Par Franck Olivier – Conseiller Municipal à Sagy 95 Val d'Oise
Conseil Municipal le jeudi 13 décembre 2018 à 19h00

Passage souterrain Rd28 : à SAGY le besoin de « sécurité » n’est pas une question de « facilité » !

Les citoyens de SAGY savent faire la différence entre « sécurité » et « facilité »

 

Le giratoire en cours de réalisation, dit « phase 1 », provoquera un risque permanent pour les piétons et les cyclistes. Les mesures de sécurité en faveur des piétons et des cyclistes ne sont pas appropriées à un giratoire de 25 m de rayon extérieur et une chaussée annulaire de 8 m de largeur. Sur une route où circule un fort pourcentage de semi-remorques, quelques  « îlots bananes répondant à la règlementation en vigueur » et un passage piétons ne peuvent protéger les cyclistes et les marcheurs (voir pour s’en convaincre l’accident mortel sur giratoire cf. article LE PARISIEN  – 26 mai 2017 – http://www.regard-sur-sagy.fr/cycliste-renverse-sur-la-rd81/ ).

L’article publié dans La Gazette du Val d’Oise  le 25 octobre 2017, intitulé : « Sagy – Carrefour meurtrier – Un giratoire prévu pour juin 2018 » indique : « Exit donc les feux rouges qui selon l’édile, n’étaient que peu ou pas respectés  » puis quelques lignes plus bas : « Du côté du Conseil départemental, on précise qu’il est également prévu de mettre des fourreaux sur la périphérie du carrefour au cas où, dans l’avenir, l’installation de feux tricolores pour les piétons et les vélos, devaient s’avérer nécessaire ».

Que doit comprendre le lecteur : exit – ou pas exit –  les feux rouges ?

Dans le journal LE PARISIEN (article du 11 septembre 2017 – http://www.regard-sur-sagy.fr/giratoire-les-promesses-nengagent-que-ceux-qui-les-ecoutent/ ) Mr le Maire indiquait déjà que « des fourreaux sont prévus au cas où, si les piétons n’arrivent pas à passer, des feux tricolores seront mis à cet endroit-là ».

Conclusion : il y aura des feux rouges ! Ainsi pour contourner les risques résultant de l’absence de passage sécurisé sous la Rd28 prévu par le projet initial de 2013 – et signé par le président du conseil départemental, Mr Arnaud Bazin – le carrefour pourrait être au final équipé d’un « giratoire à feux » en lieu et place d’un « carrefour à feux ». Une belle opération pour un coût de 1,6 millions d’euros.

Le même article du 25 octobre 2017 de La Gazette du Val d’Oise se termine par un paragraphe concernant le passage souterrain « Les élus émettent également des réserves sur un autre point du dossier : la création d’un passage souterrain, long de 40 m et qui permettrait de rejoindre plus facilement Saillancourt. Pour le moment il n’a pas été matérialisé ni chiffré. Mais ce passage souterrain fait partie du projet global, déclaré d’utilité publique en 2013, conclut Dominique Papillon ».

Plus haut dans le même article Mr le Maire insiste : « … pour que les piétons et les vélos puissent rejoindre plus facilement le hameau ».

Il est regrettable que des élus de Sagy assimilent la sécurité à une « facilité ». Il ne s’agit en aucun cas de rejoindre « plus facilement » Saillancourt, où Sagy bourg, mais de franchir en sécurité ce nouvel axe visant à la fluidification du trafic routier (en 2012 : 15 000 véhicules/jour dont 12 % de poids lourds). Le document de la Direction des Routes / Service Études et Projets en date du 16 mai 2013 mentionne un passage souterrain de 27 m de long. Pourquoi un allongement de 50%  dans cet exercice de communication de l’élu : 27 +13 = 40 ? Est-ce pour distiller l’idée d’ « un tunnel long comme un coupe gorge » comme on peut l’entendre dire ? Lorsque les élus nous parlent de « réserves », sont-elles positives ou négatives ? Tout cela n’est pas sérieux.

Et l’on ne peut pas non plus parler d’absence de chiffrage de cet élément de sécurité prévu dans la déclaration d’utilité publique de 2013, et parallèlement prétendre : « Après des années d’attente et de nombreux drames, nous sommes ravis de ce futur aménagement. Que ce projet coûte un, cinq, ou dix millions, peu importe ! L’essentiel est que le lieu soit enfin sécurisé ».

Monsieur le maire sait que les millions ne se distribuent pas aussi facilement même en matière de sécurité et surtout pas si le projet est présenté comme un investissement de « facilité ». Faute de vouloir consacrer les 1 178 000 € chiffrés pour le passage inférieur dans le document de 2013, le conseil départemental occulte la sécurité de la traversée de la Rd28 pour les piétons et les cyclistes circulant entre le bourg et Saillancourt. Pour ce prix il était prévu dans le document de la Direction des Routes – Services Études et Projets « une insertion paysagère, en forme de voûte rappelant les ouvrages ferroviaires et recours à des matériaux qualitatifs comme la pierre du Vexin, avec une rehausse et équipements de murets de soutènement contre le basculement des véhicules ». Rien de comparable avec le passage inférieur de Théméricourt (panneau préfabriqué béton imitation pierre – http://www.regard-sur-sagy.fr/promenons-nous-autour-de-sagy/ ) ! Effectivement si Sagy exige « l’insertion paysagère » il n’est pas étonnant que le département réponde : « vous n’avez qu’à vous le payer » !

Le carrefour Rd28/Rd81, qui sépare deux entités distinctes de la commune de Sagy, crée une fracture entre les habitants de Sagy village et ceux du hameau de Saillancourt situé à 1,8 km. La liaison douce entre Sagy « centre bourg » et son hameau de Saillancourt programmée depuis des années, ne peut être occultée par le conseil départemental, jusqu’à en oublier la sécurisation de la traversée de la  Rd28, à pied et en vélo, passage obligé des Saillancourtois pour rejoindre les écoles, les services et les commerces.

Dans le projet initial, présenté au public à Sagy le 13 mars 2012, l’ensemble des travaux, giratoire,  voie douce et passage inférieur, se déroulaient sur une durée de 18 mois, au terme de laquelle les objectifs fondamentaux, à savoir la sécurité de la traversée de la Rd28 pour tous les usagers, étaient atteints.

Amputé de la voie douce et du passage inférieur sous la Rd 28, le giratoire en cours de réalisation ne respecte ni les motifs d’intérêt général décrites par le conseil départemental, pour lesquels il a obtenu un arrêté de déclaration d’utilité publique (DUP), ni les règles légales de concertation citoyenne qui nécessitent une nouvelle phase de communication publique.

Par ailleurs, sans être spécialiste en travaux publics (!), il est évident que les travaux préparatoires à la construction du passage souterrain doivent être intégrés à la « phase 1 » (septembre 2017 – juin 2018)  sans attendre une deuxième coupure de la circulation de la Rd28 à un terme forcément improbable et une reprise sur le chantier terminé fatalement génératrice d’un surcoût.

Le passage souterrain sous la Rd28 constitue un pas en avant dans le développement de la mobilité «Plutôt active» que le conseil départemental et la commune promeuvent actuellement par la pose de panneaux d’orientation indiquant distance et temps à pied et à vélo au nord de la Rd28 : Sagy et ses hameaux, Condécourt, Longuesse (cf. Sagy Infos du 4 septembre 2017).

Le projet du carrefour Rd28/Rd81 avec un passage sous la Rd28 et la voie douce entre Sagy bourg et Saillancourt a été approuvé par les habitants de la commune parce qu’il répond  aussi au besoin de cohésion sociale rompue lors de la fracture engendrée par la Rd 28 entre le village et le hameau.

L’aménagement de ce giratoire « version 2017 » trahit l’attente des sagyens autant que l’arrêté préfectoral d’utilité publique du 20 février 2014 accordé au projet global initial, les règles des codes de l’urbanisme et de l’environnement autant que le droit à la sécurité des citoyens et la volonté gouvernementale d’encourager les français dans une démarche active envers la transition énergétique

Les promoteurs évoquent régulièrement le « carrefour meurtrier Rd28/Rd81 », en rappelant l’accident du 18 février 2002 lorsque deux jeunes de 18 ans avaient trouvés la mort, le conducteur de la 106 ayant grillé le feu rouge dans le cadre d’une course poursuite avant d’être percuté de plein fouet par une camionnette.
Mais le département, le conseil régional et les élus locaux qui aujourd’hui se « réjouissent » de la réalisation de la « phase 1 », où qui se disent « ravis », refusent de prendre en compte l’insécurité inhérente de leur projet et les accidents tout aussi graves qui pourront y advenir, impliquant des piétons et des cyclistes .

(voir article LE PARISIEN  – 26 mai 2017, accident mortel sur giratoire – http://www.regard-sur-sagy.fr/cycliste-renverse-sur-la-rd81/ ).

Pour garantir leur sécurité, les citoyens de Sagy ont besoin que la réalisation du giratoire soit accompagnée du passage souterrain et de la voie douce, dans le respect de la déclaration d’utilité publique de 2013.

 

Commentaires fermés.

Archives