Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Eau du robinet : « la méthode Coué »

Eau du robinet : "la méthode Coué"

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

La méthode Coué

La méthode Coué est fondée sur la suggestion et l’autohypnose. Emile Coué, pharmacien et psychologue, considérait que toute idée qui se grave dans notre esprit tend à devenir une réalité dans l’ordre du possible : l’imagination, plus que la volonté, détermine les actes.

Méthode_Coué

Suffit-il ainsi à nos élus d’imaginer que l’eau est bonne pour qu’elle le soit ? Apparemment c’est ce que l’on voudrait désormais nous faire penser.

Comme je le dis – seul et contre « tous ensemble » – depuis 9 mois, une chose est désormais acquise, avec le courrier du S.I.E.VA., la lettre du maire du 23 juin et maintenant cette diffusion sur l’eau à Sagy : l’eau distribuée au réseau public contient trop de pesticides. Quels citoyennes et citoyens responsables, éduqués, pourraient admettre que l’eau est bonne « ici » parce qu’elle le serait aussi « là bas » (en Afrique, en Australie) en choisissant d’autres normes comme limite. Le nivellement par le bas est une tactique de plus en plus admise par nos politiques : que ce soit dans la valeur du travail, l’éducation nationale, tout est bon pour dire que cela pourrait être « encore pire » ailleurs, donc surtout ne bougez pas !

Il est étonnant de voir combien ce thème des pesticides est désormais présent dans tous les médias indépendants. Mais il est aussi surprenant de voir, que même au niveau gouvernemental, et malgré l’existence de lobbys importants (chimiques et agricoles), l’état essaye d’inverser la tendance. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un problème de santé publique dont les effets ne font que commencer à se faire sentir. Il ne s’agit pas de savoir s’il faut s’arrêter à 0,1µg/l, 2 ou 20, car il s’agit de perturbateurs endocriniens qui affectent les capacités de reproduction des générations futures.

Je le dis à nouveau : ce n’est pas en faisant de la mauvaise communication que l’on responsabilise les électeurs, encore une fois on les maltraite. Encore une fois, comment peut on dire « l’eau est irréprochable » ? Nous savons tous  que, les substances chimiques épandues dans les années passées,  sur les terres cultivables sont encore présentes dans les nappes phréatiques, que nous venons, cette année seulement, d’engager le « zéro phyto » au niveau communal et qu’au niveau des particuliers, localement, aucune action n’est menée pour les orienter vers la même démarche.

Souvenez-vous. Il y a un an, l’article, qui a mis « Continuons ensemble » en émoi à propos des pesticides dans l’eau à Sagy, était le numéro 52 de juin 2014 du magazine Ile de France (le discours municipal officiel était : « l’eau est bonne »). Dans le numéro 58 de juillet 2015 du même magazine Ile de France, que trouvons-nous ?

Ile de France num 52 et 58

En 2013, le bilan de l’ARS (Agence Régionale de Santé) concernant les communes alimentées par la source de la Douée étaient :

– «  Non-conformité de l’eau liée à de la pollution diffuse – pesticides et/ou nitrates », et

– « Dérogation nécessaire mais non engagée (dépassement de la limite de qualité supérieur à 30 jours par an) ».

Bilan 2013 ARS

Mais depuis 2014 et ce « fameux » article d’UFC Que Choisir, puis maintenant en 2015, tout va bien ….. N’est ce pas merveilleux ?

 

 

« Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien ….. »

Tout va très bien Mme la Marquise

Commentaires fermés.

Archives