Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Eau du robinet à Sagy : qu’est-ce que la « démocratie sanitaire » ?

Eau du robinet à Sagy : qu'est-ce que la "démocratie sanitaire" ?

———————————————————————————–

Au quotidien «Regard sur Sagy» continue à vous informer sur la page du Journal Citoyen : http://www.regard-sur-sagy.fr/journal-des-59/

———————————————————————————–

« Je souhaite que l’ARS inscrive son action dans une démarche de démocratie sanitaire qui permette à toutes les parties prenantes de la politique de santé et aux franciliens de participer au plus près du terrain à la construction et à l’application de la politique régionale de santé. ”

Claude EVIN, Directeur Général de l’ARS (Agence Régionale de Santé)

Claude Evin - ARS

—————

Le site de la mairie de Sagy (http://www.sagy.fr/) , vient de faire paraître un courrier du président du SIEVA, Syndicat Intercommunal des Eaux de La Vallée de l’Aubette, adressé à « Que Choisir », exerçant son droit de réponse à l’enquête sur la qualité de l’eau publiée en février 2014.

SIEVA 15 septembre 2014b

Ce courrier signé par le président et les membres du comité SIEVA peut être consulté à l’adresse : http://www.sagy.fr/content/heading424/content15033.html . Daté du 15 septembre 2014, il a été mis en ligne le 22 octobre, quelques jours après la parution d’un autre article : «Eau du robinet à Sagy : en boire ou pas » sur un autre site d’information : http://www.regard-sur-sagy.fr/eau-du-robinet-a-sagy-en-boire-ou-pas/ ouvert le 15 octobre dernier.

La réponse de « Que Choisir » au président du SIEVA devrait logiquement être accessible à tous, sur le même site.

Pour les personnes qui consomment l’eau du robinet provenant de la source de la Douée d’Avernes, le débat est d’importance.

Il est en effet étonnant – pour le consommateur – de constater que :

le taux de déséthylatrazine (DEA) analysé et publié par l’ARS dépasse régulièrement la norme, depuis plus d’une décennie et que, parallèlement, au cours de la même période, le SIEVA reste muet sur les moyens mis en œuvre pour améliorer la qualité.

– en ultime argument, le SIEVA se replie derrière les normes de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), alors que l’on sait que les seuils sont plus élevés dans les « pays du Sud »  afin de permettre l’accès à l’eau aux populations les plus pauvres ! Ce qui en dit long sur la qualité sanitaire de cette eau.

Dossier à suivre.

OMS  2 microgrammes par l.2

Cette mauvaise qualité est-elle inéluctable chez nous ?

Juste à titre d’exemple on notera que les communes voisines alimentées par la source Eau Brillante à Seraincourt n’ont aucun dépassement de la limite de qualité observé : le taux de déséthylatrazine y est < 0,06 µ/l (bulletin de l’ARS).

Alors que faire ?

« Les dépassements des normes sur les pesticides concernent surtout des communes rurales situées dans des zones de grandes cultures. Un maire est tenu de distribuer une eau conforme aux normes de potabilité dans sa commune. Là où il existe des dépassements de normes, il faut se regrouper et intervenir auprès des élus locaux. » (http://www.quechoisir.org/environnement-energie/eau/eau-potable/conseils-traitement-de-l-eau-comment-s-en-passer).

 

 

 

Commentaires fermés.

Archives