introduction involontaire en 2004 dans le Lot-et-Garonne.

La présence du frelon asiatique dans le Val d’Oise a été confirmée dès 2014, 93 nids secondaires ont été recensés en 2017 mais  plus de 50 sans coordonnées s’y ajoutent. Soient au moins 140 nids identifiés sur le département.

Pour cette année 2018, en octobre nous en sommes à plus de 500 nids détruits et déclarés (+ probablement une cinquantaine non encore déclarés). Les feuilles d’arbres tombent et les découvertes des nids en hauteur sont nombreuses. Nous avons jusqu’à la mi décembre pour détruire ces derniers nids avant que les fondatrices pour 2019 n’aillent se cacher… »

Source : Les amis des abeilles du Val d’Oise. abeilles95.fr – https://www.abeilles95.fr/?page_id=1806

A ce propos lire l’article rédigé par une apicultrice saillancourtoise sur le site de la mairie (http://sagy.fr/wp-content/uploads/2019/02/frelon.pdf ).

Un certains nombre de nids ont été repérés sur la commune de Sagy et le problème tend à s’aggraver, les frelons asiatiques se reproduisant très rapidement. En octobre 2018, 2 nids ont été éradiqués par une entreprise spécialisée au Petit Mesnil et au Grand Mesnil. Même vides les nids doivent être enlevés, il existe toujours un risque que des reines hibernent à l’intérieur. Sur Sagy village il y a deux nids, un à côté du terrain de football et un à côté des tennis.

Le sujet a été abordé à la réunion de l’union des maires à Ermont. Il a été décidé de faire un courrier au Préfet en mentionnant le danger sanitaire grave. La CCVC a budgétisé 10 à 12 000 euros afin de financer l’éradication des nids par des professionnels désinsectiseurs agréés.

Aérodrome de Cormeilles-en-Vexin.

Le projet d’atterrissage et de décollage de porteurs de 35 tonnes et de renforcement du trafic de jets a été évoqué le 15 mars 2018 à l’AG de la DIRAP qui s’est déroulé à Génicourt.

La commune de Sagy n’a pas renouvelé son adhésion à la DIRAP, mais devrait le faire pour 2019. Les dirigeants de la DIRAP auraient besoin de renfort et d’un plus grand nombre d’adhérents, ils s’investissent depuis plus de 20 ans.

Le projet de terminal 4 de Roissy CDG représente, en 2017, 101,5 millions de passagers pour Roissy CDG et 32 millions de passagers à Orly. L’extension de l’aérodrome de Cormeilles-en-Vexin correspondrait approximativement au trafic de l’aéroport d’Orly. Des représentants municipaux de Sagy se rendront à la réunion publique le 25 mars prochain à Eaubonne.

Organisation du travail de l’adjoint technique.

Il est proposé de donner au cantonnier des conditions de travail correctes. Pendant les périodes difficiles, il est décidé d’embaucher une personne pour aider le cantonnier (de mars à juillet et en novembre pour le ramassage des feuilles). La polyvalence du métier exige une aide, enlever les dépôts sauvages, interventions dans les écoles, à la salle des fêtes, divers bricolages …

Matinée environnement.

Une matinée environnement sera organisée samedi 16 mars 2019. RDV devant la mairie entre 8h00 et 9h00.

Enfouissement des réseaux aériens rue de la Vierge par le SIERC.

L’appel d’offre se fait en mars 2019 et les travaux devraient commencer fin juin-début juillet. Une citoyenne interroge les élus sur les dates prévisibles d’enfouissement les réseaux à Saillancourt, hameau le plus affecté par les lignes aériennes ? Ce sujet n’est pas à l’ordre du jour. Ce qui a été retenu c’est la rue de la Vierge. Mr Papillon explique qu’en 15 ans la mairie a acheté la boulangerie, la boucherie, réalisé l’école maternelle donc il n’y a plus de budget. A Saillancourt la fibre optique passera en aérien.

Sur la commune de Sagy, la fibre optique devrait être opérationnelle en avril 2019. Elle est financée par la CC Vexin Centre et subventionnée par le Département.

Voirie et réseaux 2019

Ralentisseur rue de la Goupillère.

Le ralentisseur de la rue de la Goupillère n’est pas abandonné, mais à ce jour aucune solution n’a été trouvée. Les coussins berlinois sont à nouveau évoqués.

Accès terrain communal.

Afin d’empêcher l’accès des gens du voyage au terrain communal, 2 propositions d’aménagement de l’entrée ont été proposées (voir ci-dessous CR du comité bâtiments et patrimoine du lundi 11 février 2019). Un citoyen propose la solution de bornes escamotables.

Ruelle St Sulpice.

Maintenant que la commune a investi dans la reconstruction du mur le long de la sente, le poteau doit être déplacé afin de favoriser l’accès à la ruelle.


Mardi 19 février 2019 : Compte rendu du comité bâtiments et patrimoine du lundi 11 février 2019 18h30

Bilan travaux 2018

Mur du jardin : 7500 € HT soit 9000 € TTC.

Mur du jardin en face du terrain de football

Église : tomettes et toiture 3060 € HT (subvention* de 40% du coût).

École primaire :

  • Peinture des fenêtres et portes du rez de chaussée : 2620 € HT.
  • Réparation du portail 540 € HT (subvention* de 40% du coût).
  • Peinture des sanitaires 3078 € HT (subvention* de 40% du coût).
  • Peinture du portail et du portillon 2116 € HT (subvention* de 40% du coût).
  • Divers travaux d’électricité 637,50 € HT.
  • Ballon d’eau chaude  3145,15 € HT.

Presbytère :

  • Vérification toiture et changement de tuiles 780 € HT (subvention* de 40% du coût).

Garderie :

  • Rénovation de la corniche 830 € HT (subvention* de 40% du coût).
  • Réparation de la gâche électrique de la garderie 75 € HT.

Maternelle :

  • Réparation des gouttières dégradées 680 € HT (subvention* de 40% du coût).
  • Anti-pince doigts 400 € HT.

Boulangerie :

  • Réparation à l’étage de quelques tomettes et d’une trappe sous la baignoire 750 € HT.
  • Réparation plinthe et serrure de la porte d’entrée du logement 335 € HT.

Ateliers communaux : sécurisation des portes des ateliers 750 € HT.

Court de tennis : entretien 990 € HT.

Entretien annuel de toutes les chaudières pour 1034 € HT.

Logement garderie : plomberie changement d’un thermostat 475 € HT.

Travaux 2018 : total 29795,65 € HT, 35754,78 € TTC.

A noter : Le coût des  travaux du mur de la ruelle St Sulpice ne figure pas dans ce bilan, pourtant la réfection a été faite en 2018.

(*DETR : Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux).

Prévision Travaux 2019

Clocheton de la mairie :

Deux entreprises vont faire les travaux, un maçon et un couvreur, les entreprises sont choisies sans appels d’offres, pourtant la loi précise : au-delà de 25 000 euros les travaux doivent faire l’objet d’une « publicité libre ou adaptée ».

  • 43 718 euros TTC (demande de DETR pour une subvention de 40% des travaux ainsi qu’auprès du PNR).

École maternelle : Changement d’un ballon d’eau chaude 869,75 € HT (réalisé).

Église : Corniche à refaire 7330 € HT.

Mairie : Peinture escalier 5046 € HT, compris dans le devis du clocheton.

Logement garderie : 3 velux et casser un conduit de cheminée qui ne sert plus 4455 € HT.

Boucherie : Réparation placo abimé et peinture suite à une fuite 2230 € HT.

Projet de columbarium : Deux entreprises ont fait des devis pour 24 emplacements entre 20 000 et 30 000 €. Concession  de 10, 15 ou 30 ans. Le PNR subventionne l’aménagement s’il s’intègre esthétiquement à l’environnement vexinois. Voici plus de 4 ans que nous parlons de cet aménagement, peut être qu’à l’approche des élections municipales il verra le jour.

Écoles : Acquisition de 4 tableaux numériques (demande de subvention à Val d’Oise numérique).

Projet d’aménagement de l’entrée du terrain communal afin d’empêcher l’installation des gens du voyage : 2 solutions envisagées.

  • Plus petit portail à gauche de l’entrée ne permettant pas de passer avec une caravane, le portail principal étant obstrué.
  • Aménagement du portail existant, (vantail de droite quand on est face au terrain communal) réduction du vantail afin d’empêcher une caravane de passer tout en permettant le passage de  l’agent technique. Devis à demander.

Le choix par la CCVC des communes qui accueilleront une aire pour les gens du voyage sera fait au mois de juin 2019.


Samedi 16 février 2019 : Une quinzaine de personnes ont participé hier à la réunion du Grand Débat qui s’est tenue à la Salle des Fêtes de 18 à 21 heures. Les thèmes traités ont été principalement : « Démocratie et citoyenneté » et « Fiscalité et dépenses publiques ». Certaines propositions ont de fait approché les autres domaines, comme la taxe carbone qui concerne à la fois la fiscalité et l’écologie (« Transition écologique »). Une prudence a été exprimée sur les suites données au Grand Débat, mais « en même temps » chacun a apprécié la possibilité de se réunir pour débattre de ces sujets à l’échelle locale, et même l’envie de renouveler l’expérience. En tant qu’organisateur je suis maintenant en charge d’établir un compte rendu qui sera publié sur le site du Grand Débat et sur le journal « Regard sur Sagy ». Je remercie les participantes et participants pour la teneur de ce débat, les questions pertinentes et les échanges constructifs.

Vendredi 8 février 2019 : 18h30 réunion de « travail » sur le PLU.

Le dossier PLU définitif sera imprimé par le Bureau le 12 février, Mr PAPILLON nous explique que ce soir nous pouvons « changer quelques virgules » . Il suffit de voir l’intitulé des documents pour comprendre qu’il n’y a rien à débattre, nous sommes le 8 février et les documents sont annotés : « PLU approuvé par délibération du Conseil municipal du 21/02/2019 ». Sans commentaire.

Vendredi 1 février 2019 : Réponse de Mr le maire à la demande de mise à disposition d’une salle afin d’organiser un « Grand Débat » à SAGY.

« Je vous confirme mon accord pour la mise à disposition à titre gracieux de la salle des fêtes de Sagy le vendredi 15 février 2019 de 18h à 21h pour la réunion que vous souhaitez organiser dans le cadre du « Grand Débat National » proposé par le Président de la République ».

Voir article : Débat National à SAGY : vendredi 15 février 2019 de 18 à 21 heures – Réunion publique, échanges et concertation avec les habitants : http://www.regard-sur-sagy.fr/debat-national-a-sagy-vendredi-15-fevrier-2019-de-18-a-21-heures/

Mercredi 30 janvier 2019 : SAGY sous la neige

Mardi 29 janvier 2019 : courriel envoyé en mairie :

« J’apprends ce jour qu’une soirée théâtrale a été programmée par le Comité d’Animation de Sagy le samedi 16 février 2019 à 20h30, à la salle des fêtes

Dans le cadre du grand débat national, lancé par le Président de la République, je vous renouvelle néanmoins ma demande concernant la mise à disposition d’une salle communale, le samedi 16 février 2019 de 17h00 à 20h00.

Je vous remercie de me répondre dans les plus brefs délais afin que je puisse correctement organiser cette réunion à l’intention des citoyennes et citoyens de Sagy ».

Dimanche 27 janvier 2019 : courriel envoyé en mairie :

« Dans le cadre du grand débat national, lancé par le Président de la République, en tant que citoyen et élu de Sagy, je souhaite prendre l’initiative d’organiser une réunion permettant à tous de débattre de questions essentielles.

Pour la première fois la parole est donnée aux citoyens, et pour que ce moment historique se passe dans les meilleures conditions, je vous demande de bien vouloir mettre à disposition de tous ceux qui souhaitent participer à ce débat, la salle des fêtes ou tout autre salle communale, le samedi 16 février 2019 de 17h00 à 20h00″.

Mardi 22 janvier 2019 : Comme prévu, la neige tombe sur Sagy.

La veille, lundi 21 janvier, Mr le maire s’exprime sur France 3 Ile de France : https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/jt-1920-paris-ile-de-france (voir à partir de 1’07). L‘épisode neigeux est prévu par Météo France. L’anticipation et la préparation sont les meilleures armes pour les régions de plaines concernées par le risque de neige.

Le sel est la solution la plus utilisée pour faire fondre la neige et la glace accumulées sur les chaussées. Alors, à quel moment faut-il agir ? Faut-il prendre des mesures préventives plutôt que curatives ?


« Contrairement aux idées reçues, l’usage du sel n’est pas approprié à toutes les conditions météorologiques hivernales. C’est même un produit très délicat à utiliser. « Une fois que la neige recouvre la chaussée de quelques centimètres, il est complètement inutile de saler, explique Gérard Queyrel, responsable d’exploitation aux Autoroutes du Sud de la France (ASF). C’est même complètement contre-productif. En quelques secondes, sous l’effet du sel, une couche de neige voit sa température chuter de – 2°C à – 17°C et se transforme en glace. C’est d’ailleurs ce que recherche le poissonnier qui met du sel sur la glace de son étal pour la garder la plus froide le plus longtemps possible.» Tout le jeu consiste à anticiper les chutes de neige et à lancer les opérations de salage avant les premiers flocons. Le sel placé dessous joue alors un rôle inverse et permet de limiter la formation de verglas. En revanche, une fois la neige tombée, sans salage préalable, seuls les engins de raclage avec des lames sont efficaces pour dégager la chaussée ». ( http://www.leparisien.fr/societe/seul-le-salage-preventif-est-efficace-26-01-2004-2004710578.php ).

La situation locale ayant été si bien anticipée sur FR3 le 21, n’aurait-il pas été opportun d’agir préventivement et/ou plus rapidement le 22 ?


Année 2019

Chères amies et amis, chères lectrices et lecteurs, en ce début d’année, j’ai le plaisir de vous adresser mes vœux de bonne santé, de bonheur et d’amitié, pour vous mais également pour celles et ceux qui vous sont chers.


Jeudi 10 janvier 2019 : En ce début d’année 2019 une nouvelle exposition vient de s’afficher rue de la Goupillère sur le thème : « 1919 – 1939, l’entre deux guerres, une auberge à Saillancourt, « l’Oasis de Paix » »

Cette 8ème exposition depuis 2011, à l’initiative de Jean-Paul Herbin habitant le hameau de Saillancourt, a pour but de valoriser l’histoire et le patrimoine local en créant une halte récréative pour les randonneurs et les cyclistes.

Les expositions précédentes se retrouvent sur le blog :http://laboutonnieredesaillancourt.over-blog.com/.


Samedi 05 janvier 2019 11h00 : vœux de Mr le maire.


Jeudi 03 janvier 2019 19h00 : Suite à l’enquête publique qui s’est tenue du 12 novembre au 14 décembre 2018, réunion PLU pour traiter, avec les élus, les questions et remarques de Mr le commissaire enquêteur. Mr le maire annonce : « il n’y aura pas de compte rendu de cette réunion, chacun prend ses notes ».

Présents : Mr Guy PARIS, Mr Dominique PAPILLON, Mr Régis RICORDEAU, Mme Annick CRECY, Mr Etienne GUERRERO, Mr Alain BEZARD, Mr Daniel DEVAUCHELLE, Mme Anne Sophie GUILLIEZ, Mme Isabelle CRUBLE et Mr Paul MORATEL. Absents excusés : Mme Sandrine BILLARD, Mme Aline BOUDIN, Mme Aurélie DEREMETZ et Mr Paul LINZA.

Dans les huit jours qui ont suivi l’enquête publique, Mr le commissaire enquêteur a formulé dans un document de 12 pages toutes les questions et remarques qui pouvaient nécessiter une révision et des réponses de la part des élus de SAGY. Les décisions prises au cours de notre réunion du 3 janvier devaient être rapportées le lendemain, 4 janvier 2019, à Mr le commissaire enquêteur par les 4 élus de la commission PLU (Mr Guy PARIS, Mr Dominique PAPILLON, Mr Régis RICORDEAU et Mme Annick CRECY).

Les 4 élus mandatés pour élaborer le PLU de SAGY s’étaient réunis le 16 décembre 2018 et le document lu par Mr le maire contenait les réponses du bureau d’étude LDL. Mr le Maire, a refusé de communiquer et partager en réunion le document réponse de 12 pages pré rédigé par la commission PLU sur les conseils du cabinet LDL. Ce qui n’a pas permis de statuer en toute connaissance sur les changements apportés au PLU.

Sur la seule présentation orale de Mr le Maire, il fut acté que certaines zones agricoles allaient être modifiées, que 3 OAP sur 5 étaient annulées, que les emplacements réservés étaient maintenus sans modification, que certaines constructions (agrandissements) en zone A pourraient être dérogatoires pour 3 citoyens de la commune, que le bassin de rétention des eaux à Saillancourt n’était pas d’actualité, que le ralentisseur rue de la Goupillère n’était plus abandonné, que les nombreuses erreurs sur les plans allaient être mises en conformité avec la réalité du terrain. La liste des décisions est non exhaustive et la complexité des thèmes à traiter auraient exigé une argumentation sérieuse et approfondie que l’urgence et l’absence de document ne permettaient pas.

Nous étions convoqués pour valider les choix de Mr le maire qui nous demandait de nous exprimer par un vote, ce que j’ai refusé ne pouvant ni prendre connaissance, ni discuter le contenu du document de 12 pages. Mr le maire explique en fin de séance : « aucun des membres du conseil municipal à part les quatre (NDLR : les 4 élus de la commission PLU) n’ont été au courant de nos travaux ». A noter que c’est dans des conditions semblables que le PLU avait été voté lors du Conseil Municipal du 29 juin 2018.

Dates à retenir :

  • 15 janvier 2019, avis du commissaire enquêteur sur les justifications des élus.
  • 23 janvier 2019, réunion entre les 4 membres de la commission PLU, le PNR, les services de l’Etat, les PPA (Personnes Publiques Associées) et le bureau d’étude LDL.
  • Jeudi 21 février 2019, Conseil Municipal, afin de valider le PLU.

Archives