Par Franck Olivier – Conseiller Municipal à Sagy 95 Val d'Oise
Elu de proposition

Présentation de Mr le Maire : « Évolution de la population de Sagy depuis 50 ans : 1966-2016 »

Présentation de Mr le Maire : « Évolution de la population de Sagy depuis 50 ans : 1966-2016 »

 

À l’intention des citoyens qui ont assisté à la réunion publique d’information du Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.) – vendredi 18 novembre 2016 – Salle des Fêtes de SAGY et pour ceux qui n’ont pas pu y participer mais qui souhaitent néanmoins avoir la connaissance exacte des échanges,  retranscription intégrale et complète de la 1ére partie : Présentation de Mr le Maire à propos de l’ «Évolution de la population de Sagy depuis 50 ans : 1966-2016».

 

Mr le Maire : Eh bien, bonsoir à toutes et à tous. Nous sommes, vous êtes, une cinquantaine à avoir répondu présent à notre invitation pour cette première réunion publique qui concerne l’élaboration du PLU, Plan Local d’Urbanisme. Alors, petite présentation rapide et après, le cabinet LDL se présentera. Qu’est ce qui s’est passé ? On a au sein du CM quatre élus, Dominique PAPILLON, Annick CRECY, Régis RICORDEAU et moi-même qui participons depuis plus d’un an aux réunions, nombreuses réunions, des réunions qui durent toute la journée, en semaine avec quatre autres communes, les communes de CHARS, SANTEUIL, NEUILLY en VEXIN, US, puisque nous avons à l’époque organisé un appel d’offre groupé pour obtenir de meilleures conditions financières. Donc ces cinq communes se sont regroupées et depuis on travaille en concertation. Ces concertations sont très intéressantes, parce que SAGY à 1100 habitants, US : 1350 habitants, NEUILLY : 200 habitants, SANTEUIL : 300 habitants et CHARS : presque 2000 habitants. Donc vous voyez qu’on a cinq communes différentes (quatre au nord de la N14 et on est tout seul au sud de la N14), qui ont des problématiques différentes même si on est tous dans le PNRVF. C’est très enrichissant, très motivant, très intéressant, on travaille vraiment efficacement. Nous avons choisi le cabinet LDL, Pascale D’AMFRAY LEGENDRE présente ici, ainsi que Miléna GROSS et il manque Charlotte DESTOMBES qui fait également partie de l’équipe. Voilà ce que j’ai à dire pour le moment, je reprendrai le micro ensuite, en tout cas merci d’être venu ce soir.

Mme P. D’Amfray Legendre (L.D.L.) : Bonjour à tous, c’est effectivement notre première réunion publique, on va vous faire état de nos travaux, c’est vrai que ça fait un an qu’on travaille à l’élaboration de vos projets de territoire avec les 5 communes. Alors je ne sais pas si vous savez ce qu’est un PLU ? Un PLU c’est la rencontre entre un territoire et un projet. Ce qui nous semble important c’est de travailler à partir de votre territoire, la commune de SAGY a ses spécificités, elle a sa géographie particulière, elle a son histoire particulière et vous avez une façon de vivre à SAGY aussi particulière. Donc prendre en compte ces particularités là, et à partir de ces spécificités, travailler sur le projet. Un PLU c’est déterminer les outils qui sont au service d’un projet local, d’un projet de développement de la commune qu’on imagine sur 10 à 15 ans. Donc on est dans une perspective d’avenir. On imagine comment SAGY pourra se développer, comment il faudra qu’elle se développe dans les 10 ans, ça c’est la première chose, c’est la rencontre entre un territoire et un projet pour mieux vivre SAGY demain.

Ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’un PLU, c’est aussi une démarche. Si on travaille depuis un an, c’est qu’on a passé beaucoup de temps, nous, à parcourir votre territoire, à comprendre votre territoire, savoir comment il fonctionne, quelle est sa géographie et quelle est son histoire pour arriver à un projet. On est dans sa première étape, que l’on va vous soumettre. Effectivement toutes les bonnes idées que vous pourriez avoir, enfin, toutes les idées qu’elles soient bonnes… Qui va juger qu’elles sont bonnes ? Ce sont les élus. Toutes les idées que vous pourriez avoir sont les biens venues pour pouvoir venir améliorer ce projet encore. Sachant qu’au bout du compte, évidemment, ce sont les élus, vous avez choisi un Conseil Municipal, Mr le maire et ses 3 adjoints, qui travaillent avec lui, vont décider au final, puisque c’est eux qui vont arrêter le PLU.

Donc, on est en train d’élaborer ce projet et, dans une troisième phase on va déterminer les outils de mise en œuvre de ce projet. Donc les outils, vous en connaissez certains, ce sont : le plan de zonage, le règlement, et on parlera tout à l’heure d’un outil tout à fait intéressant qui s’appelle O.A.P. « Orientations d’Aménagements et de Programmations ».

Je suis désolée mais on va essayer de ne pas trop jargonner, mais c’est vrai qu’on est dans un domaine assez technique. Donc, il y a un outil qui nous permet de déterminer le devenir de secteurs, qui sont des secteurs qui comportent des enjeux plus importants que d’autres secteurs, sur lesquels on va pouvoir déterminer la constructibilité et comment ces secteurs vont évoluer. Troisième point important, ce projet est encadré par la Loi, vous devez répondre aux injonctions du code de l’urbanisme, c’est un projet dans un cadre précis, le premier cadre c’est la Loi, le deuxième cadre c’est la Charte du PNR. Vous avez la chance de faire partie du PNR. Ce Parc a déterminé des objectifs pour les communes qui en font parties. Ils sont déclinés dans la Charte :

  1. Maîtriser l’espace et conforter ses patrimoines.
  2. Promouvoir un développement agricole, touristique et économique durable, moteur d’une vie locale de qualité.
  3. Mettre l’homme au cœur d’un projet territorial innovant et exemplaire.

Ce sont vraiment ses principaux objectifs. Après si vous en avez la curiosité, vous pouvez tout à fait regarder ce que dit cette Charte sur le site du PNR. A la fin de nos travaux, c’est-à-dire, je ne sais pas exactement, mais je pense qu’on va travailler encore une bonne année, vous allez bénéficier d’un PLU, composé de quatre documents :

  1. Un rapport de présentation, le diagnostic, l’état du territoire avec dans sa 2ème partie la justification de l’ensemble des choix faits par les élus.
  2. Le PADD, Projet d’Aménagement et de Développement Durable, dont on va présenter les grandes lignes ce soir, c’est le projet de développement de la commune.
  3. Les OAP, Orientations d’Aménagements et de Programmations.
  4. Le règlement graphique écrit. Les outils vont être déterminés pour mettre en oeuvre le projet de développement de la commune de SAGY.

Avant de vous présenter ces grands objectifs, Mr le maire voulait vous présenter les éléments sur les évolutions démographiques.

Mr le Maire : J’ai souhaité faire un flash-back sur les 50 ans passées « SAGY 1966 – 2016,  « l’évolution de la population ». Comme beaucoup de communes dans le Vexin, il y a eu une énorme évolution dans les années 1970. J’ai retrouvé des cartes postales, pas nombreuses en 1970. « SAGY 1960 ». À ce moment là, il y avait encore des vaches. Tout cela reste en secteur agricole, à part la maison de Mme Resve qui a été construite, mais vous voyez, qu’il y avait des jardins, des vaches ici. Cartes postales de 1960. Une autre vue avec la ferme Malingre. Le Vaux Persan n’existait pas, ni le Clos des Roches. SAGY 1960, c’était uniquement des maisons anciennes, les plus récentes ayant 40 à 50 ans, les plus anciennes 200 à 300 ans. Une autre vue en couleurs, vue de CHARDRONVILLE, les prés d’Adrien Malingre sont toujours ici, avant que le Vaux Persan ne soit construit, le cimetière. Les maisons qui sont rue Vauvillier n’existaient pas, bien évidemment. Dernière vue de SAGY, on a la place, le café, la mairie, c’est une  vue aérienne. Un peu plus tard, 1962, une autre série de cartes postales. Heureusement qu’elles ont été faites, prises du sol, vous avez l’école maternelle, l’église, pas beaucoup de changement si ce n’est la maison de Mme Resve qui n’était pas construite, sinon le reste est toujours en secteur agricole. Une autre vue de l’église, pas de changement. La grand place, la plomberie, il y avait une épicerie ici pour ceux qui n’ont pas connu, ils sont très nombreux dans cette salle ce soir. Le café-bar depuis très longtemps, Mr Raquiller, plombier/couvreur, l’épicerie. Et puis là on voit une photo intéressante. Vous avez ici quelque chose qui n’existe plus, on va le voir plus tard.

La RD28 traversait SAGY et les services de l’État ont décidé d’élargir la voie. Donc on a demandé aux habitants de rogner leurs maisons, la maison de Mr et Mme Berna, aujourd’hui cette partie là n’existe plus, ça non plus, donc il a fallu détruire, raccourcir, il y a aussi une maison à CHARDRONVILLE, chez Mme Gervais, qui a été coupée. On a imposé aux riverains …. c’est pour cela qu’on a un trottoir beaucoup plus large après que la future RD28 ne soit plus là.

Autre vue intéressante, on est dans la rue Vauvillier. Tous les pavillons, la maison de Mme Lamy n’existent pas. On descend, le Vaux Persan n’existe pas, notre mairie et puis la place. Sur la droite, c’était vraiment, le hangar agricole, qu’on ne voit pas mais qui existe, à Thierry Meerschaert, il était sur le côté. C’était une ferme. Là intéressant aussi, la mairie école, on en parlera tout à l’heure n’était pas surélevée bâtiment construit en 1890. La mairie, on la connaît et l’école élémentaire qui est ici, vous remarquerez même qu’il n’y avait pas la porte d’entrée qu’aujourd’hui, le grand portail, donc l’entrée se faisait par le côté.

SAILLANCOURT, il y avait encore la mare de SAILLANCOURT. Vous voyez l’eau ici en 1960, le lavoir avait une autre configuration qu’aujourd’hui, il y a eu des travaux de rénovation, et puis voilà notre place de SAILLANCOURT il y a 50 ans.

CHARDRONVILLE, Mr Codhant depuis a construit ici, il est présent dans la salle. On avait quelques maisons en ruine, et puis sur la droite toute une série de pavillons qui ont été construits, Mr Riera, …. Sinon le reste n’a pas bougé. Pour ceux, les personnes dans la salle, le Clos des Poussins, propriété Zuber, où il y avait des enfants sans parents, enfin … qui vivaient donc dans cette institution.

GRAND MESNIL, quelques changements. C’est la place du GRAND MESNIL, en rénovation ici, la porte du garage n’existe plus. Mr Julien qui habite là, Mr Keiffer. Il n’y a pas eu de grands changements. Le calvaire est toujours là.

Le PETIT MESNIL, il n’y avait pas la pompe dragon, voyez en 1960, c’est une pompe à bras que vous voyez. Depuis il y a eu une autre pompe, elle ne fonctionne plus, mais sinon le PETIT MESNIL n’a pas bougé du tout. Il est resté, à part une construction qui date des années 1965, sinon aucune construction depuis la nuit des temps.

Alors qu’est ce qui s’est passé après 1960. 1966, grand danger, car SAGY est convoitée par la ville nouvelle de Cergy. Vous voyez Mr Bernard Hirsch, c’est une photo qui est ressortie des archives personnelles de Mme Hirsch, il y a quelques mois, qui a été présentée à Cergy dans le cadre du cinquantenaire de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise et c’est une 403 stationnée en haut de la côte de Longuesse en direction de SAGY, et là Mr Bernard Hirsch  étudie la réalisation de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. SAGY en 1966 était dans le territoire. En 1966, premiers dangers et au final, on ne sait pas pourquoi on a été supprimé. Il restait COURDIMANCHE pour la partie ouest. COURDIMANCHE, MENUCOURT, JOUY le MOUTIER, VAURÉAL. SAGY a été sauvé, on ne sait pas pourquoi.

Et puis en 1993, ça revient. Là on est dans le cadre de la révision du SDRIF, le schéma directeur de la Région Ile de France. Nouveau danger, celui là beaucoup plus …. puisqu’on découvre dans les plans du SDRIF que 300 hectares, tout le plateau au-dessus de SAILLANCOURT est une grosse tache pour l’extension de la ville nouvelle. Donc ce n’est pas un mirage, c’est une réalité. Donc, une action très forte des élus de SAGY qui ont emmené les élus des autres communes et par la même qui ont abouti à la création du PNR du Vexin Français, ça a été rappelé l’année dernière pour les 20 ans du parc. Oui l’année 1993 a été …. Des panneaux ont été posés en décembre 1992, cela a été vraiment une mobilisation, pétition. Ça a porté ses fruits car on ne voulait pas une extension imposée. 200 hectares, c’était peut-être 3000, 4000, 5000 habitants. Aujourd’hui SAGY ne serait plus SAGY. Donc voilà, c’est important de le dire aujourd’hui. On a évité vraiment, la fin … Pas la fin du monde, mais vraiment on a évité un grand malheur.

Donc aujourd’hui en 2016, c’est une photo qui a été prise par Stéphane Paris, il y a un an quand les jeunes agriculteurs ont fait leur manifestation sur le plateau de SAGY. On retrouve le Vaux Persan et le Clos des Roches, plus rue de Vauvillier. Tout cet ensemble de pavillons nouveaux qui malgré tout se sont bien noyés dans la … Alors le cabinet LDL dit que c’est pas beau, c’est vrai, là on a une grande ligne droite mais en fait on s’aperçoit que les arbres poussent et petit à petit, tout ça se trouve confondu avec la partie ancienne.

LE VILLAGE, l’extension s’est déroulée uniquement ici, et rien dans cette partie ; effectivement on va vers les milieux humides du marais de l’Aubette de Meulan. Ce sont les agriculteurs qui à l’époque ont vendu leurs terres pour que ce soit aménagé en lotissements. On voit ici également l’élevage de Yannick Guyard et puis le carrefour avec la RD28 réalisée en 1973. Et donc le giratoire, les premiers travaux doivent démarrer en septembre 2017. Nouvelle diapo : on voit la ferme d’Adrien Malingre, les bâtiments, son stockage de paille. La frontière naturelle d’une prairie entre CHARDRONVILLE et le village. Les municipalités ont toujours voulu qu’il y ait une frontière naturelle entre les deux. Qu’il n’y ait pas du tout de continuité de constructions. Qu’on ait vraiment le village d’un côté et le hameau de CHARDRONVILLE de l’autre. (N.D.L.R. : cette » frontière naturelle » correspond au passage du ru de SAILLANCOURT qui rejoint l’Aubette de Meulan et en aérien au passage des lignes à haute tension sur la commune. Difficile de faire une zone constructible dans un tel contexte de zone inondable et de risque pour la santé. De là à dire « que les municipalités ont toujours voulu cette frontière naturelle » …..  en réalité elles n’ont pas d’autres choix ).

Alors j’ai ressorti les cartes de 1950, à l’époque où il y avait encore la voie ferrée. Regardez SAGY en 1950 : le vieux bâti, donc évidemment le Vau Persan n’existe pas, le Clos des Roches non plus. Et puis toute cette partie rue Vauvillier n’existait pas. Les 9 pavillons et 8 pavillons ne sont pas là non plus. Vous voyez bien que tout ça, c’est uniquement la partie qui a été urbanisée. Tout le reste est resté, à part un pavillon, ici Mme Resve, il n’y a pas eu d’autres constructions neuves sur le village. En comparaison avec la diapo suivante, où là vous voyez que tous ces pavillons qui n’étaient pas dans la partie de Mr Vauvillier et ses deux filles Marielle et Marie Pierre, il y a trois pavillons ici mais ce n’était pas une opération de lotissements à proprement parler. On passe à SAILLANCOURT. On vient de MENUCOURT. La voie ferrée, ici, qui passe, voyez, la halte de SAILLANCOURT était ici. Tout à fait à l’ouest, vous avez la ferme Racher, la ferme Pétraszko, la ferme Moratel, vous avez l’autre ferme Fumery, la ferme Lhuilliez, la ferme Imbert, vous aviez toutes ces anciennes fermes et puis l’allée des plantes on va la voir sur la diapo suivante. Voyez le bâti ancien, voilà l’allée des plantes, les pavillons, la voie ferrée pour l’instant s’arrête ici. Voyez qu’elle est recensée sur une parcelle, par ici et là par contre chez Mr Imbert, elle a disparu. On retrouve une série de maisons allée des Plantes. Quelques unes ici à l’entrée de SAILLANCOURT et rue du Charné, et rue de la vallée également. Et là nous avons ce carré blanc qui est le dernier lotissement de 4 lots de Mr Hadj Larbi qui a été aménagé, puisque cela faisait partie des obligations de l’actuel POS, avec une voie de desserte et des places de stationnement et tous les réseaux pour desservir 4 lots. Donc ça c’est viabilisé, ça n’a pas été vendu, il y aura 4 pavillons qui vont se faire ici. CHARDRONVILLE, vous avez la gare qui est ici. Vous voyez la voie ferrée là, la direction de Magny et l’autre partie qui va sur Pontoise. Sur cette ligne, SAGY était la seule commune où il y avait une gare qui avait une fourche. On pouvait aller, ou à Magny, ou à Cergy. Notre déviation de la RD28 n’est pas encore là. On circule par ici. On traverse le village et on traverse CHARDRONVILLE en direction de CONDÉCOURT.

Voilà la RD28, donc on a quelques maisons : Aline Boudin est ici, vous voyez qu’entre Aline Boudin et l’ancien Clos des Poussins, il n’y a pas de pavillons, là non plus et puis 6 chemin de l’Aunay non plus. On retrouve les pavillons entre chez Aline Boudin et la propriété Zuber, d’autres pavillons ici, un peu plus ici, les 2 pavillons de l’autre coté de la RD28, qui sont coupés maintenant par la RD28. Elle est là, l’emprise, ça paraît énorme, c’est énorme parce qu’il y a des talus. Quand vous comparez avec cette voie là, qui était l’ancienne RD28, regardez l’emprise au sol comme elle est différente. Et puis là, la limite de CHARDRONVILLE, Mr et Mme Fouque, on a toujours la gare qui est là. On a toujours notre zone voulue qui reste en prairie de chaque côté.

Le GRAND MESNIL. Les dernières maisons c’était la ferme de M Becker, pour ceux qui connaissent en haut à gauche. Il n’y a pas le Clos des Galets ici. Il n’y a pas non plus le petit lotissement à gauche qui fait la jonction avec la route qui mène au PETIT MESNIL. Il y a quelques pavillons qui ont été faits ici, là on est rue d’Ambrimont. Là c’est la propriété de Mme Degrotte. Mais après, Mr …, Larsonnier, etc… tout ça, Fevrier, les pavillons n’existent pas. On retrouve les constructions : l’ancienne entreprise SEP, les pavillons : Mrs Duraes, Moreau, etc…, Mr Groussard, Mme Lainé. Donc on va vers le PETIT MESNIL : Mme Ponsard, Mr Houssay, la rue d’Ambrimont avec quelques pavillons ici. Là, Mr Gros , un grand terrain et là-haut Mr Fiorini, le château d’eau du Syndicat des eaux et bien sûr le Clos des Galets.

Le PETIT MESNIL comme je vous disais, on a toujours dit que c’était un « petit bijou ». Tout le monde l’a toujours dit d’ailleurs. Quand on a fait le POS, rien de changé, à part une petite maison qui est venue se greffer là et un agrandissement de celle-ci. On va le voir juste après. Mais sinon à part celui qui avait racheté, c’est un notaire qui avait acheté l’ancienne ferme Moutier, voyez, il reste ça avec le musée de la moisson. Il y avait une maison d’habitation qui bordait la rue ici et vous aviez des bâtiments agricoles qui ont été détruits par le notaire dans les années 1960. Il voulait aménager quelque chose, … des logements. Donc le PETIT MESNIL en 1950, le PETIT MESNIL en 2016. On voit l’agrandissement du musée de la Moisson. L’agrandissement de Mme Allégret et ici le pavillon de Vincent Paris et Geoffray Gérard. Sinon, rien n’a changé. On a ici des ruines. Le PETIT MESNIL a subi un important incendie et donc beaucoup de maisons ont été détruites. Celle-ci qui était une chaumière vraisemblablement. Il reste des pignons et des murs. Il y a des dates « 1763 » de mémoire, c’est une des plus vieilles maisons. Il n’y a plus que les murs de pignons.

Alors, un petit historique. En 50 ans les grands mouvements de population, tout au moins, dû aux lotissements importants, c’est 1971 le Clos des Galets : 18 pavillons, 1980 : 9 lots rue Vauvillier, 1983 : 9 lots rue de la Vallée et puis, il manque quelque chose là, il manque le Clos des Roches. Je ne sais pas où il est. Il a disparu.

SAILLANCOURT : 9 lots rue de la Vallée où il y avait un élevage de volailles. Et puis 4 lots. C’est les 4 lots qui viennent d’être viabilisés à SAILLANCOURT. Les constructions neuves : au total en 50 ans il y a eu 62 pavillons au VILLAGE, 67 à SAILLANCOURT, 39 à CHARDRONVILLE, 46 au GRAND MESNIL et 1 au PETIT MESNIL. Soit quand même 215 maisons en 50 ans. En 1966 il y avait à peu près 220 maisons. Donc voyez, on a doublé le nombre de pavillons en 50 ans. Si vous ramenez cela à l’année, la moyenne est de 4/an. Mais vous allez voir que cela n’a pas été vraiment le cas. Voici  la preuve. J’ai recensé tout d’après les permis de construire qui ont été délivrés depuis 1963. Il y a eu un boum en 1968 sur SAILLANCOURT … et là on voit en 1969 15 permis de construire, là 16 ou 17, 29 en 1976. Tout ça fait que jusqu’en 1981 on a eu des pics très importants. Mais c’est vrai aussi dans toutes les communes. La plupart des communes du Vexin, et puis ensuite on voit qu’en 1982 le premier POS de SAGY. Décision de freiner tout ça, de calmer le jeu. Et puis en 1992, révision du POS, décision de maintenir de façon à ce que la population continue son bonhomme de chemin mais avec modération. Les petits points rouges que vous avez là ce sont les opérations, bien entendu là ce ne sont que les pavillons. J’ai mis en petits points rouges les opérations d’aménagement de granges. Donc en 1977 il y a eu 4 logements d’aménagement d’une grange. En 1996 on en a eu 8 à SAILLANCOURT plus 18 encore à SAILLANCOURT qui ont provoqué les problèmes de stationnement qu’on connaît aujourd’hui puisqu’ils sont situés en plein centre du hameau, et 6 autres en 2014, c’est également à SAILLANCOURT, c’est rue de la Goupillère, dans la propriété Candelaria aujourd’hui. Donc dans le bâti ancien, je résume, c’est vrai que SAILLANCOURT a été particulièrement concerné par 3 fermes, la ferme Lhuillier, la ferme Imbert devenu ensuite une entreprise et puis la ferme Wilfer.

Évolution de la population à comparer avec le nombre de logements. On voit en 1962 : 547 habitants, et le boum des années 70 où on passe brutalement en 1975 à 750 habitants, 969 en 1982 ;  là donc décision de freiner tout ça et vous voyez depuis 1990 : 1095 habitants, 1101 au dernier recensement. Vous allez dire oulala ! On a perdu de la population. Il se trouve qu’au moment du recensement cette année, on a eu 38 maisons qui étaient vides d’occupants, parce qu’on a eu beaucoup de décès cette année, des maisons qui étaient à vendre. Et le recensement de 2016 c’est une photographie à un jour J. C’est comme votre produit en banque. On n’a pas le droit (N.D.L.R. : de les comptabiliser), même si on sait qu’il y a une promesse de vente, si la maison est vide. D’ailleurs l’agent de L’INSEE m’a dit : « Vous êtes sûr ? ». J’ai prouvé les 38 maisons. On a les noms. On a les adresses. C’est une réalité donc il ne faut pas avoir peur, entre guillemets, de cette … Il n’y a pas une chute demain de population. Depuis on a des familles qui sont arrivées. Il y a toujours un mouvement suite à des décès. Des choses comme ça, qu’on ne maîtrise pas bien évidemment, et on peut avoir à un moment donné une photographie où on est en dessous. On aurait pu tomber à 1090. J’en sais rien. Alors à comparer avec l’évolution du nombre de logements, les maisons individuelles et les logements collectifs, locatifs ou en accession à la propriété, vous voyez qu’on est à 488, donc on a plus de logements, moins d’habitants. Alors là je pense que LDL nous en reparlera tout à l’heure. On a connu à SAGY des années où on a été à 2,8 habitants/logement. Si vous multipliez 2,8 par 1000, ou si vous multipliez par 2,6 ou 2,5 comme aujourd’hui. C’est une réalité dans tout le Vexin. C’est partout, la démographie. C’est inéluctable. Les ménages sont moins importants. Forcément si vous multipliez 488 par 2,5 et 412 par 2,8 évidemment qu’on a une chute de population qui reste sensiblement la même.

Alors les événements majeurs de SAGY, juste c’est un petit rappel, pour ceux qui sont là depuis pas très longtemps ou quelques années.

En 1966, il faut le rappeler, oui on a été convoité une première fois.

En 1972 busage de la ravine de SAILLANCOURT, c’est pas forcément une bonne chose qui a été faite à l’époque puisqu’il y a eu depuis des constructions. Bon on ne va pas revenir là-dessus, mais c’est un sujet majeur puisque la problématique des inondations à SAILLANCOURT nous préoccupe.

La réalisation en 1973 de la déviation de la RD28, qui a coupé vraiment SAILLANCOURT du village, du GRAND MESNIL et de CHARDRONVILLE dont une rupture très, très, forte entre nos populations. Des 5 communes qui travaillent ensemble dans le PLU, on est la seule commune à avoir 4 hameaux. Quand on parle de nous on dit que l’on a beaucoup de routes, et cette problématique d’avoir vraiment des relations humaines fortes entre les habitants des hameaux et du village. C’est très important même si le village a son église et sa mairie et ses écoles. Il faut vraiment qu’il n’y ait pas de rupture avec la population et surtout avec celle de SAILLANCOURT. Donc la D28 qui vraiment a été une fracture totale.

1975 la grande inondation, juillet 1975 énorme orage, près de 100mm d’eau qui sont tombés en 2, 3 orages de suite. Un mètre d’eau dans le centre de SAILLANCOURT, classé par l’état de catastrophe naturelle. Il y a eu d’autres inondations par la suite, mais cela a vraiment été la grande année. Il faut remonter à 1870, 100 ans plus tôt pour en retrouver un autre ou SAILLANCOURT est concerné, CHARDRONVILLE, mais pas que …, tout le Vexin l’a été en 1875, de mémoire. (N.D.L.R. : selon Mr Imbert maire en 1975, un orage analogue avait déjà eu lieu en 1927 à SAILLANCOURT).

Construction des classes enfantines puisque évidemment grosse population, et bien de nouveaux habitants, à ce moment là on appelait cela « classes enfantines », construite rue du Moulin au même endroit qu’aujourd’hui et puis 2 ans plus tard l’agrandissement de l’école élémentaire. Avant d’agrandir l’école élémentaire, de la surélever, de démonter le toit et de la remonter, il y avait un bâtiment préfabriqué qui se trouvait à l’emplacement de l’espace vert de la mairie. Et puis ce bâtiment une fois démonté, puisqu’on a surélevé l’école élémentaire, on a transporté ce bâtiment préfabriqué à côté de l’école enfantine là-bas.

En 1993, grosse opération, je me souviens, j’étais avec Gérard Mottier, maire de l’époque dans le bureau du Préfet. Il avait été convoqué par le Préfet. Je l’avais accompagné et le Préfet dit au maire de SAGY Gérard Mottier : « C’est comme ça, la ville nouvelle doit s’agrandir, on ne peut pas faire autrement, c’est inéluctable » ; Et bon, on n’était pas d’accord et je dis au Préfet : « Mr le Préfet, on n’est pas d’accord et on va vous le montrer. On va mener des actions contre ça car on ne veut pas que la commune soit urbanisée ». Et puis on a engagé de grands processus. Et on a gagné. Et ça c’est un plus. Ça a été rappelé. Ça a fait la fierté du PNR.

N.D.L.R. : Les dessins ci dessus sont de Mme Zuber, qui a contribué à de nombreuses illustrations du bulletin municipal lorsque M. Gérard Mottier était maire.

 

2000 : on a ouvert une garderie. La population change. La plupart des couples travaillent tous les deux. On part très tôt le matin, on rentre tard le soir, donc ouverture d’une garderie avec Sylvie Roubaud qui est toujours là, qui est notre pionnière.

2003 on a acheté une boucherie. Le boucher prend sa retraite. Le 31 décembre 2002 dans un bâtiment privé, le propriétaire dit qu’il veut récupérer la maison,  pour faire une habitation le conseil municipal de l’époque a considéré qu’il fallait maintenir un commerce, donc on a une boucherie.

En 2003, toujours, décision de reconstruire l’école maternelle avec un vrai restaurant scolaire plus grand, parce qu’alors le restaurant scolaire était dans la garderie, donc des difficultés quand même. Gros projet, projet coûteux, 900 000 euros de l’époque. Un emprunt de 400 000 euros qui va se terminer l’année prochaine. Ça va faire un grand ouf sur le budget communal.

2007 : ouverture d’une boulangerie. Là aussi, un commerce en liquidation judiciaire : le café. La mairie qui décide de le reprendre, de le racheter, de préempter et puis d’installer une boulangerie. Alors que l’ancienne boulangerie avait été fermée en 1978, 30 ans plus tôt, qui était à la place de l’actuel café.

2013 : reprise, aménagement du café-restaurant. C’est un café qui est devenu le midi un restaurant, du mardi au dimanche.

Alors maintenant pour finir les grandes dates de l’urbanisme, depuis 1963, à l’époque on appelait ça le PDUI 80 « Plan d’Urbanisme et Intercommunal 80 », en 1972, très important vous verrez, il y a sur la table là-bas dans le « porter à connaissance de l’État » il y a une carte, non, c’est même le « porter à connaissance du PNR », où on voit que SAGY est un site inscrit. Alors on ne sait pas pourquoi il y a une partie de SAILLANCOURT, une partie qui est au sud, qui n’a pas été prise en compte, On n’a pas d’explication là-dessus, bon, ce n’est pas pour autant qu’il y a un risque, vous verrez la carte, elle est très explicite.

En 1979 approbation du SDAUV « Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme du Vexin », un grand schéma pour l’ensemble du Vexin qui va toujours dans le même sens d’ailleurs. En 1982 approbation du POS de SAGY, donc c’était le premier document d’urbanisme véritable pour notre commune. Il a été révisé en 1992. Révision du POS de SAGY, donc il est toujours d’actualité aujourd’hui. Mais la loi nous dit qu’à partir de mars 2017 on a plus le droit donc c’est pour cela qu’on a engagé, et toutes les communes de France ont engagé, celles qui étaient en POS et il en restait pas mal, rien que sur le Vexin, il y en a 45, donc vous voyez que c’était pas … être en POS aujourd’hui, ce n’était pas une maladie honteuse, c’était parce que le POS qui avait été pensé en 1982 et révisé en 1992, et bien il y a encore des possibilités d’urbanisation à SAGY. Vous pouvez encore construire, peu importe, on va faire un PLU.

1993 Opposition à l’extension de la ville nouvelle.

2007 c’était le SDRIF

1995 créations du PNR pour 12 ans. SAGY a approuvé la charte. C’est pour cela qu’on est engagé avec une charte vis-à-vis du PNRV. Il a été rappelé tout à l’heure les grands enjeux, et donc nous faisons partie du site classé, donc site inscrit à long terme et site classé au titre du PNR du Vexin Français.

2007 le conseil municipal a décidé de renouveler son engagement vis-à-vis du Parc en signant une nouvelle charte qui est valable jusqu’en 2019. Et là, la future charte, normalement aura une validité de 15 ans.

2017 sera le moment du passage du POS de SAGY en PLU.

Voilà, je voulais vous présenter cela. Pour vous rappeler un peu l’histoire de SAGY, pourquoi on en est là aujourd’hui.

 

–> Suite de la réunion du 18 novembre 2016, 2ème partie : Présentation du cabinet Le Dez Legendre sur le PADD.

http://www.regard-sur-sagy.fr/presentation-du-cabinet-le-dez-legendre-sur-le-padd/

–> Suite de la réunion du 18 novembre 2016, 3ème partie : Questions citoyennes.

http://www.regard-sur-sagy.fr/questions-citoyennes/

Commentaires fermés.

Archives