Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Place de Saillancourt

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

PLACE DE SAILLANCOURT

Mardi 4 avril je rencontrais Mme Laffond (paysagiste au PNR) avec Mr Dominique Papillon sur la place de Saillancourt. Les travaux de réaménagement avaient commencé depuis le 8 mars 2017 : taille du tilleul, arrachage du cotonéaster, suppression des pavés. Les deux réunions du comité environnement, les 6 et 23 février 2017, n’avaient donné lieu à aucun compte rendu. Il n’y avait pas eu de projet concret présenté mais juste une énumération d’opinions et de possibilités. On pouvait s’interroger sur le nouveau paysage autour du lavoir.

 

L’échange avec Mme Laffond a permis de faire reconnaître le caractère patrimonial de cette place destinée à devenir un lieu convivial et non un parking. Depuis, notre édile semble avoir pris le projet en charge, seul. Des places de parking en épis ont été dessinées devant la ferme à Cavan. Les employés communaux travaillent sur la place.

La place de Saillancourt a été le cœur du hameau pendant des siècles. Chaque jour, et sans doute plusieurs fois par jour, les saillancourtoises et saillancourtois se retrouvaient pour puiser l’eau de source, faire boire les animaux à la mare ou battre le linge au lavoir. Ce n’était donc pas une « placette » comme je l’entends parfois dire aujourd’hui, mais une agora locale, un véritable lieu de rencontres et d’échanges d’ordre privé, politique ou mercantile.

La place de Saillancourt a inspiré les photographes dés le début du XXème siècle.

La carte intitulée : « Environs de Meulan. – Sagy. L’abreuvoir au Hameau de Saillancourt » met en scène les enfants  pour qui l’eau constitue souvent un terrain de jeu privilégié, une fermière en habit et deux voitures à chevaux, un Landau avec cocher, peut être «taxi » du photographe et une gerbière tractée par 2 chevaux en ligne, l’un à l’avant et l’autre à l’arrière : le brancard. Un tel attelage était nécessaire pour monter jusqu’au plateau par la rue de la Goupillère tandis que le charretier actionnait le frein dans la descente. Les maisons photographiées sont encore présentes autour de la place, ce qui donne à cette dernière son authenticité et sa valeur patrimoniale.

On remarque sur cette carte postale, à l’angle de la rue du Charné, un oratoire disparu récemment. Il s’agissait d’une petite niche abritant une statuette de Vierge à l’enfant, image de la mère protectrice dans la religion chrétienne. Un lieu de dévotion qu’il n’est pas étonnant de retrouver sur la place pour les habitants d’un hameau dépourvu d’église. On regrettera, lors de l’autorisation administrative donnée au propriétaire à propos du ravalement de la façade effectué en 1990, que le souci n’ait pas été de préserver cette niche votive, élément constitutif du patrimoine local.

Sur cette autre carte postale figurent la ferme Cavan et ses habitants se prêtant à la pose. On retrouve dans la cour l’attelage de 2 chevaux en tandem avec gerbière et un tombereau. Préférer un attelage en tandem était pour le charretier de la ferme à Cavan certainement plus approprié en raison de la pente et de l’étroitesse de la côte de la Goupillère mais pour les connaisseurs demandait plus de dextérité dans la conduite des chevaux. Il fallait en effet veiller à équilibrer le travail et les forces entre le cheval de tête et le brancard à l’arrière.

On remarquera sur cette carte l’erreur typographique où SAILLANCOURT devient GAILLANCOURT !

Ci-dessous, une autre vue de la place intitulée : « SAILLANCOURT par Meulan (S. et O) – Route de la Goupillière » prise avant 1913 car la voie ferrée qui traversera la rue de la Goupillère à la hauteur de la future Halte de Saillancourt, n’existe pas encore. Cette carte offre un point de vue sur l’accès à l’abreuvoir en arc de cercle et suivant un plan incliné relativement abrupt. En arrière, la rue de la Goupillère (ici orthographié Goupillière), et le plateau en ligne d’horizon, soit un dénivelé de 45 mètres à gravir journellement pour hommes et chevaux afin de travailler aux champs.

 

La quatrième carte postale « SAILLANCOURT, par Meulan (S. et O.) – La Mare » montre l’abreuvoir de la place de Saillancourt au moment où un troupeau d’une dizaine de vaches (de race ″Normandes″ si l’on se réfère à leurs robes) vient se désaltérer sous l’œil vigilant du paysan. Les voisins et clientèle du café, participent au spectacle accoudés pour certains à la rambarde qui borde le haut de la mare. Sur la façade du café, bâtiment encore existant mais inoccupé depuis de nombreuses années, un ″Pétillon″, témoigne de l‘activité sociale sur la place de Saillancourt. A la fin des moissons, le 30 août,  jour de la St Fiacre, les conscrits allaient chercher dans les bois une branche d’if ou de genévrier et la décoraient de serpentins de couleurs jaune (céréales) vert (maraîche) ajoutant une poignée d’orge et une de blé, ainsi que fruits et légumes du village. Après avoir fait le tour du hameau avec fanfare et lampions ils s’arrêtaient au café pour y suspendre le ″Pétillon″, jusqu’à l’année suivante. A cette occasion, tout le village se réunissait pour un vin d’honneur offert au café.

 

Depuis quelques années, à l’initiative de riverains, sur la place de Saillancourt, se déroule la fête de la musique, un moment convivial et apprécié de nombreux sagyens.

Sur la cinquième carte intitulé « GAILLANCORT  (S.et-O.) – La Place » on retrouve le même bâti qu’aujourd’hui. Les habitants présents prennent la pose, mère et enfant dans les bras, l’époque n’était pas à l’instantané.

La dernière carte postale de la place de Saillancourt date des années 1960 et en porte les premiers stigmates. L’art de la composition du photographe a disparu : plus de vie, pas d’animaux, pas d’habitants, aucune composition, juste une image froide de la ″manivelle″.

Toutes ces cartes postales nous montrent aussi que depuis plus d’un siècle, la voirie est restée la même alors que la circulation automobile (trafic, densité, vitesse, stationnement) ne cessent d’augmenter.

A la fin des années 1970  la municipalité a décidé le comblement de l’abreuvoir de la place de Saillancourt  une partie des grosses pierres de bordure ont été retirées, seule la balustrade a été conservée.

Un projet de restauration du lavoir a été réalisé au milieu des années 80. Sur le bulletin municipal de mai 1984 (N°38) la Place de Saillancourt faisait même couverture et en septembre 1985 les élus présentaient un projet illustré par Mme Anne Zuber invitant les habitants à en prendre connaissance avant sa mise en œuvre.

 

Aujourd’hui, mi-mai 2017, il semble que l’on s’achemine vers une préservation du site patrimonial de la place de Saillancourt. Certes le tilleul a été vigoureusement ″amputé″ (élagué ?), la nature devrait toutefois reprendre le dessus. On se méfie beaucoup des tilleuls sur notre commune et ceux de la place de Sagy n’y ont d’ailleurs pas résisté.

Il semble par contre que le maire n’ait toujours pas prévu de raccorder le lavoir au regard dans lequel débouche la source, situé à seulement quelques mètres de distance. Dans son n° 71 de décembre 2013, Sagy Infos nous informait : « remplacement du tuyau d’alimentation en eau du lavoir, le tuyau d’origine ayant été coupé à plusieurs endroits par les passages des différents réseaux. Cette intervention n’aura pas suffi à remettre le lavoir en eau et nécessitera de nouvelles investigations ». Dans le Sagy Infos de décembre 2014 à propos du ruissellement d’eau de source rue de la vallée à Saillancourt on apprenait : « la Mairie de Sagy a été informée de l’existence d’un ruissellement souterrain dans le sens Menucourt – Sagy. Des investigations supplémentaires ont permis d’observer la non-alimentation du lavoir de Saillancourt par l’arrivée d’eau d’origine aujourd’hui tarie, une seconde arrivée d’eau se jetant intégralement dans le réseau d’eau pluviale ». Que l’eau de source qui arrive dans le regard où celle « qui se jette intégralement dans le réseau d’eau pluviale », ne puisse alimenter le lavoir reste un mystère.

Une partie de l’histoire de Saillancourt se situe autour de sa place, là où l’eau apportait la vie dans tous les sens du terme.  Sagy Infos N°79 de juin 2015 présente une « Histoire des lavoirs pour Sagy » : « Les lavoirs, lieux de mémoire de la vie d’autrefois… patrimoine rural qu’il importe de préserver ».

Aujourd’hui, 22 mai 2017, Les travaux sont engagés sans qu’un plan d’aménagement n’ait fait l’objet d’une information ni aux élus, ni aux sagyens.

Le 21 juin 2017 quel sera l’aménagement de la place de Saillancourt lors de la prochaine fête de la musique ?

A suivre ….

Commentaires fermés.

Archives