Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Le giratoire dans sa version 2017 n’est plus du tout le projet déclaré d’Utilité Publique par la préfecture en 2014

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

Giratoire version 2017

Selon le journal Le Parisien, la France détient la moitié de tous les carrefours giratoires du monde avec près de 30 000 ouvrages, auquel s’ajoutera bientôt le rond-point de Sagy.

Sur le site internet de Sagy,  figure un projet communal de réaménagement du carrefour RD28/RD81 présenté à la population en 2012 et déclaré d’utilité publique en 2014, la décision portant sur le « Réaménagement du carrefour RD 28 / RD 81 et réalisation d’une voie de circulations douces entre Sagy Village et Saillancourt ».

« Communication de la direction des routes du Conseil Départemental du Val d’Oise » :

  • « Avec un trafic quotidien de l’ordre de 15 000 véhicules par jour en moyenne (deux sens confondus), dont 12 % de poids lourds, la RD 28 connaît une forte situation d’accidentologie, particulièrement au carrefour avec la RD 81. Dans sa gestion actuelle en carrefour à feux, l’incivilité et l’irrespect de la signalisation par des usagers rend cette intersection potentiellement dangereuse. Afin de remédier à cette situation le Conseil Départemental du Val d’Oise et le conseil municipal de Sagy travaillent depuis plusieurs années dans le but d’élaborer un projet conforme aux attentes des habitants et à celles des usagers de la route».
  • « Visant l’amélioration de la sécurité du carrefour et la sécurisation de la traversée de la RD 28 et notamment pour les modes actifs (piétons, cyclistes et tout autre moyen de déplacement non motorisé), le projet porte sur le réaménagement du carrefour entre la RD 28 et la RD 81 en carrefour giratoire et la création d’un itinéraire de circulations douces le long de la RD 81 reliant le centre de Sagy au centre du hameau de Saillancourt, une voie verte dédiée à cet effet s’étend sur environ 2 km et prévoit de passer sous la branche sud du futur giratoire grâce à un ouvrage dénivelé ».

C’est sous cette forme que le projet a été approuvé par la population, par le conseil départemental et Déclaré  d’Utilité Publique. C’est donc en cet état que le réaménagement du carrefour s’avérera « conforme aux attentes des habitants et à celles des usagers de la route » et à la description et aux règles définies par l’administration elle-même.

Or en janvier 2017, selon l’information de notre maire, annonçant le début des travaux du giratoire en septembre 2017, « la sécurisation de la traversée de la RD28 et notamment pour les modes actifs (piétons, cyclistes et autre moyen de déplacement non motorisé) » se concrétiserait par un simple passage piétons sur la chaussée, de même pour la traversée de la RD81.

Quand à la voie douce menant du bourg à Saillancourt, elle est rayée de la carte, comme indiqué dans le dernier Sagy Infos 83 de juin 2017, d’une façon moins catégorique peut-être, mais sans que la moindre idée émerge de la réflexion active entre la mairie et le conseil départemental sur ce point promise dès janvier. Les seuls échos relatifs au réaménagement du carrefour RD28/RD81 concernent une réunion du 14 juin 2017 avec visite de terrain portant sur les points routiers litigieux de Chardronville et Condécourt, et la réalisation du giratoire, la qualité esthétique des matériaux utilisés et l’assurance d’une entrée de Sagy ayant belle allure.

Les explications données par monsieur le maire et son premier adjoint lors du conseil municipal du 27 juin 2017 stigmatisent la fragilité du projet :

Mr le Maire : « Ce serait, si ce dossier est traité, une chose est sûre, ça ne remplace pas le passage inférieur, cette demande intermédiaire, j’allais dire, avant le passage inférieur et la voie complètement douce telle qu’elle a été prévue dans le cadre de la déclaration d’utilité publique, cette solution passerait par une formule aménagement, c’est-à-dire qu’on irait entre Saillancourt et le Village en améliorant la sécurité, on réduit la vitesse dans Saillancourt avec ce qu’on a dit, des plateaux, des machins, des trucs, et puis on sécurise le cycliste ou le piéton, en faisant, en permettant, qu’il puisse, actuellement, comme c’est là, en défrichant simplement. Le Département ne veut pas être accusé de faire des choses sur lesquelles il y a eu une enquête publique. Il ont trouvé, c’est pas l’astuce, en disant ça fait parti des travaux qui sont possibles dans le cadre d’autres financements. Mais le budget approprié pour la voie douce telle qu’elle a été dans l’enquête publique, qui a fait l’objet d’un DUP (Déclaration d’Utilité Publique), avec le passage inférieur, reste d’actualité, bien entendu. Pour pas qu’il y ait de quiproquo voilà comment ça va se passer, alors on va voir ce qu’on va nous présenter au mois de septembre, pour Saillancourt intra muros et pour cette voie douce, ils sont venus, ils ont mesuré, ce qu’il faut tailler dans la bute à l’entrée du champ de foire.

Franck Olivier (FO) : « Donc ce qu’ils proposent c’est de faire une voie douce provisoire ? 

Mr le Maire : « Oui, enfin, quelque chose en attendant la vraie voie douce, c’est à notre demande, une solution, ce n’est même pas provisoire ».

Mr le premier adjoint : « D’un côté, parce que si tu veux là c’est l’entrée sur Sagy, là aujourd’hui,… comment dire…la montée dans le sens Saillancourt/Sagy vient buter dans le mur de la ferme Malingre, donc on leur a demandé de réfléchir à une sécurisation des vélos et des piétons pour arriver sur la place de Sagy. Cà c’est un point. Et de l’autre côté on finit sur le projet existant de la voie douce de Saillancourt qui vient finir sur ce que j’appelle « la queue de rat » qui finit dans la maison de Mr et Mme Degout qui finit sur un trottoir qui fait à peine 40 cm, qui n’est pas du tout viable. On leur à demander une réflexion, on leur a montré la situation,  maintenant on ne sait pas ce qu’ils vont nous proposer. Ils vont peut-être nous faire une proposition de remonter la rue du Charné, de reprendre le petit chemin qui est au niveau de Mme Maesse qui rejoint la côte de la Goupillière derrière chez Mr et Mme Herbin. Là on leur a montré l’état des choses. Maintenant ils doivent faire une proposition.

FO : « Pour relier le Village à Saillancourt ? »

Mr le Maire : « Oui voilà, en attendant la vraie voie douce »

Mr le premier adjoint : « La voie douce quand on regarde, on a la ferme de la couture, on traverse la propriété Gosselin, il y a ces deux parcelles et ensuite on retombe sur l’ancien tracé CGB de l’ancien chemin du tacot ».

Mr le Maire : « Et qui est communal et Départemental »

Mr le premier adjoint : « Aujourd’hui ce qu’on a demandé au Département, c’est de refaire un chemin de randonnée, on n’a pas demandé une voie cyclable avec un revêtement spécifique, on a juste demandé de rouvrir le passage de façon que les gens puissent arriver au niveau de Mr Moratel »

FO : « … et puissent ne pas être sur la route en tant que piétons, chevaux ou cyclistes ? »

Mr le premier adjoint : « Cette demande on en aura un retour au mois de septembre. Donc deux dates importantes, début août le planning du rond-point et courant septembre on aura les propositions de travaux sur les deux points extrêmes de la voie douce.

(ndlr : le « point extrême »  vers Sagy évoqué par Mr le premier adjoint, qui fixe irrémédiablement le tracé final de la voie douce en remontant la RD81 et « butant sur le mur de la ferme Malingre », contredit le  « passage inférieur qui reste d’actualité »  cité par Mr le Maire, voir figure ci dessous. Le point extrême de la voie douce aurait pu – et aurait du – rester le même, aboutissant à la rue des prés comme prévu en 2012 ).

En tant qu’élu et citoyen je suis évidemment attentif au respect du cadre de vie de Sagy, mais je place la sécurité des déplacements des sagyens avant toute préoccupation esthétique,  pensant par ailleurs qu’il est possible d’associer les deux. Ce qui inquiète dans les informations communiquées à propos du giratoire 2017,  c’est l’absence de mesures sécurisant la traversée de la RD 28 pour les piétons et les cyclistes, objectif qui figurait au premier plan du projet 2012.

Quand, Mr le maire, pourtant affranchi dans le domaine des travaux publics, comme de la parole politique,  dit « Mais le budget approprié pour la voie douce telle qu’elle a été dans l’enquête publique, qui a fait l’objet d’un DUP (Déclaration d’Utilité Publique), avec le passage inférieur, reste d’actualité, bien entendu » la population peut-elle encore y croire ? S’il devait en être ainsi, le schéma du chantier 2017 présenterait des éléments préparatoires à la construction du « passage inférieur » que Mr le Maire a encore évoqué en Conseil Municipal du mardi 27 juin 2017. La voie douce, aboutissant jusqu’à la rue des prés comme prévu en 2012, remplacée par cette voie remontant la RD81 et butant sur le mur d’une ferme, convient sans doute mieux aux élus qui ont souvent défendu une voie douce passant par la place de Sagy, lieu de commerce. Le choix 2017 de traversée de la RD28 dans le cadre des travaux du giratoire ne met donc plus la sécurité des piétons et cyclistes en priorité, mais le passage de circulation douce par la place du village.

 

Les conditions de budgétisation du projet ne rendent d’ailleurs pas optimiste sur la réalisation de travaux supplémentaires au carrefour giratoire dans sa version annoncée en janvier 2017.  Le giratoire est financé pour moitié par le département, l’autre moitié ayant fait l’objet d’une demande de subvention du conseil départemental à la région Ile de France accordée en novembre 2016 (cf. Rapport CP 16-624).

Dans la fiche projet, pages 20/21 du rapport pour la commission permanente du Conseil Régional d’Ile de France présenté par sa Présidente Valérie Pécresse : « Aménagements de voirie visant à l’amélioration de la sécurité routière et suppression de passages à niveaux préoccupants, le conseil régional évacue la création de la voie douce de la façon suivante » : « Au vu de la déclaration d’un projet relatif à la création d’un itinéraire de circulations douces entre le centre de Sagy et le hameau de Saillancourt, le maître d’ouvrage propose d’aménager le giratoire en faveur de ces usagers par la création d’îlots bananes (*) à chaque entrée de la RD81 sur le giratoire. Cet aménagement permettrait de répondre à la règlementation en vigueur dans l’attente de cette création d’itinéraire cyclable dédié ».

Ce rapport date de novembre 2016, il eut fallu réagir « ensemble » immédiatement.

Alors que j’intervenais auprès du conseil départemental et lançais la pétition « N’abandonnons pas la voie douce à Sagy » sur Change.org , le processus administratif ne déviait pas d’un iota sa feuille de route lancée avec l’aval de la municipalité. Les procédures d’appel d’offres et l’approbation des conditions d’exécution des travaux du giratoire et aménagements des carrefours de Condécourt et Chardronville ont été approuvées par le conseil départemental en commission permanente des 6 février et 3 avril 2017. (cf. http://www.valdoise.fr/157-deliberations.htm ).

Les réactions de nos instances décisionnelles à la réception des signatures et commentaires citoyens sont décourageantes. De mes courriers aux élus et à l’administration, vous trouverez ci-dessous la seule réponse  obtenue, émanant de la direction des routes, une réponse administrative très conventionnelle.

En 2012 les habitants de Sagy, se sont inscrits spontanément dans une démarche d’avenir, tournée vers les générations futures, attitude d’utilité publique. Ils ne se résignent pas à voir les élus qui ont pilotés le projet initial rompre les contrats et mener la contradiction et les budgets avec une telle aisance, au mépris de la sécurité dont ils ont la responsabilité et qui constitue même leur principale fonction.

Ces pratiques sont décalées face aux nécessités écologiques et sécuritaires de nouveaux modes de vie. La communication ne manque pas pour tenter de faire changer les mentalités visant à transformer le tout automobile en déplacements actifs et nombreuses sont les aides financières accordées dans le seul but de démontrer l’utilité de ce changement de comportement.

La réalisation de ce giratoire sans y associer la voie douce, partie intégrante du projet 2012 :

  1. ne remplit pas les conditions du Projet Déclaré d’Utilité Publique, clé de voûte du lancement des travaux.
  2. contredit l’objectif principal qui est d’améliorer la sécurité des utilisateurs les plus vulnérables comme les piétons et les cyclistes.
  3. aggrave les risques d’accident lors de la traversée de la RD 28, puisque celle ci se fait sur la chaussée, en dehors de tout feux. « Le rond point central de 17 m de rayon comprenant une bande franchissable dans l’axe de la RD28 pour faciliter le passage exclusivement des convois exceptionnels » favorise accessoirement la traversée de véhicules en excès de vitesse.
  4. ne tient pas compte du contexte local et de l’étalement géographique de la commune avec une entité séparée par la RD28, éloignée des services, mairie, écoles et commerces.
  5. s’oppose à la volonté des citoyens qui se sont prononcés en faveur des modes de déplacements doux et plus généralement optent pour le développement durable de Sagy.

Sur ce giratoire version 2017 il n’est pas acceptable de limiter la sécurité « en répondant à la réglementation en vigueur » en se limitant à des « îlots bananes » sensés protéger petits et grands, cyclistes et piétons, lors de la traversée de la RD28.

 

Je continue, au sein du conseil municipal à dire que ce giratoire 2017 augmentera l’insécurité au quotidien des sagyiens et sagyiennes. Il contredit et s’oppose au projet initial Déclaré d’Utilité Publique par arrêté n° 11755 de la Préfecture le 20 février 2014. L’aménagement du giratoire dans sa version 2017 ne pourrait en aucun cas être aujourd’hui déclaré d’utilité publique par la préfecture.

Avec un diamètre de 25 m de rayon extérieur et une chaussée annulaire de 8 m de largeur, un trafic de 15 000 véhicules par jour en moyenne (deux sens confondus), dont 12 % de poids lourds, il n’est pas acceptable que la traversée de la RD28 se fasse à ce niveau d’insécurité avec pour seule solution des « îlots bananes répondant à la règlementation en vigueur ».

Le point extrême de la voie douce dans le virage de la rue des Deux Granges, accentuera encore l’insécurité vers Sagy et l’on peut se demander pourquoi la voie douce n’arrive plus rue des Prés  comme dans le projet initial ?

 

 

(*) cf. ″Charte cyclables – Fédération française du cyclotourisme″ : « Lorsque les Tourne-à-gauche et Tourne-à-droite sont précédés dans les deux sens de circulation, d’une mise en courbe de la chaussée, afin  de  ralentir  la  vitesse,  il  faut  que  la  bande  cyclable,  tout  en  suivant  ou  non  le  profil  de  la  chaussée,  soit  protégée  par  un  îlot  type “ banane ”, pour éviter le phénomène de cisaillement avec l’automobiliste . Celui-ci ayant tendance à prendre une trajectoire plus rectiligne, incitée par l’effet de paroi du terre plein central » https://ffct.org/wp-content/uploads/2013/10/Pages-de-CHARTE-CYCLABLES-2016-9.pdf

Commentaires fermés.

Archives