Par Franck OLIVIER – Conseiller Municipal à SAGY de 2014 à 2020
Citoyen de proposition

Revue de presse

PENDANT QUE LES BOULANGERIES FERMENT : COMMENT LES PROFITEURS DE CRISE S’ENRICHISSENT (Marina MESURE – Députée LFI-NUPES)

L’ENTRETIEN actu publié le 10 janvier 2023 – 20:30

Merci à Mme Mesure (Groupe de la Gauche au Parlement européen) de nous expliquer toute cette démesure…😀

A voir :  https://www.youtube.com/watch?v=Tdf9pQXogXQ

 

————————————————————-

Le PARISIEN – 2 août 2016 – 7:00 – par Floriane Valdayron

https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/une-boucherie-une-boulangerie-et-un-cafe-sauves-a-sagy-02-08-2016-6010099.php

Dans le Val-d’Oise, les petites communes dynamiques se réjouissent de la décision du conseil régional d’accorder 3 M€ d’aides en faveur du commerce rural. Sagy, avec ses 1 150 habitants, fait partie des municipalités pouvant prétendre à ce coup de pouce financier. Un village très impliqué dans ce domaine, puisque trois commerces ont déjà été sauvés ou rouverts depuis 2002.

D’abord une boucherie (c’était un vendeur de matériel de jardinage NDLR), dont le propriétaire partait et vendait les lieux. « Au même moment, on a trouvé un ancien local commercial à vendre. Nous avons sollicité la région, le département et toutes les aides qu’on a pu trouver. Et ça a marché », raconte Guy Paris, le maire. La commune a fait jouer son droit de préemption pour racheter le local vide et le transformer en nouvelle boucherie, avec un laboratoire et une chambre froide.

Même opération cinq ans plus tard, en 2007, lorsque l’un des deux cafés de Sagy dépose le bilan. Résultat : l’ancienne boutique a été transformée en boulangerie. Une aubaine pour le village, car la dernière avait fermé ses portes trente ans auparavant. « Le but de notre commune n’est pas de devenir une entreprise commerciale en rachetant les locaux, mais de conserver des services de proximité pour les habitants », précise Guy Paris.

C’est d’ailleurs cette volonté qui s’est manifestée lorsque la municipalité a aidé à sauver le dernier café de la ville, en 2013. Après s’être tournée une fois de plus vers la préfecture, le département et la région, la mairie a racheté le fonds de commerce de l’enseigne, fait des travaux, changé le bar, puis confié l’établissement à un gérant. « On voulait à tout prix sauver l’endroit, un café c’est avant tout un lieu de convivialité. » Une opération fructueuse, puisque le café est devenu restaurant : Le Comptoir des Petites Auges tourne maintenant à vingt-cinq couverts le midi.

La prochaine étape ? Mettre en place un cabinet médical avec un médecin et si possible un kinésithérapeute. «Rendez-vous en 2020», sourit Guy Paris.

————————————————————-

janvier 2023, extraits des reportages

TF1 Reportage – Antoine Bourdarias, AlixPonsar, publié le 10 janvier 2023 à 16h38

https://www.tf1info.fr/initiatives-positives/video-commerces-en-difficulte-dans-le-val-d-oise-un-maire-a-decide-d-offrir-6-mois-de-loyer-2244541.html

« Tous les clients d’une boulangerie se demandent si les propriétaires envisagent de fermer. En effet, avec une facture d’énergie passée de 1 200 à 2 700 euros par mois, un couple de boulangers est pris à la gorge, obligé de se séparer de deux employés. « On n’a pas le choix », explique Amélie Kerjan, boulangère à Sagy (Val-d’Oise) ».

Dans un village du Vexin de 1 200 habitants, tout le monde est inquiet de voir disparaître deux des trois commerces de la commune. Alors pour leur venir en aide, la mairie, propriétaire des deux commerces, a décidé de leur offrir le loyer pour les six prochains mois. C’est un trou de 6 000 euros dans le budget de la commune, mais qui n’empêchera probablement pas la fermeture de la boucherie.

Le Maire appelle les habitants à se mobiliser pour la survie de leurs commerces. « Faisons ce petit effort d’acheter du jambon« , lance Guy Paris.

——————————————

La Gazette du Val d’Oise – Par Fabrice Cahen – publié le 11 janvier 2023 16:58

https://actu.fr/ile-de-france/sagy_95535/crise-de-l-energie-la-mairie-de-sagy-au-secours-de-ses-commercants_56517458.html

Crise de l’énergie. La mairie de Sagy au secours de ses commerçants

La municipalité de Sagy (Val-d’Oise) agit pour le maintien de l’activité commerçante, menacée par la hausse des coûts de l’énergie.

La crise de l’énergie aura occupé une large partie du discours des vœux de Guy Paris, le maire (Dvd) de Sagy (Val-d’Oise).

Son équipe municipale a décidé d’agir pour sauver les deux commerces de bouche du village du Vexin français. Le 29 décembre 2022, la commune a pris une délibération dans ce sens.

« Notre village a la chance de disposer de cinq commerces de proximité et il y a lieu de les soutenir », explique Guy Paris, alors que deux d’entre eux sont directement impactés par la hausse des coûts de l’énergie.

« Je plains le boucher qui voit sa facture mensuelle passer de 500 à 900 € et le boulanger, de 2 000 € à 5 000 € »  Guy Paris

Pour soutenir les deux artisans, la mairie a choisi de suspendre de janvier à juin, les deux loyers commerciaux de 500 €, de leurs locaux, propriétés de la commune.

Amélie et Rémi Kerjan, couple de boulangers, ont déjà pris des mesures pour préserver l’activité de leur commerce, face aux conséquences des coûts de l’énergie. « Nous allons devoir licencier deux employées », regrette Amélie. Une pâtissière et une vendeuse. Conséquence, la gamme de pâtisseries et la production de pain seront impactées. Autre décision prise, pour réduire la consommation d’énergie et son coût, l’arrêt des fours. « Auparavant, on stoppait la production vers 18h30, désormais, ce sera à 15 heures », explique Rémi.

—————————————

 

ICI PAR France BLEU ET France 3 – publié le 12 janvier 2023 à 12:33 – Clément Kasser

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/val-d-oise-le-maire-de-sagy-offre-6-mois-de-loyer-a-ses-commerces-ecrases-par-la-facture-energetique-6003511

Val d’Oise : le maire de Sagy offre six mois de loyer à ses commerces

« C’est gentil de la part du maire, mais ça va pas nous emmener très loin », soupire Grégory. Certes, le boucher va pouvoir garder 500 euros par mois pour amortir sa nouvelle facture d’électricité, passée de 500 à 1.000 euros en un an. Mais il y a bien pire, selon l’artisan : la hausse, de 14% en moyenne, du coût de la matière première. « La charcuterie a pas mal augmenté, la volaille, c’est le pire : ça a pris 40%« , s’étrangle-t-il. Depuis août, Grégory a été contraint de licencier son fils, parti dans une autre boucherie, et d’avancer 15.000 euros « de sa poche » pour faire tourner son commerce.

Juste en face, la boulangerie ne se porte pas mieux. Les gérants ne payent plus 2.000 mais 5.000 euros d’électricité, notamment pour le four à pain, précise Guy Paris. L’État a promis jusqu’à 40% de remise sur la facture énergétique, mais le compte n’y est pas. Le licenciement d’une boulangère en temps partiel, voire d’une pâtissière est dans la balance.

Guy Paris refuse de voir ces deux enseignes, fondées il y a plus de 15 ans, s’écrouler. « Ce sont des lieux de rencontres et de passage : sans eux, la grand-place serait un lieu sans vie« , justifie-t-il. Pour sensibiliser les habitants à la crise, le maire a aussi créé un tract. Il ne ménage pas ses efforts, d’autant que la commune, via ses deux écoles, est aussi victime de l’inflation. Sa facture de gaz pourrait passer de 15.000 à 40.000 euros en 2023.

Quid du budget 2023 de la commune ? Pas de panique, assure le maire : « On a pris nos responsabilités face à l’urgence et on fera les comptes plus tard. Si on avait pu, on les aurait exonérés de loyer dès le mois de décembre ».

——————————————

20 minutes – Aude Lorriaux – publié le 12 janvier 2023 à 16h53

https://www.20minutes.fr/paris/4018615-20230112-crise-energetique-maire-paye-loyer-commerces-etrangles?xtor=RSS-176

Crise énergétique : Un maire paye le loyer de ses commerces étranglés

Guy Paris, maire de Sagy dans le Val-d’Oise, se refuse à voir son boucher et son boulanger, écrasés par les factures d’électricité et la hausse des matières premières, mettre la clé sous la porte

« Quand on nous disait que le prix de l’électricité allait augmenter de trois ou quatre fois, on n’y croyait pas… Oui on attend toujours le dernier moment pour se réveiller, les chiffres annoncés étaient tellement hallucinants qu’on s’était dit que ce n’était pas possible. » Mais le pire est arrivé, et Guy Paris, maire de Sagy, petite commune du Val-d’Oise, et auteur de ces phrases, a dû sortir l’artillerie lourde pour sauver ses commerçants. Il va offrir six mois de loyer à son boucher et son boulanger dont les factures ont explosé.

La consommation électrique du boucher est passée de 500 à 1.000 euros par mois depuis août, dans un contexte où les clients et clientes, qui se serrent aussi la ceinture, se font plus rares. Il a licencié son fils au mois de septembre, selon le maire. Le boulanger voit sa facture multipliée par 2,5 à 5.000 euros par mois au total. Il licencie une vendeuse et s’apprête peut-être à le faire pour une pâtissière. Sans compter la hausse des matières premières.

Les aides de l’Etat aideront, mais pas assez. Le maire de cette commune d’un millier d’âmes a fait le calcul, le boulanger n’économisera tout au plus que 1.200 euros, il lui restera donc 1.800 euros sur les 3.000 euros de surcoût par mois. Cette exonération de loyer, au total 500 euros par mois pour chaque commerce pendant six mois, s’imposait donc. Pas question en effet de laisser s’envoler deux commerces « créés de toutes pièces » en 2003 et 2007, selon les mots du maire, lorsque la mairie a décidé d’acheter des locaux et de les aménager pour faciliter leur installation. Voilà donc 20 ans et 16 ans qu’ils sont en place.

Pour le maire, cela fera un trou de 6.000 euros en moins dans les recettes, sachant que la facture énergétique de la mairie va déjà augmenter de 25.000 euros en 2023 pour chauffer ses locaux et ceux des deux écoles du village. Mais, lâche Guy Paris, « on a considéré que le sauvetage de nos deux commerces était primordial ». Le maire espère maintenant que l’Etat va intensifier son effort pour les petits commerces.

—————————————

France 2 – C. Méral, T.Watine, O. Badin, C. Ricco – publié le 12 janvier 2023

https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/prix-de-l-energie-un-maire-offre-le-loyer-pendant-six-mois-a-ses-artisans_5598554.html

« La flambée des prix de l’électricité est devenue une menace pour la boulangerie. Son prix du mégawattheure est passé de 75 à 277 euros en un an. Le plafonnement à 280 euros négocié par l’État auprès des fournisseurs ne va donc rien changer. « Ça veut dire mettre des personnes au chômage, ça veut dire proposer moins de produits aussi et donc ça veut dire peut-être la mort de l’entreprise« , redoute Amélie Kerjan, co-gérante de la boulangerie ».

« Le coup de pouce du maire ne sera pas suffisant pour le boucher charcutier qui va mettre la clé sous la porte. Hausse des prix des matières premières, hausse des prix de l’électricité et baisse de la consommation de viande, il va mettre la clef sous la porte. « La fermeture, on a pas le choix » ».

—————————————

BFM Ile de France, publié le 12 janvier 2023

https://www.bfmtv.com/paris/replay-emissions/bonsoir-paris/val-d-oise-la-mairie-fait-grace-de-leurs-loyers-a-deux-commercants-de-sagy_VN-202301120602.html

Val-d’Oise: la mairie fait grâce de leurs loyers à deux commerçants de Sagy

La municipalité veut éviter la fermeture de la boulangerie et de la boucherie de cette commune.

Le Maire de Sagy, petite commune du Val d’Oise, fait preuve de générosité pour éviter de perdre deux commerces. Á cause de l’explosion du prix de l’énergie, Guy Paris a décidé d’offrir à une boulangerie et une boucherie le loyer pendant six mois, il faut sauver nos petits commerces, dit-il. Un manque à gagner de 6 000 € pour cette commune mais une aide indispensable pour ses commerçants.

—————————————

Capital – publié par Claire Domenech le 12/01/2023 à 22h06

https://www.capital.fr/entreprises-marches/prix-de-lenergie-un-maire-offre-6-mois-de-loyer-aux-commercants-de-sa-commune-1457244

Prix de l’énergie : un maire offre 6 mois de loyer aux commerçants de sa commune.

L’édile a décidé d’offrir six mois de loyer à deux commerces de sa commune. Ainsi, de janvier à juillet, la boucherie et la boulangerie de la bourgade de 1.100 âmes pourront occuper les lieux gracieusement. Une décision qui a fait l’unanimité en conseil municipal.

Si les commerçants en question saluent le geste de la mairie, ce coup de pouce est insuffisant. « C’est gentil de la part du maire, mais ça ne va pas nous emmener très loin« , confie le boucher.

Pour pouvoir poursuivre son activité, le boucher a dû licencier son fils et mettre 15.000 euros « de sa poche ».

Même constat pour les gérants de la boulangerie de Sagy. Selon le maire de la commune, une boulangère a dû être licenciée et la facture d’énergie est passée de 2.000 à 5.000 euros. Et même les 40% de remise sur la facture énergétique promis par l’État ne suffiront pas à couvrir les surcoûts.

—————————————

CNEWS – Publié le 13/01/2023 à 19:35

https://www.cnews.fr/videos/france/2023-01-13/val-doise-le-village-de-sagy-au-secours-des-commercants-en-difficulte

Le village de Sagy au secours des commerçants en difficulté

« On remercie énormément le maire de la commune même si l’aide qu’il nous propose par rapport à la consommation et au coût de l’énergie, ce n’est rien, c’est symbolique», a déclaré Amélie Kerjan, co-gérante de la boulangerie du village.

Au total, l’aide apportée aux commerçants représente pour la mairie une enveloppe de 6.000 euros.

—————————————

Le boucher fait halte avec son camion« Pratique, on peut sans détour acheter son journal et son bifteck (Photo Claire JAEGER) »

« Depuis quelques semaines, le camion de la boucherie « Le Petit Porcelet », stationne sur le parking de (l’épicerie) la boulangerie (ndlr), tous les jeudis de 9 à 12 heures. Il s’est positionné près de (l’épicerie) la boulangerie (ndlr) dans le but de joindre leurs forces commerciales. « Jean-Michel Barriat nous a proposé de nous mettre à côté de (son épicerie) sa boulangerie (ndlr) pour faciliter le commerce en privilégiant la proximité, et ça marche plutôt bien », explique Philippe Masselot, l’employé du boucher. « C’est pratique, nous faisons nos courses au même endroit », commente Monique, une fidèle ». Le Journal de Saône et Loire – Claire Jaeger – 25 février 2017 12:00

Cette information concerne Sagy en Saône et Loire !!!

Cela pourrait être la solution pour Sagy (Val d’Oise) et toutes les communes de la CCVC,  Longuesse, Condécourt, … toutes les populations en profiteraient ?

C’est peut être cela l’avenir pour continuer à desservir les personnes les plus âgées dans les divers villages et hameaux, celles qui perdent leur mobilité. Il faut savoir se remettre en cause. Tout ce qui se passe actuellement est une négation de la réalité économique et sociale. Il faudrait aussi que les élus pensent la solidarité avec les citoyens.

—————————————

Que nous apprennent ces reportages :

– Le Maire fait preuve de générosité. Guy Paris a décidé d’offrir le loyer pendant six mois. Non ce n’est pas le Maire, mais les contribuables qui n’ont pas été consultés.

– Le coup de pouce du maire ne sera pas suffisant pour le boucher charcutier qui va mettre la clé sous la porte. « La fermeture, on a pas le choix » . « C’est gentil de la part du maire, mais ça va pas nous emmener très loin », soupire Grégory. « Faisons ce petit effort d’acheter du jambon« , lance Guy Paris. Autrement dit cela n’empêchera pas la fermeture, dixit le boucher.

– Cela fera un trou de 6.000 euros en moins dans les recettes, sachant que la facture énergétique de la mairie va augmenter de 25.000 euros en 2023 pour chauffer ses locaux et ceux des deux écoles du village. Sa facture de gaz pourrait passer de 15.000 à 40.000 euros en 2023. Nulle information sur l’augmentation des dépenses énergétiques des autres bâtiments communaux comme le musée de la Moisson. « Quand on nous disait que le prix de l’électricité allait augmenter de trois ou quatre fois, on n’y croyait pas… Oui on attend toujours le dernier moment pour se réveiller, les chiffres annoncés étaient tellement hallucinants qu’on s’était dit que ce n’était pas possible. « On a pris nos responsabilités face à l’urgence et on fera les comptes plus tard« .  Les commerçants eux-mêmes doutent des effets pérennes de l’aide apportée par la contribution des citoyens et, par ailleurs, la comptabilité de la commune reste trop imprécise sur les charges à payer, notamment énergétiques,  pour s’engager ainsi spontanément. L’augmentation de l’énergie et du coût de la vie, touchent toutes les familles. La situation fragile dans laquelle nous sommes, particuliers, commerces et collectivité locale appelle un temps de  réflexion permettant une action objective dans l’intérêt de tous.

– Les gérants ne payent plus 2.000 mais 5.000 euros d’électricité, notamment pour le four à pain (Mr le Maire – France BLEU ET France 3). Tous les clients d’une boulangerie se demandent si les propriétaires envisagent de fermer. En effet, avec une facture d’énergie passée de 1 200 à 2 700 euros par mois (Les boulangers – TF1). Valse des chiffres annoncés 2.000 / 1.200 – 5.000 / 2.700, il semble qu’aucune étude chiffrée précise n’ait été effectuée. Licenciement de deux employés. Hors micro et libérés de la pensée politiquement correcte, les citoyens s’expriment de façon pragmatique et différente tenant compte des aspects pratiques liés à la proximité des transports/RER et des commerces diversifiés/pharmacie …

 

Une pensée pour tous les sagyens qui ne sont jamais invités aux vœux de Mr le Maire qui sait « offrir le loyer » comme il offre le champagne.

Bonne année, bonne santé, bon impôt pour 2023.

————————————–

 

 

Commentaires fermés.

Archives